Université Laval
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire

actualités UL

Volume 48, numéro 2314 mars 2013

La quête de justice se poursuit

L’ombudsman Nancy Chamberland dépose son rapport annuel au Conseil universitaire
Entre le 1er mai 2011 et le 30 avril 2012, l’ombudsman Nancy Chamberland a ouvert 449 nouveaux dossiers individuels. Les quatre cinquièmes étaient des consultations, le reste des plaintes. Trois dossiers sur quatre provenaient des étudiants.

Ce sont là quelques-uns des faits saillants du rapport annuel 2011-2012 que l’ombudsman de l’Université Laval a déposé le mardi 5 mars au Conseil universitaire. «Les choses ne bougent pas beaucoup sur le plan statistique, indique Nancy Chamberland. Le nombre de dossiers est assez constant. Et la répartition des étudiants est assez stable.»

Un peu plus de la moitié des dossiers traités en 2011-2012 concernaient des questions de nature scolaire, telles que le délai de réponse à l’admission, les problèmes de remise de travaux par fichier informatique ou les modifications au plan de cours. La deuxième catégorie en importance concernait les dossiers relatifs aux droits de la personne, comme la qualité de l’accueil et la probité en matière de propriété intellectuelle.

Le rapport contient une douzaine de recommandations. L’une d’elles suggère de produire un dépliant explicatif sur le processus de plainte et d’enquête au comité de discipline. Une autre concerne les relations avec les clientèles présentant des troubles physiques, psychiques ou mentaux. Nancy Chamberland recommande, en ce domaine, l’élaboration d’un guide à l’intention des gestionnaires.

Pour la première fois, la protectrice des droits des étudiants a inclus dans son rapport le suivi des recommandations formulées l’année précédente. En un an, l’Université a mis en place un réseau structuré de «sentinelles» aptes à reconnaître la détresse et à diriger les personnes à risque vers des ressources. Dans le dossier de l’encadrement aux cycles supérieurs, il était suggéré qu’une formation obligatoire soit donnée à toute personne désirant devenir directeur de thèse ou de mémoire. Pour l’instant, l’offre de formation à l’encadrement reste la même, mais un projet de formation plus substantiel est à l’étude.

Après deux ans et demi en poste, Nancy Chamberland dresse un bilan positif de son travail. «À mon arrivée, explique-t-elle, un de mes défis consistait à augmenter le capital de crédibilité rattaché à ce poste. De plus en plus, les gens me voient comme une partie de la solution. Je suis consultée dans les processus décisionnels, ainsi je m’assure en amont que les membres de la communauté universitaire soient traités avec justice et équité, dans le respect des droits fondamentaux.»

Programme de certificat général

Les membres du Conseil ont par ailleurs approuvé la création d’un programme de certificat général. Ce certificat s’adresse aux étudiants du premier cycle qui ont acquis un minimum de 30 crédits et qui ne terminent pas leur programme d’études, parce qu’ils ont décidé de s’orienter vers une autre discipline ou sont dans l’incapacité de poursuivre leur cheminement. Le certificat s’adresse aussi aux étudiants du deuxième cycle qui doivent faire une scolarité préparatoire substantielle sans réaliser une maîtrise.

«C’est un geste de reconnaissance de ce qui a été accompli par les étudiants, qui pourront par la suite mieux faire valoir leurs études auprès des employeurs, souligne le directeur des programmes de premier cycle, Serge Talbot. Le certificat pourra peut-être même leur permettre de poursuivre des études en vue d’obtenir un grade comme le baccalauréat multidisciplinaire.» Selon lui, l’obtention du certificat général devrait être appréciée. Les gens pourront faire valoir ce diplôme plus facilement qu’un relevé de notes. Avec l’appellation «certificat général» sera spécifié le grand domaine d’études auquel se rattache la formation, comme les sciences sociales ou la santé.

En 2010, plus de 800 étudiants de l’Université Laval ont quitté leur programme de premier cycle après avoir obtenu au moins 30 crédits.

Le programme de certificat général ne peut se substituer à un certificat déjà offert ni remplacer le certificat sur mesure. Il sera remis sur demande et entrera en vigueur à la fin de la session d’automne 2013. Les étudiants pourront en bénéficier rétroactivement jusqu’à l’hiver 2010 comme dernière session d’inscription.

www.ombudsman.ulaval.ca
Photo
«De plus en plus, les gens me voient comme une partie de la solution», estime la médiatrice Nancy Chamberland.
Photo: Marc Robitaille

commentez

partagez

 
haut
Le fil des événements

Le journal de la communauté universitaire
Direction des communications

Questions et commentaires?
Le-Fil@dc.ulaval.ca

© 2012 Université Laval, tous droits réservés
Visitez ulaval.ca