Université Laval
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire

actualités

Volume 47, numéro 66 octobre 2011

Mario Leclerc reçoit le prix Urgel-Archambault

Ce prix annuel de l’Association francophone pour le savoir-Acfas constitue une reconnaissance supplémentaire des avancées majeures réalisées par ce chercheur dans le domaine des matériaux polymères
L’Association francophone pour le savoir-Acfas a décerné, le 29 septembre, le prix Acfas – Urgel-Archambault 2011 à Mario Leclerc, professeur titulaire en chimie des matériaux à la Faculté des sciences et de génie. Parrainé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), ce prix récompense une personne travaillant en sciences physiques, en mathématiques, en informatique ou en génie. Il a été créé en 1953 en l'honneur d'Urgel Archambault, directeur fondateur de l'École Polytechnique de Montréal.
   
Mario Leclerc est un chef de file de la recherche en sciences des matériaux polymères. Il s’intéresse tout particulièrement aux polymères photoactifs et électroactifs, sensibles à la lumière ou aux champs électriques. Un polymère est une macromolécule constituée d’un ensemble de motifs semblables, les monomères, liés entre eux par des liaisons fortes. Les polymères peuvent être organiques, tels le bois, les fibres végétales, le cuir ou encore la laine, ou inorganiques, soit tous les types de plastique.
   
Les polymères représentent un très fort potentiel dans de nombreux domaines. Durant sa carrière, Mario Leclerc s’est particulièrement intéressé à deux de ces domaines. Le premier concerne les applications des polymères en tant que capteurs chimiques à des fins de diagnostic médical. Le chercheur a mis au point une méthode originale pour détecter de l’ADN et de l’ARN caractéristiques d’une infection ou d’une maladie donnée grâce à des polymères précis. Pour ce faire, Mario Leclerc et son équipe utilisent un dérivé de polythiophène cationique qui a la propriété de se lier avec un type d’ADN choisi. L’hybridation des deux molécules donnera alors un signal distinct une fois soumis à un appareil à lecture optique. Cette technique présente de nombreux avantages dont celui de détecter la molécule cible avec une excellente sélectivité. Elle a ainsi le potentiel d’être beaucoup plus rapide et bon marché que les diagnostics hématologiques traditionnels. Ces travaux de recherche ont valu à Mario Leclerc une grande reconnaissance internationale de la part de la communauté scientifique.

Des piles au rendement supérieur

Le deuxième domaine concerne les applications des polymères dans le domaine de l’énergie solaire et du photovoltaïsme. Le chercheur développe des piles solaires plastiques, une solution de rechange aux cellules photovoltaïques à base de silicium. Ces dernières, bien qu’aujourd’hui plus efficaces en termes de conversion d’énergie (entre 10 et 22 %), ont des coûts de production élevés. Autres inconvénients, ce matériau est cassant et sa disponibilité, limitée. Mario Leclerc et son équipe ont donc mis au point des piles solaires plastiques à base de polymères conjugués. Au tournant des années 2000, ils synthétisent une toute nouvelle classe de ces composants: les poly(2,7-carbazole)s. Un tour de force puisque cette classe était recherchée depuis plus de 15 ans! Grâce à ce matériau, ils ont ainsi proposé un nouveau type de piles solaires ayant des rendements de conversion énergétique supérieurs à ceux existants (5 à 10 %), établissant ainsi un record mondial de rendement pour une pile plastique. Mario Leclerc et son équipe continuent par ailleurs, année après année, d’établir de nouveaux standards de performance. Ces matériaux présentent également l’avantage de pouvoir être déposés en grande quantité sur différents types de surface, aussi bien rigides que flexibles, par des techniques simples et peu coûteuses comme l’impression à jet d’encre.
   
Ces travaux ont grandement contribué à faire de Mario Leclerc un chef de file dans son domaine à l’international. D’un point de vue socioéconomique, le potentiel de cette recherche est également très élevé puisque les technologies proposées permettraient de concevoir de nouveaux dispositifs de production d’énergie verte à très faible coût. En reconnaissance de l’excellence de ses travaux, Mario Leclerc a reçu, en 2008, le prestigieux Prix Macromolecular Science and Engineering de l'Institut de chimie du Canada. On lui a également octroyé la Chaire de recherche du Canada sur les polymères électroactifs et photoactifs de 2001 à 2007 puis de 2008 à 2014. Le professeur Leclerc est aussi à l’origine, et actuellement codirecteur, du Centre québécois sur les matériaux fonctionnels (CQMF). Cet organisme panquébécois créé en 2008 rassemble, structure et soutient la recherche en sciences des matériaux au Québec, dans les domaines clés que sont les applications biomédicales, environnementales et énergétiques.

Concours de vulgarisation

Dans le cadre du Concours de vulgarisation de la recherche 2001, deux étudiantes de l’Université Laval ont reçu un prix de l’Acfas: Julie Godbout, étudiante au doctorat en sciences forestières, a été honorée pour son texte Petit refuge forestier tranquille, avec vue sur le glacier alors que Josiane Mélançon, étudiante au doctorat interuniversitaire en océanographie, a reçu un prix pour son texte Le phytoplancton: un allié pour contrer les changements climatiques.


 
Photo
Mario Leclerc, professeur titulaire en chimie des matériaux à la Faculté des sciences et de génie, est un chef de file de la recherche en sciences des matériaux polymères.
Photo: Marc Robitaille

commentez

partagez

 
haut
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire
Direction des communications

Questions et commentaires?
Le-Fil@dc.ulaval.ca

© 2012 Université Laval, tous droits réservés
Visitez ulaval.ca