Université Laval
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire

actualités

Volume 48, numéro 1510 janvier 2013

En action avec le pentathlon

Des chercheurs du Département d'éducation physique proposent une solution pour faire bouger les jeunes
Vous cherchez une façon de faire bouger davantage vos préados en 2013? Des chercheurs du Département d'éducation physique ont une solution pour vous: le pentathlon en équipe. Même si cette activité n'a rien à voir avec la discipline olympique, ses concepteurs mériteraient une médaille tant les résultats qu'ils obtiennent semblent encourageants.

Il y a une dizaine d'années, Jocelyn Gagnon, Luc Nadeau, Denis Martel, Valérie Michaud et Jean-Marc Normandin se sont creusé les méninges pour trouver une façon de contrer le désengagement de l'activité physique qui survient vers la fin du primaire. À peine 10% des enfants de cet âge atteignent les objectifs canadiens en la matière. Le défi des chercheurs: élaborer une intervention apte à susciter l'intérêt des jeunes et à modifier de façon durable leur rapport à l'exercice physique. «L'intervention idéale devait être motivante, comporter des activités à la fois compétitives et sécuritaires, présenter des défis individuels et collectifs, encourager le travail d'équipe et l'autonomie et durer assez longtemps pour que les participants puissent vivre des difficultés et des succès», résume Valérie Michaud.

C'est ainsi qu'est né le pentathlon en équipe. Cette intervention de huit semaines réunit de quatre à six participants au sein d'une équipe dont l'objectif est d'accumuler des points en pratiquant des activités physiques. Chaque participant note, dans un cahier de bord, le type, la durée et l'intensité des activités qu'il pratique. Le pointage de l'équipe tient compte du volume, de l'intensité et de la diversité des activités pratiquées par chaque jeune ainsi que de l'uniformité dans la contribution des équipiers. Au terme des huit semaines, les participants reçoivent une récompense symbolique correspondant au total d'heures-pentathlon accumulées par leur équipe.

Et ça fonctionne! Une étude réalisée dans quatre écoles par ce groupe de chercheurs et par leur collègue Paul Godbout montre une augmentation de 70% de la pratique d'activité physique pendant le pentathlon. Bon, les choses se calment un peu par la suite, mais trois semaines après la fin du programme, le niveau d'activité physique des participants était 40% plus élevé qu'avant l'intervention, rapportent les chercheurs dans la revue Physical Education and Sport Pedagogy.

Depuis 2005, 3000 élèves de 32 écoles de la région de Québec et du Saguenay ont profité de cette intervention. Le Département d'éducation physique offre un soutien technique aux écoles qui implantent le programme, moyennant une contribution de 5$ par enfant. Le journal de bord de chaque participant sera bientôt remplacé par un journal en ligne, ce qui permettra, pour une fois, de conjuguer pitonnage et activité physique.

Avis aux personnes intéressées, une version adulte de l'intervention est maintenant offerte. Elle a été testée auprès des étudiants en éducation physique et des enseignants des écoles où le programme a été implanté.
Photo
À peine 10% des enfants de la fin du primaire atteignent les objectifs canadiens en matière d'activité physique.
Photo: Sabrina Beaulieu

commentez

partagez

 
haut
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire
Direction des communications

Questions et commentaires?
Le-Fil@dc.ulaval.ca

© 2012 Université Laval, tous droits réservés
Visitez ulaval.ca