Université Laval
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire

arts

Volume 48, numéro 98 novembre 2012

Danser les Années folles

La comédie musicale Chicago refait surface à l’Université Laval pour trois soirs
Quelle comédie musicale retrace l’Amérique sous la Prohibition, avec ses cabarets, ses starlettes et ses procès médiatisés aux parfums de scandale? Chicago, bien sûr! Cette pièce de music-hall, créée à Broadway en 1975, a battu un record de longévité en plus d’inspirer un film gagnant de six Oscars en 2002. Voici qu’elle refait surface à l’Université Laval pour trois soirs.

Cette adaptation a vu le jour grâce à la détermination de quatre anciens membres de la troupe Les Treize: Roxann Bonneau, Geneviève Messier, Stéphanie Moreau et Marc Philippe Parent. Les compères, qui s’étaient connus en répétant La mouette de Tchekhov, rêvaient de monter une grosse production alliant la danse, le chant et la comédie. Leur choix s’est porté tout naturellement sur Chicago. C’est l’histoire de Roxy Hart, une jeune ambitieuse qui rêve de devenir une vedette de music-hall, et qui tue son amant de passage après que celui-ci ait menacé de la quitter. Afin d’éviter une condamnation, elle requiert les services de l’avocat de la chanteuse de cabaret Velma Kelly, qui remporte ses procès à tout coup.

Pour produire ce spectacle, les quatre amoureux de théâtre ont fondé leur propre troupe, Les Vrais Talents, et tenu des auditions l’été dernier. «Nous avons eu un bon succès et dû refuser des gens, révèle Marc Philippe Parent, metteur en scène et étudiant au doctorat sur mesure en informatique et théâtre. Sur les 23 comédiens, plus de la moitié sont étudiants dans des domaines aussi variés que le chant, la musique, l’enseignement de l’anglais et les communications.»

La troupe a travaillé d’arrache-pied, notamment avec une chorégraphe et une professeure de chant. Elle jouera en français et chantera en anglais. «Nous avons eu un plaisir fou à monter cette comédie», raconte le metteur en scène, qui croit que ce genre de production touche plus facilement le public qu’une pièce de théâtre. «L’intrigue de Chicago est simple. On se demande, tout au long, si l’héroïne va s’en sortir…»  

Les 8, 9 et 10 novembre, à 20h, au Théâtre de la cité universitaire du pavillon Palasis-Prince. Billets en prévente au coût de 14$ au Bureau de la vie étudiante (local 2344 du pavillon Alphonse-Desjardins) et 16$ à la porte.
Photo

commentez

partagez

 
haut
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire
Direction des communications

Questions et commentaires?
Le-Fil@dc.ulaval.ca

© 2012 Université Laval, tous droits réservés
Visitez ulaval.ca