Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 28 | 21 mai 2018

Recherche

5 projets sur la réduction des GES

Ces équipes disposent de près de 1,8 M$ pour attaquer les gaz à effet de serre sur plusieurs fronts

Cinq projets soumis par des équipes de l’Université Laval ont été retenus au terme du premier concours du Programme de recherche en partenariat sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) piloté par le Fonds de recherche du Québec –  Nature et technologies, le Fonds de recherche du Québec – Société et culture et leur partenaire, le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation. Ce programme, qui vise à soutenir des équipes multidisciplinaires qui mènent des projets pouvant aider le Québec à réduire ses émissions de GES, a attribué une enveloppe totalisant 4,1 M$ à 12 projets soumis par des équipes de six universités et d’un cégep du Québec.

Jocelyn Bouchard, du Département de génie chimique, est le chercheur principal d’un projet intitulé «Intégration de l’Industrie 4.0 pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre des usines minéralurgiques: innovation dans les pratiques, simulation, automatisation et autonomisation». Ce projet de trois ans dispose d’un soutien financier totalisant 381 000$.

Frédéric-Georges Fontaine, du Département de chimie, et ses collaborateurs ont également obtenu 381 000$ sur trois ans pour réaliser leur projet intitulé «Valorisation du CO2 émis par les grandes industries: source de richesse et d’indépendance face aux combustibles fossiles».

Louis Gosselin, du Département de génie mécanique, et ses collaborateurs disposent du même montant pour leur projet intitulé «Réduction des émissions de GES liées à la production et à l’utilisation de l’énergie au Nunavik: monitoring, modélisation et analyse multidimensionnelle pour une transition vers des solutions durables».

Évelyne Thiffault, du Département des sciences du bois et de la forêt, est la chercheuse principale du projet «Mobilisation de la bioénergie forestière au cœur des municipalités». La subvention de trois ans accordée à cette équipe est également de l’ordre de 381 000$.

Enfin, Owen Waygood, de l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional, et ses collaborateurs disposent d’un montant de 242 300$ sur deux ans pour leur projet «Pour une communication efficace de l’information relative aux émissions de GES des véhicules du Québec».

pollution co2
Écrivez-nous
Partagez