14 mai 1998

Collation des grades de juin 1998

L'Université va décerner dix doctorats honorifiques

Treize nouveaux professeurs émérites

En juin prochain, l'Université décernera dix doctorats honorifiques à des personnalités de renommée internationale. Ces personnes seront entourées d'un nombre imposant de finissants et de finissantes qui recevront des mains du recteur, François Tavenas, leur diplôme d'études supérieures à l'occasion des cérémonies de Collation des grades des 1er, 2e et 3e cycles qui se tiendront au stade couvert du PEPS.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté de médecine, de la Faculté de médecine dentaire, de la Faculté de pharmacie, de la Faculté des sciences infirmières et de la Faculté des études supérieures se tiendra le samedi 6 juin, à 15 h. Ralph S. Paffenbarger jr., épidémiologiste et professeur émérite de la Stanford University (E.-U.), recevra un doctorat honorifique au cours de la cérémonie. Les professeurs Jacques Brunet, Denis Gagnon, Alexandre Meisels, Yves Morin et Pierre Potvin, de la Faculté de médecine, seront proclamés professeur émérite.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté de foresterie et de géomatique, de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation et de la Faculté des études supérieures se tiendra le dimanche 7 juin, à 10 h 30. Gisèle Lamoureux, botaniste et écologiste, et Robert Chicoine, spécialiste de la génétique animale et directeur général d'Alliance Semex, recevront un doctorat honorifique au cours de la cérémonie. Les professeurs Armand Boudreau et Jean-Pierre Wampach de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, seront proclamés émérite.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté des sciences et de génie et de la Faculté des études supérieures se tiendra le dimanche 7 juin, à 16 h 30. Hubert Reeves, astrophysicien et vulgarisateur scientifique, recevra un doctorat honorifique au cours de la cérémonie.La faculté remettra ses prix Summa à des personnalités qui se sont illustrées dans le domaine des sciences et du génie, ainsi qu'en enseignement et en recherche.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté des sciences de l'administration et de la Faculté des études supérieures se tiendra le samedi 13 juin, à 10 h 30. Bernard Roy, spécialiste de la recherche opérationnelle et de l'aide à la décision, professeur à l'Université de Paris-Dauphine, recevra un doctorat honorifique au cours de la cérémonie.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté de droit, de la Faculté des sciences sociales, de l'Institut québécois des hautes études internationales et de la Faculté des études supérieures se tiendra le samedi 13 juin, à 16 h 30. Christian Louit, président de l'Université de droit, d'économie et des sciences d'Aix-Marseille III, et Renaud Sainsaulieu, sociologue et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, recevront un doctorat honorifique au cours de la cérémonie. Le professeur Louis Balthazar, de la Faculté des sciences sociales, sera proclamé émérite.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté de philosophie, de la Faculté des sciences de l'éducation, de la Faculté de théologie et des sciences religieuses, du programme de baccalauréat multidisciplinaire et de la Faculté des études supérieures aura lieu le dimanche 14 juin, à 10 h 30. André Gounelle, professeur titulaire à la Faculté de théologie protestante de Montpellier, recevra un doctorat honorifique au cours de la cérémonie. La professeure Aimée Leduc de la Faculté des sciences de l'éducation sera proclamée émérite.

La cérémonie de Collation des grades de la Faculté d'aménagement, d'architecture et des arts visuels, de la Faculté des lettres, de la Faculté de musique et de la Faculté des études supérieures aura lieu le dimanche 14 juin, à 16 h. Bernard Quemada, vice-président du Conseil supérieur de la langue française (France), et Fernand Lindsay, fondateur et directeur artistique du Festival international de Lanaudière, recevront un doctorat honorifique au cours de la cérémonie. Les professeurs Antonio Risco (à titre posthume) et Roland Sanfaçon de la Faculté des lettres et la professeure Jeanne Landry de la Faculté de musique, seront proclamés émérite.

Le Secrétaire général de l'Université Laval, André C. Côté, rappelle à tous les professeurs et professeures qui désirent participer au défilé universitaire de bien vouloir répondre à l'invitation qui leur a été faite par leur doyen ou doyenne.


FACULTÉ D'AMÉNAGEMENT, D'ARCHITECTURE ET DES ARTS VISUELS, FACULTÉ DES LETTRES, FACULTÉ DE MUSIQUE

DOCTEUR ÈS LETTRES HONORIS CAUSA

BERNARD QUEMADA

Vice-président du Conseil supérieur de la langue française, France

Linguiste de réputation internationale, Bernard Quemada est docteur ès lettres, diplômé de l'École pratique des hautes études de Paris et de l'Institut des professeurs de français à l'étranger. D'abord maître de confé-rences, puis professeur à la Faculté des lettres de l'Université de Besançon, il a été professeur titulaire de linguistique française et directeur de l'unité d'ensei-gnement et de recherche d'études françaises pour l'étranger à l'Université de Paris-III, et doyen de la Faculté des lettres de l'Université Paris-XIII. Depuis 1977, il est directeur d'études à l'École pratique des hautes études de Paris.

Pionnier, en France, dans le domaine de la linguistique appliquée, Bernard Quemada s'est intéressé, tout au long de sa carrière, à la lexicologie et à la lexicographie et il est l'un des premiers partisans du recours à l'informa-tique pour le traitement des données lexicales. C'est ainsi qu'il fonde des centres de linguistique appliquée et d'étude du vocabulaire français dont il assume la direction et qu'il dirige le Centre d'étude du français moderne et contemporain du Centre national de recherche scientifique (CNRS). À titre de directeur de l'Institut national de la langue française du CNRS, Bernard Quemada a, par la suite, géré les travaux qui ont mené à la publication du Trésor de la langue française. C'est aussi à ce titre qu'il est devenu membre du comité scientifique du Trésor de la langue française au Québec, une entreprise qu'il n'a cessé de soutenir et d'encourager depuis les tout débuts.

Auteur de nombreux ouvrages dans le domaine de la lexicographie, il fonde et dirige aussi deux prestigieuses revues internationales: les Cahiers de lexicologie et les Études de linguistique appliquée. Plus récemment, les préfaces du Dictionnaire de l'Académie française, 1694-1992 ont été publiées sous sa direction.

Depuis 1989, Bernard Quemada est chargé, à titre de vice-président du Conseil supérieur de la langue française, de conseiller le premier ministre de France en matière d'aménagement, de promotion et de diffusion du français. Il est aussi président du Conseil scientifique de l'Instituto di Linguistica Computazionale de Pise et membre du Conseil international de la langue française.

Vibrants témoignages du prestige acquis par Bernard Quemada sur le plan international, de nombreux hommages lui ont été rendus par ses pairs au cours des dernières années, notamment dans le Computational lexicology and lexicography, dans Études de linguistique appliquée et dans la Revue de didactologie des langues-cultures.


DOCTEUR EN MUSIQUE HONORIS CAUSA

PÈRE FERNAND LINDSAY, csv

Directeur artistique du Festival international de Lanaudière

Diplômé en philosophie de la Sorbonne et de l'Institut catholique de Paris, le père Fernand Lindsay est titulaire d'une licence en études médiévales de l'Université de Montréal. En 1978, il met sur pied le Festival international de Lanaudière et il en assume la direction artistique. Depuis 1967, il est professeur de littérature musicale au cégep Joliette-Lanaudière, anciennement le Séminaire de Joliette, où il entreprend sa carrière en 1953 d'abord par l'enseignement du français, du latin, de l'histoire puis de la philosophie.

Sous l'impulsion du père Lindsay, plusieurs organismes du domaine musical ont vu le jour ou ont progressé dans la région de Lanaudière, tels les Jeunesses musicales de Joliette, le Festival-Concours de musique de Lanaudière, le Camp musical de Lanaudière, le Centre culturel de Joliette, les Chanteurs de la Place-Bourget et, enfin, le prestigieux Festival international de Lanaudière. Grâce à l'engagement, à la détermination et aux grandes qualités de chef d'en-treprise du père Fernand Lindsay, le Festival de Lanaudière a non seulement acquis, au fil des ans, une réputation internationale, mais constitue aussi un lieu exceptionnel permettant aux jeunes musiciens d'ici et d'ailleurs d'être en contact avec les plus grands interprètes de notre époque, un lieu qui a d'ailleurs vu s'amorcer la carrière de plusieurs musiciens québécois reconnus.

La passion du père Lindsay pour la musique et l'amour du métier qu'il a su transmettre aux jeunes artistes rejaillissent de façon exemplaire sur la vie culturelle québécoise. De nombreuses distinctions viennent reconnaître sa contribution. Décoré de l'Ordre du Canada en 1987 et de l'Ordre national du Québec en 1990, il est aussi récipiendaire de la Médaille des Jeunesses musi-cales du Canada, du premier prix national Lescarbot soulignant le bénévolat dans le secteur culturel, ainsi que du prix Calixa-Lavallée décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.


FACULTÉ DE DROIT, FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES, NSTITUT QUÉBÉCOIS DES HAUTES ÉTUDES INTERNATIONALES

DOCTEUR EN DROIT HONORIS CAUSA

CHRISTIAN LOUIT

Président de l'Université de droit, d'économie et des sciences d'Aix-Marseille III

Titulaire d'un doctorat d'État en droit, Christian Louit est spécialiste du droit fiscal et constitutionnel ainsi que du droit administratif, plus particulièrement en ce qui a trait aux grands services publics et aux entreprises publiques.

Le curriculum vitæ de Christian Louit témoigne d'une carrière prestigieuse au sein de l'Université de droit, d'économie et des sciences d'Aix-Marseille III, d'abord en tant que professeur, puis à titre de directeur de l'Institut de droit des affaires, de doyen de la Faculté de droit et de science politique et, enfin, de président de cette université, une fonction qu'il occupe depuis 1994. Christian Louit est aussi directeur du Centre d'études fiscales de l'Institut de droit des affaires, vice-président fondateur de la Fondation internationale pour l'enseignement du droit des affaires et membre de l'Association fiscale interna-tionale, de la Société de droit fiscal ainsi que de plusieurs autres organismes spécialisés dans ce domaine.

Auteur prolifique, Christian Louit a publié près d'une centaine d'articles dans des revues prestigieuses, telles que Chronique de jurisprudence fiscale, Revue française de comptabilité, Jurisclasseur fiscal et Annuaire des pays de l'océan Indien.

En tant que responsable des relations universitaires avec le Canada, la Hongrie, l'Australie et la Chine, Christian Louit a donné de nombreuses confé-rences dans ces divers pays et dans d'autres pays à travers le monde. Il a d'ailleurs tissé des liens très étroits avec l'Université Laval, notamment en jetant les bases d'un accord de coopération entre celle-ci et l'Université d'Aix-Marseille III, un accord dont ont bénéficié plus d'une vingtaine de professeurs des deux universités depuis 1981.

De nombreuses distinctions viennent ponctuer la carrière de Christian Louit. Ainsi, il a été nommé Chevalier des Palmes académiques en 1987, Commandeur de l'Ordre du Mérite de la République italienne en 1990 et Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République française en 1991. En 1996, l'Université de la Louisiane à Baton Rouge lui a décerné un doctorat honoris causa.


DOCTEUR EN SCIENCES SOCIALES HONORIS CAUSA

RENAUD SAINSAULIEU

Sociologue et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris

Titulaire d'un diplôme d'études approfondies en psychologie indus-trielle et d'un doctorat d'État ès lettres et sciences humaines de l'Université de la Sorbonne, le professeur Renaud Sainsaulieu enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris depuis 1977. Psychologue, juriste, politologue et sociologue, il est reconnu pour ses travaux remarquables sur la dynamique des relations de travail dans les organisations industrielles et administratives, sur la sociologie de l'entreprise et sur le changement des institutions.

Considéré comme un pionnier des études empiriques sur le thème Culture et entreprise, c'est à titre de chargé de recherche au centre Sociologie des organisations du Centre national de recherche scientifique (CNRS) que Renaud Sainsaulieu entreprend sa carrière, en 1962. Tout en pour-suivant son enseignement à l'Institut d'études politiques de Paris, il assume des responsabilités scientifiques au sein du CNRS. Il a éga-lement été directeur du diplôme d'études supérieures spécialisées Politiques d'entreprise en développement social et emploi, du prestigieux Centre d'études sociologiques de Paris, responsable du Groupe de sociologie de la création institutionnelle et, enfin, fondateur et directeur du Laboratoire de sociologie du changement des institutions.

Auteur prolifique, il a publié, en plus d'une douzaine d'ouvrages rédigés avec ses équipes, de nombreux ouvrages à titre individuel, dont certains sont aujourd'hui considérés comme des classiques dans le domaine des sciences humaines. Il a aussi parrainé la publication d'une vingtaine de livres dans la collection savante Réponses sociologiques, qu'il a fondée chez l'éditeur Méridiens Klincksieck.

Professeur invité et conférencier dans plus de vingt pays, dont les États-Unis et le Canada, Renaud Sainsaulieu bénéficie d'une forte recon-naissance internationale et sa renommée est telle que la plupart des manuels de sociologie et de psychologie du travail et de l'entreprise font état de ses travaux. Récemment, l'Association internationale des sociologues de langue française, dont il fut vice-président puis président, de 1988 à 1996, lui conférait le titre de président d'honneur. Les liens de Renaud Sainsaulieu avec l'Université Laval sont aussi très étroits puisqu'il y a prononcé de nombreuses conférences et participé, à plusieurs reprises, à l'enseignement aux deuxième et troisième cycles.

Renaud Sainsaulieu est notamment reconnu pour son enga-gement auprès des jeunes en difficulté sociale et psychologique, assumant la présidence de l'association Lien Social Jeune.


FACULTÉ DE FORESTERIE ET DE GÉOMATIQUE, FACULTÉ DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION

DOCTEUR ÈS SCIENCES HONORIS CAUSA

GISÈLE LAMOUREUX

Botaniste et écologiste

Figure marquante du domaine de la botanique au Québec, Gisèle Lamoureux est reconnue pour ses talents de grande communicatrice et pour son oeuvre de vulgarisation scientifique.

Titulaire d'une maîtrise ès sciences (écologie forestière) de la Faculté de foresterie et de géomatique de l'Université Laval, Gisèle Lamoureux entre-prend sa carrière en 1974 à titre de conseillère scientifique au Centre de recher-che en sciences de l'environnement (CERSE), dans le cadre d'un programme de démoustication des îles du Saint-Laurent. Par la suite, elle travaille à l'organi-sation et à la réalisation du projet de recherche Croquefeuilles, portant sur l'utilisation culinaire et médicinale des plantes sauvages du Québec.

Très vite, Gisèle Lamoureux s'oriente vers la vulgarisation scienti-fique de la botanique et de l'écologie, un domaine dans lequel elle se taille une place de chef de file et impose ses idées, en particulier en ce qui concerne la nomenclature des noms communs. Auteure de plusieurs articles dans des revues scientifiques, c'est à la tête du groupe Fleurbec, dont elle fut la fondatrice en 1973, que Gisèle Lamoureux s'est le mieux fait connaître, par la publication, outre de nombreux ouvrages sur la flore du Québec, d'un index d'ouvrages scientifiques, d'un Atlas des plantes vasculaires de l'île de Terre-Neuve et des îles de Saint-Pierre-et-Miquelon, ainsi que d'une série d'affiches populaires sur les plantes du Québec. En 1996, elle fonde le bulletin FloraQuebeca, consacré à la protection des plantes sauvages du Québec.

Connue pour ses prises de position et pour ses interventions dans des dossiers environnementaux, Gisèle Lamoureux fut membre de plusieurs organismes voués à cette cause, dont l'Union québécoise pour la conservation de la nature et la Société linnéenne du Québec.

En reconnaissance de son travail remarquable, Gisèle Lamoureux recevait, en 1996, le titre de Chevalier de l'Ordre national du Québec. Elle fut aussi la première récipiendaire du prix Mérite de la conservation de la flore, en 1997.


DOCTEUR ÈS SCIENCES HONORIS CAUSA

ROBERT CHICOINE

Directeur général d'Alliance Semex Canada

Robert Chicoine, agronome, assume la direction générale d'Alliance Semex Canada ainsi que la présidence du Conseil canadien en élevage des bovins. Diplômé de l'Université Laval, il est titulaire d'une maîtrise en sciences animales (génétique animale). Sa contri-bution au progrès de l'industrie laitière, plus particulièrement dans le domaine de l'amélioration génétique, se révèle unique. Il est reconnu par ses pairs comme un scientifique rigoureux et un visionnaire, qui croit fermement dans la recherche et le développement.

La carrière de Robert Chicoine dans le domaine de la reproduction bovine est pour le moins exceptionnelle. Une fois ses études terminées à l'Université Laval, il est nommé responsable du programme d'évaluation génétique au Centre d'insémination artificielle du Québec (CIAQ). Il y fera sa marque en élaborant un programme audacieux d'évaluation des jeunes tau-reaux, point de départ de l'amélioration génétique. De responsable de la division génétique de l'entreprise, il devient directeur adjoint en 1979, puis directeur général en 1982, année où il fonde BOVITEQ inc., une filiale du CIAQ, qui offre des embryons de haute valeur génétique et des services techno-logiques de fine pointe. En 1996, une fusion des centres d'insémination du Canada amène la création de la plus grande entreprise d'insémination artificielle au monde, Alliance Semex. Robert Chicoine est alors choisi par tous les directeurs de ces centres pour diriger les destinées de la nouvelle société.

En raison de ses connaissances, de son expérience et de ses qualités personnelles, Robert Chicoine a souvent agi à titre de conseiller ou de consultant auprès de plusieurs organismes et industries. De plus, il a participé à la création du Centre d'évaluation génétique canadien (Gen-Can) et a présidé le Technology Transfer Task Force ainsi que le conseil d'administration de l'Association canadienne des éleveurs de bétail. En 1990, il fut cosignataire de l'entente Genexcel, qui a mené à la création d'un programme national d'échange de semence en race Holstein. Enfin, il a joué un rôle important dans la mise en oeuvre de la Chaire Claude-Hayes et du Centre de recherche en biologie de la reproduction du Département des sciences animales de l'Université Laval.

Au cours de sa brillante carrière, Robert Chicoine a reçu de nombreuses marques de reconnaissance. Il fut, notamment, le premier récipien-daire de la médaille de Distinction de l'Ordre des agronomes du Québec.


FACULTÉ DE MÉDECINE, FACULTÉ DE MÉDECINE DENTAIRE, FACULTÉ DE PHARMACIE, FACULTÉ DES SCIENCES INFIRMIÈRES

DOCTEUR ÈS SCIENCES HONORIS CAUSA

RALPH S. PAFFENBARGER JR

Professeur émérite de la Faculté de médecine de l'Université de Stanford

Ralph S. Paffenbarger est professeur émérite de la Faculté de médecine de l'Université de Stanford. Titulaire d'un doctorat en épidémiologie de l'Université Johns Hopkins, il est aussi professeur adjoint d'épidémiologie à la School of Public Health de l'Université Harvard.

Les contributions scientifiques du professeur Paffenbarger sont nom-breuses et lui ont valu une réputation enviable dans le monde médical, plus particulièrement en raison de ses travaux sur l'épidémiologie de la poliomyélite, des maladies mentales et du cancer. Ainsi, au tout début de sa carrière, alors qu'il est associé de recherche, rattaché à son alma mater, il s'intéresse à la transmission et à la pathogenèse de la poliomyélite et contribue grandement, avec ses collègues, à la découverte du vaccin contre cette terrible maladie par le Dr Jonas Salk.

Outre sa renommée mondiale en matière d'épidémiologie, c'est surtout dans le domaine de l'activité physique et de ses conséquences sur la morbidité et la mortalité, domaine auquel il a consacré les vingt dernières années de sa carrière, qu'il s'est fait le mieux connaître, notamment par ses trois grandes études épidémiologiques mettant en évidence la relation entre la vie sédentaire et le risque accru de souffrir d'hypertension, de contracter le diabète ou une maladie coronarienne. Ses travaux ont permis de démontrer qu'une activité physique, même modeste, engendre des bénéfices notables sur le plan de la qualité de la vie et réduit les risques de mortalité.

Membre actif de nombreuses organisations professionnelles, le professeur Paffenbarger a, entre autres, assumé la vice-présidence, puis la présidence de l'American Epidemiological Society et est l'auteur d'un nombre impression-nant de publications scientifiques. Outre sa longue carrière professorale, il compte plusieurs années à titre de chercheur pour le service américain de santé publique. Soulignons enfin que le professeur Paffenbarger est un grand sportif et qu'il a participé à plusieurs courses de marathon à travers le monde.

Au cours de sa carrière, Ralph S. Paffenbarger a reçu de nombreuses distinctions, dont la plus prestigieuse est certainement le premier Prix olympique en sciences du Comité international olympique, prix accordé conjointement au professeur Jerry Morris du Royaume-Uni.


FACULTÉ DE PHILOSOPHIE, FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ÉDUCATION, FACULTÉ DE THÉOLOGIE ET DE SCIENCES RELIGIEUSES, DIRECTION DU BACCALAURÉAT MULTIDISCIPLINAIRE

DOCTEUR EN THÉOLOGIE HONORIS CAUSA

ANDRÉ GOUNELLE

Professeur à la Faculté de théologie protestante de Montpellier

André Gounelle est titulaire d'un doctorat d'État en théologie de l'Université de Strasbourg et d'un doctorat en théologie de la Faculté libre de théologie protestante de Montpellier. Membre du corps professoral depuis 1971 de cette même faculté, dont il fut aussi le doyen, de 1976 à 1981, il est reconnu mondialement comme l'un des principaux repré-sentants de la théologie protestante, selon la grande tradition de l'Église réformée de France.

André Gounelle est l'auteur de nombreux ouvrages théolo-giques et articles scientifiques. Ses travaux sur les origines de la Réforme, sur ses diverses ramifications et sur ses principaux problèmes sont reconnus pour leur profonde vision de l'identité et de l'évolution du protestantisme. Il s'est aussi beaucoup intéressé à la théologie américaine et ses écrits sur les grands principes du protestantisme font d'ailleurs autorité en la matière.

Plus près de nous, André Gounelle s'est illustré par sa fonction de codirecteur de la collection des Oeuvres de Paul Tillich, ayant dirigé la tra-duction et l'édition du dernier ouvrage de la collection portant sur le thème Substance catholique et principe protestant. Il est d'ailleurs vice-président de l'Association Paul Tillich d'expression française. Il assume, de plus, la prési-dence de l'Association libérale Évangile et Liberté et est membre du comité de rédaction de la Revue d'histoire et de philosophie religieuses (Strasbourg) et de celui de la revue Études schweitzériennes.

Tout au long de sa prestigieuse carrière, André Gounelle a mérité de nombreuses distinctions, dont un doctorat d'honneur de l'Université de Lausanne. Il est aussi Chevalier de l'Ordre national des Palmes académiques et membre de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier.


FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION

DOCTEUR EN SCIENCES DE L'ADMINISTRATION HONORIS CAUSA

BERNARD ROY

Professeur à l'Université de Paris-Dauphine

Titulaire d'un doctorat d'État en sciences mathématiques de la Faculté des sciences de Paris et d'un diplôme de l'Institut des sciences politiques de Paris, Bernard Roy est, depuis 1972, professeur titulaire à l'Université de Paris-Dauphine, où il dirige le Laboratoire d'analyse et modélisation de systèmes pour l'aide à la décision (LAMSADE), une unité qu'il a créée et qui est associée au Centre national de recherche scientifique (CNRS). Conseiller scientifique à la Régie autonome des transports parisiens depuis 1980, Bernard Roy a toujours exercé des activités scientifiques de pointe dans le domaine de la recherche opérationnelle et de ses applications à la gestion des entreprises, domaine pour lequel il est d'ailleurs reconnu en France comme un pionnier.

D'abord ingénieur, puis directeur scientifique de la Société d'économie et de mathématiques appliquées (SEMA), Bernard Roy a aussi été professeur au Centre interarmées de recherche opérationnelle, puis directeur de séminaire à la Faculté des sciences de Paris, avant d'enseigner à l'Université de Paris-Dauphine. L'un des premiers à plaider pour la nécessité d'associer étroi-tement les techniques de la recherche opérationnelle et les méthodes d'aide à la décision, il est internationalement connu pour ses travaux et ouvrages relatifs à la théorie des graphes et aux approches d'aide multicritère à la décision.

En plus d'avoir publié un nombre impressionnant d'ouvrages et d'articles scientifiques à titre individuel, Bernard Roy a participé à de nombreux ouvrages collectifs. Il est membre de comités d'édition de revues prestigieuses telles que Theory and Decision, Recherche Opérationnelle, JORBEL, Journal of Multi-Criteria Decision Analysis, International Transaction in Operational Research et European Journal of Operational Researchs.

La contribution remarquable du professeur Roy et sa grande renommée lui ont valu de nombreuses reconnaissances à travers le monde, notamment des doctorats d'honneur de la Vrije Universiteit de Bruxelles, de l'Université de Liège, de l'Université de Fribourg et de l'École polytechnique de Poznan, en Pologne. Il est aussi Chevalier de l'Ordre national des Palmes académiques et récipiendaire de la Médaille d'or de l'Association of European Operational Research Societies within IFORS et de la MCDM Gold Medal. En 1991, la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval remettait à Bernard Roy le prix spécial de la Faculté en reconnaissance de l'excellence de sa contribution au domaine des sciences de l'administration.


FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE

DOCTEUR ÈS SCIENCES HONORIS CAUSA

HUBERT REEVES

Astrophysicien

Hubert Reeves est astrophysicien, diplômé de l'Université de Montréal, de l'Université McGill et de l'Université Cornell (États-Unis). Il entreprend une impressionnante carrière de professeur et de chercheur, d'abord à l'Université de Montréal, puis à l'Institut des études spatiales de la NASA à New York. En 1965, il quitte l'Amérique pour l'Europe et enseigne à l'Université libre de Bruxelles et au Centre national de la recher-che scientifique à Paris. Au cours des années 1980, il est professeur invité à l'Université Berkeley (États-Unis), à l'Université de Montréal, à l'Université de Paris VII et à l'Université de Toulouse. Il poursuit dès lors des recherches sur l'origine de l'univers au Service d'astrophysique de Saclay et à l'Institut d'astrophysique de Paris. C'est à cette époque qu'il s'engage dans un tour du monde avec un impressionnant cycle de conférences de vulgarisation sur l'astronomie intitulé L'Histoire de l'univers.

Hubert Reeves a présidé de nouveaux travaux de recherche, parti-culièrement en cosmologie, et a publié de nombreux livres scientifiques et travaux de vulgarisation. Il a également participé à la préparation de films et de spectacles à caractère scientifique. Il est l'auteur, pour l'Université de Montréal, d'une série intitulée Initiation à l'astronomie, télédiffusée à Canal Savoir.

De nombreuses distinctions viennent ponctuer la carrière tout à fait remarquable de Hubert Reeves. Notons qu'il a reçu plusieurs doctorats honorifiques d'importantes universités canadiennes et européennes. Il a été fait Chevalier de l'Ordre du mérite, Chevalier et Officier de la Légion d'honneur. Membre de l'Académie canadienne-française et de la Société royale du Canada, il est également Officier de l'Ordre du Canada et Officier de l'Ordre national du Québec.

Comme humaniste, philosophe, scientifique et écologiste réputé, la reconnaissance de toute la communauté scientifique nationale et internationale lui est acquise. L'engagement de Hubert Reeves dans le domaine de la vulgarisation scientifique fait de lui un personnage éminemment connu et estimé du grand public.


PROFESSEURS ÉMÉRITES

 

FACULTÉ D'AMÉNAGEMENT, D'ARCHITECTURE ET DES ARTS VISUELS, FACULTÉ DES LETTRES, FACULTÉ DE MUSIQUE

ANTONIO RISCO (1926-1998)Ý

Professeur à la Faculté des lettres

Antonio Risco, hispaniste de renommée mondiale, a été le créateur d'une riche production narrative en langue espagnole. Titulaire d'un doctorat en philosophie et lettres de l'Université Complutense de Madrid, il entreprend sa carrière à l'Université Laval en 1969, après quelques années d'enseignement en Espagne, en France et à l'université de l'Orégon aux États-Unis et à l'Université Mount Allison, au Nouveau-Brunswick. Pendant toutes les années consacrées à notre université, le professeur Risco a su se distinguer par son grand dévouement auprès des étudiants ­ il a dirigé pendant long-temps les études de deuxième et troisième cycles en littératures d'expression espagnole ­ et par son apport exceptionnel au renom des programmes en études hispaniques offerts à l'Université Laval.

Spécialisé dans le domaine des genres narratifs et de la création litté-raire, il s'est intéressé plus particulièrement aux auteurs dits de la génération de 98: Valle-Inclán, Azorín et Baroja; à la littérature fantastique espagnole; à la littérature galicienne et à l'esthétisme comparé. Il a été lui-même l'auteur d'un nombre incalculable de publications, dont plusieurs oeuvres de création en galicien, sa langue maternelle. La contribution du professeur Risco à la renom-mée internationale de notre université s'est révélée pour le moins exception-nelle, que ce soit à titre de professeur invité dans plusieurs universités à travers le monde ou de membre de nombreuses associations scientifiques espagnoles, canadiennes et internationales, ainsi que de la New York Academy of Sciences.

Le départ du professeur Antonio Risco a laissé, dans la mémoire de ses collègues, de ses anciens étudiants et de toute la communauté de l'Université Laval, le souvenir d'une présence marquante, la trace d'un scientifique de renom et d'un grand créateur.


ROLAND SANFAÇON

Professeur à la Faculté des lettres

Titulaire d'un diplôme d'études supérieures de l'Université de Poitiers et d'un doctorat de l'École pratique des hautes études de Paris, le professeur Roland Sanfaçon peut être considéré comme l'instigateur de l'enseignement et de la recherche en histoire de l'art à la Faculté des lettres de l'Université Laval, où il entreprend sa carrière d'enseignant en 1960. C'est en effet sous son influence que l'étude de l'histoire de l'art et de l'architecture devient non seulement une entité autonome et distincte, mais aussi l'un des points forts de la formation en histoire à l'Université Laval. Par ailleurs, il élabore des cours spécialisés en art islamique et en art asiatique, deux secteurs très longtemps négligés dans la plupart des programmes de premier cycle au Québec et au Canada, faisant ainsi, là encore, oeuvre de pionnier.

Les travaux et les publications du professeur Sanfaçon sur l'architec-ture flamboyante en France et sur l'idéographie chinoise lui ont valu la consi-dération de ses pairs et celle de la communauté scientifique internationale. Reconnu pour ses grandes qualités de communicateur, monsieur Sanfaçon a prononcé plusieurs conférences dans des congrès et colloques à travers le monde et a écrit un nombre impressionnant de monographies et d'articles, et a participé à des ouvrages collectifs. Par sa capacité d'innover et d'élargir les perspectives scientifiques, le professeur Roland Sanfaçon a contribué d'une manière remarquable non seulement à l'avancement des domaines de l'histoire de l'art et de l'architecture, mais aussi à l'implantation de ces disciplines dans notre université et dans d'autres établissements d'enseignement du Québec.


JEANNE LANDRY

Professeure à la Faculté de musique

Diplômée de l'École supérieure de musique d'Outremont (École Vincent-d'Indy) et lauréate du prix Archambault et du prix d'Europe, Jeanne Landry menait déjà une brillante carrière de concertiste au Canada, aux États-Unis et en Europe, ainsi qu'à la radio et à la télévision, lorsqu'elle entre à l'Université Laval, en 1951. D'abord chargée d'enseignement, puis professeure, à compter de 1957, elle y enseigne pendant plus de trente ans l'écriture musicale, l'harmonie, le contrepoint et la fugue, et y est responsable des classes d'écriture, d'accompagnement et de musique de chambre avec piano. Par sa participation à de nombreux comités de programme, de musique et de concerts, et par les res-ponsabilités diverses qu'elle a assumées dans l'encadrement des étudiants et dans l'organisation d'activités visant à mettre en valeur de jeunes artistes, Jeanne Landry a largement favorisé l'essor de la musique classique au Québec. Elle a contribué ainsi à la création des Jeunesses musicales du Canada et à la fondation de la société Musique de notre temps.

Auteure de plus de 70 oeuvres musicales: mélodies et cycles de mélodies, pièces pour piano et pour orgue, musique liturgique, ainsi que de 300 poèmes inédits, Jeanne Landry est reconnue non seulement pour ses grands talents de pédagogue, mais aussi pour son oeuvre créatrice. Encore aujourd'hui, elle continue de se consacrer à la composition musicale et à l'écri-ture, poursuivant ainsi son exceptionnelle contribution à la vie culturelle québé-coise et au rayonnement de l'Université Laval à l'étranger. En 1996, elle rem-portait le concours organisé par la Société nationale des Québécois et des Québécoises de la capitale, en vue de la création d'un hymne national.


FACULTÉ DE DROIT, FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES, INSTITUT QUÉBÉCOIS DES HAUTES ÉTUDES INTERNATIONALES

LOUIS BALTHAZAR

Professeur à la Faculté des sciences sociales

Le professeur Louis Balthazar est politologue, titulaire d'un doctorat en science politique de l'Université Harvard et diplômé en littérature française de l'Université de Montréal. C'est en 1969 que Louis Balthazar entreprend sa carrière de professeur au Département de science politique de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval, une carrière au cours de laquelle il aura largement contribué à la vie organisationnelle de sa faculté et de son dépar-tement, dont il a été le directeur à deux reprises. Auteur d'un nombre impres-sionant de publications et d'articles dans des journaux et revues du Québec et d'ailleurs, le professeur Balthazar a acquis une renommée internationale par ses travaux et ses recherches portant sur l'identité et le nationalisme au Québec, sur les rela-tions nationales et internationales du Québec ainsi que sur la politique amé-ricaine. Conférencier invité dans une trentaine de pays, il recevait l'an dernier, lors du congrès de l'Association for Canadian Studies in United States (ACSUS), un hommage pour sa contribution au développement des études canadiennes aux États-Unis.

Reconnu pour son engagement dans le débat sur l'éducation dans la société québécoise, le professeur Balthazar a participé à d'importants travaux sur l'avenir de l'Université, tant à l'Université Laval qu'au sein de comités gouvernementaux. Encore ajourd'hui, il demeure très actif auprès de divers organismes scientifiques, étant président de la Société québécoise de science politique et membre du comité scientifique de l'Association internationale d'études québécoises et du Comité sur les études canadiennes de l'Institut indo-canadien Shastri. Par la carrière exceptionnelle qu'il a menée au Québec et dans le reste du monde, par son intégrité et son dévouement, Louis Balthazar a su mériter le respect et l'admiration de ses pairs et de toute la communauté de l'Université Laval.


FACULTÉ DE FORESTERIE ET DE GÉOMATIQUE, FACULTÉ DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION

ARMAND BOUDREAU

Professeur à la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

Le professeur Armand Boudreau est agronome, titulaire d'un doctorat en sciences des aliments de l'Université de l'Alberta. Après des études post-doctorales au Department of Dairy and Food Industries de l'Université du Wisconsin et après cinq années de recherche au Département de biochimie des Laboratoires Ayerst, c'est en 1970 que Armand Boudreau devient professeur au Département de sciences et technologie des aliments de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation de l'Université Laval. À ce titre, il se distingue à l'extérieur du pays, au Sénégal, où il implante, en 1972, un centre de formation laitière, et au Maroc, comme chef du Département de technologie alimentaire à l'École d'agriculture de Meknès, de 1975 à 1978. Il poursuit par après sa carrière à l'Université Laval, dans l'enseignement et la recherche en science et technologie des corps gras et des produits céréaliers, un domaine pour lequel il acquiert, au cours des années, une réputation d'envergure internationale.

Membre expert de plusieurs comités scientifiques, le professeur Boudreau a aussi publié une cinquantaine d'ouvrages scientifiques ou tech-niques ainsi que des articles de vulgarisation et prononcé plus de 45 confé-rences à travers le monde. Sa carrière remarquable lui a d'ailleurs valu de nom-breuses reconnaissances, dont le statut de Membre émérite de l'Institute of Food Technologists de Chicago, en 1996. Armand Boudreau a su faire honneur à son université et à sa profession, tant par sa grande expertise et son importante contribution au domaine des corps gras et des produits céré-aliers, que par l'enthousiasme qu'il a insufflé à plusieurs générations d'étudiants ayant choisi de faire carrière dans ce champ de spécialisation.


JEAN-PIERRE WAMPACH

Professeur à la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

Le professeur Jean-Pierre Wampach est ingénieur agronome. Titulaire d'un doctorat en économie agricole de l'Université Cornell et d'une licence en sciences économiques appliquées de l'Université de Louvain, c'est en 1965 qu'il entreprend sa carrière d'enseignant à l'Université Laval, après dix années passées à Louvain, auprès de la Communauté économique européenne, de l'École des sciences économiques appliquées et de l'Institut de recherches éco-nomiques et sociales.

En plus d'avoir consacré sa carrière à ses activités d'enseignement et de recherche dans le domaine de l'économie du développement agricole, de l'ana-lyse des prix et de la méthodologie de la recherche, le professeur Wampach a dirigé plus d'une vingtaine d'étudiants des cycles supérieurs. Sa carrière témoi-gne d'un engagement profond au sein de la vie administrative de sa faculté. C'est ainsi qu'il a été directeur pendant huit ans des études des deuxième et troisième cycles dans son département, directeur du Département d'économie rurale, membre du bureau de coordination de l'enseignement des deuxième et troisième cycles de la Faculté et membre du Conseil de l'École des gradués. Il acquiert de même une réputation à l'échelle internationale, tant par ses publica-tions scientifiques que par les nombreuses missions de coopération à l'étranger auxquelles il a participé, notamment en France, en Belgique, au Rwanda, au Maroc et en Italie.

Le rayonnement du professeur Jean-Pierre Wampach dans le domaine de l'économie et des politiques agroalimentaires, ainsi que ses grandes qualités d'enseignant et d'administrateur témoignent d'une valeur hors du commun, que reconnaissait d'ailleurs le Conseil des arts du Canada en lui accordant, en 1974, une importante bourse de recherche.


FACULTÉ DE MÉDECINE, FACULTÉ DE MÉDECINE DENTAIRE, FACULTÉ DE PHARMACIE, FACULTÉ DES SCIENCES INFIRMIÈRES

JACQUES BRUNET

Professeur à la Faculté de médecine

Diplômé en médecine de l'Université Laval, le docteur Jacques Brunet est titulaire d'un certificat de spécialisation en médecine interne et en endocri-nologie du Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec. Il est aussi Fellow de l'American College of Physicians. Au cours d'une carrière amorçée à la Faculté de médecine de l'Université Laval en 1963, Jacques Brunet a publié près d'une cinquantaine d'articles scientifiques, monographies et documents et a agi à de nombreuses occasions à titre de professeur invité et d'expert, tant au Québec qu'au Canada et à l'étranger. Le développement des programmes de formation en médecine et l'organisation d'un lien université-hôpital ont toujours été au coeur de ses préoccupations. Dans les années soixante, il a d'ailleurs fait partie des principaux comités d'orientation de l'Université Laval et de la Faculté de médecine et a siégé comme conseiller médical à une commission d'enquête sur la santé et le bien-être social. Poussant encore plus loin son engagement social, il a poursuivi une brillante carrière au sein de l'administration publique, d'abord comme sous-ministre des Affaires sociales, de 1970 à 1978, puis à titre de directeur général du Centre hospitalier de l'Université Laval et ce, jusqu'au moment de sa retraite, en 1992.

Bel exemple d'engagement et de ténacité, la carrière du docteur Brunet a été couronnée par de nombreuses marques de reconnaissance, tels le prix Vigor, attribué au meilleur administrateur du réseau par l'Association des admi-nistrateurs des services de santé et des services sociaux du Québec, et le prix Carrière, décerné par l'Association des diplômés et diplômées de l'ENAP. Sans l'ombre d'un doute, les grandes qualités d'humaniste de monsieur Jacques Brunet, jumelées à ses habiletés d'administrateur, l'ont mené à jouer, au cours des trente dernières années, un rôle primordial et bénéfique pour la santé et le bien-être de la communauté québécoise.


DENIS GAGNON

Professeur à la Faculté de médecine

C'est à partir de 1975 que le docteur Denis Gagnon, titulaire d'un doctorat en pharmacologie de l'Université McGill, poursuit, à l'Université Laval, une brillante carrière de professeur amorçée à l'Université de Sherbrooke, en 1968. Excellent pédagogue, le docteur Gagnon se consacre, parallèlement à sa carrière d'enseignant, à de savants travaux de recherche portant sur le rôle du système nerveux central sur les mécanismes périphériques circulatoires et sur la pharmacologie du système gastro-intestinal, des prostaglandines et du système rénine-angiotensine. Dès son arrivée à l'Université Laval, il devient directeur du Département de pharmacologie, entreprenant de cette manière un long parcours dans l'administration universitaire, en marge de ses activités d'enseignement et de recherche. Il est en effet vice-doyen à la recherche de la Faculté de méde-cine, de 1977 à 1986, puis vice-recteur à la recherche de l'Université, poste qu'il occupe avec brio jusqu'en 1997, année de sa retraite. Au cours des dix années du mandat du docteur Gagnon, la recherche à l'Universiré Laval connaît un essor considérable.

Membre de maints comités internes et externes, dont le Conseil de recherches médicales du Canada et le Conseil de recherches en sciences natu-relles et en génie du Canada, ainsi que de plusieurs comités interministériels, Denis Gagnon a aussi présidé une commission d'étude sur le système canadien d'approbation des médicaments et a produit, à ce titre, un rapport qui a entraîné une modification substantielle des règlements en vigueur dans ce domaine. De plus, en tant que vice-recteur à la recherche, il a été intimement associé aux travaux des divers organismes canadiens de recherche. L'engagement profond de Denis Gagnon dans la recherche universitaire, juxtaposé à une carrière sans faille de scientifique, de pédagogue et d'adminis-trateur, a constitué un apport remarquable, tant pour l'avancement du domaine de la pharmacologie que pour celui de notre université.


ALEXANDRE MEISELS

Professeur à la Faculté de médecine

Le docteur Alexandre Meisels est titulaire d'un doctorat en médecine de l'Université nationale de Mexico et compte quatre années de spécialisation en cytologie diagnostique à l'Institut national du cancer à Mexico. Il est en charge du laboratoire de cytologie exfoliatrice de cet institut à compter de 1955. En 1960, il entre au Département de pathologie de la Faculté de médecine de l'Université Laval à titre de responsable du laboratoire de cytologie diagnostique. Devenu professeur en 1965, Alexandre Meisels prend la tête du service d'anatomopathologie et de cytologie de l'Hôpital du Saint-Sacrement, service qui se transforme, en 1987, en département universitaire de biologie médicale. Le docteur Meisels continue d'assumer la direction de l'École de cytotech-nologie Alexandre-Meisels, intégrée au cégep de Sainte-Foy. Auteur d'au-delà de 130 publications scientifiques et chapitres de livres, il a été le premier à signaler le rapport qui existe entre les papillomavirus et le cancer du col utérin, et le précurseur, à Québec, de l'utilisation de la ponction à l'aiguille fine pour le diagnostic de plusieurs types de tumeurs.

La carrière du docteur Meisels témoigne d'un engagement profession-nel et d'un rayonnement scientifique hors du commun. Non seulement a-t-il assumé la présidence de plusieurs sociétés scientifiques nationales et internatio-nales, mais il a aussi été en charge de l'organisation des six derniers congrès internationaux de cytologie. En reconnaissance de ce rayonnement, il a d'ail-leurs reçu le prix Goldblatt de l'Académie internationale de cytologie, le prix Papanicolaou de la Société américaine de cytologie, la Médaille d'argent de la ville de Paris ainsi que la médaille du Jubilée de la Reine. L'an dernier, l'Univer-sité du Pays basque lui a remis un doctorat honoris causa. L'oeuvre d'Alexandre Meisels témoigne non seulement d'une contribution scientifique et professionnelle remarquable, mais aussi d'un apport précieux à l'avancement des connaissances sur cette terrible maladie qu'est le cancer.


YVES MORIN

Professeur à la Faculté de médecine

Le docteur Yves Morin est diplômé de la Faculté de médecine de l'Université Laval et Fellow du Collège royal du Canada, de l'American College of Cardiology et de l'American College of Physicians. Après un séjour de spécialisation de près de sept ans dans les universités de Toronto, de Londres et de Paris, il est nommé professeur à l'Université Laval en 1961. Ses travaux portent principalement sur le traitement de l'hypertension artérielle et de l'infarctus du myocarde ainsi que sur les méthodes d'évaluation hémody-namique. En 1966, il publie d'ailleurs une étude qui sera déterminante sur la cardiomyopathie des buveurs de bière.

À la suite d'une brillante carrière dans l'administration, qui le mène à occuper les postes de directeur de l'Institut de cardiologie de Québec, de directeur du Département de médecine et, enfin, de doyen de la Faculté de médecine, Yves Morin retourne finalement à la pratique de la cardiologie à l'Hôtel-Dieu de Québec, où se concrétisera, grâce à lui, un secteur de cardio-logie tertiaire et de chirurgie cardiovasculaire de grande qualité. Dans le cadre de ses recherches, il publie plus de 300 monographies, chapitres de livres et articles scientifiques. Pouvant témoigner, tout au long de sa carrière, d'un rayonnement pour le moins exceptionnel auprès des asso-ciations profes-sionnelles et scientifiques au Québec, au Canada et à travers le monde, le docteur Morin participait encore récemment, à la demande du minis-tère de la Santé, aux travaux du comité d'implantation de l'assurance-médicaments du Québec.

La réputation du docteur Morin lui a valu de nombreuses distinctions, telles que l'Ordre du Canada, l'Ordre national du Québec et l'Ordre national du mérite, en France. Elle lui a aussi permis d'assumer, au cours de sa carrière, des responsabilités hors du commun. Il a été le médecin du Pape Jean-Paul II lors de sa visite en 1984 et celui des membres du Sommet de la francophonie, en 1988. De plus, il a accompagné le gouverneur général du Canada lors de visites offi-cielles dans plusieurs pays, en 1991 et 1994. Non seulement le docteur Yves Morin est-il un scientifique respecté et un cardiologue de grande réputation, mais il constitue sans aucun doute un maillon important de l'évolution du domaine de la cardiologie au Québec.


PIERRE POTVIN

Professeur à la Faculté de médecine

Titulaire d'un doctorat en médecine de l'Université de Toronto, le docteur Pierre Potvin se révèle certes un acteur important de l'évolution qu'ont connue l'Université Laval et sa faculté de médecine au cours des quarante dernières années. Tout au long d'une carrière amorçée en 1956 dans l'ensei-gnement et la recherche fondamentaliste en médecine, il a été en effet très engagé au sein de la vie administrative de l'Université Laval. Il a ainsi assumé tour à tour le rôle de secrétaire, de vice-doyen et de doyen de la Faculté de médecine, siégé au Conseil de l'Université, au Conseil universitaire et au Comité exécutif, et présidé, entre autres, le Comité sur la réforme des instances décision-nelles de l'Université Laval. Plus récemment, il a participé aux travaux du Comité d'étude de la structure facultaire de l'Université. Il a aussi maintes fois représenté l'Université Laval au sein de nombreuses instances dont le conseil d'administration du Conseil régional de la santé et des services sociaux et la Conférence internationale des doyens de médecine d'expression française.

Le docteur Potvin a reçu de nombreux prix et distinctions au cours de sa carrière. Il a été nommé Commandeur de l'Ordre national des Palmes acadé-miques du gouvernement français et professeur honoraire à la Norman Bethune University of Medical Sciences de Changchun, en Chine. Enfin, c'est en son honneur qu'a été créé le prix éponyme AMLFC­Pierre-Potvin de l'Association des médecins de langue française du Canada. Pilier de l'évolution qu'a connue l'enseignement universitaire dans la seconde moitié de ce siècle, le docteur Pierre Potvin peut être considéré à juste titre comme l'un des bâtisseurs de l'Université Laval d'aujourd'hui.


FACULTÉ DE PHILOSOPHIE, FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ÉDUCATION, FACULTÉ DE THÉOLOGIE ET DE SCIENCES RELIGIEUSES, DIRECTION DU BACCALAURÉAT MULTIDISCIPLINAIRE

 

JAROMIR DANEK

Professeur à la Faculté de philosophie

Titulaire d'un doctorat en philosophie de l'Université de Prague, le professeur Jaromir Danek entreprend sa carrière à l'Université Laval en 1968, après quelques années d'enseignement dans les universités de Prague et de Presov en Tchécoslovaquie et à l'Université d'Innsbruck en Autriche.

Promu professeur titulaire en 1976, Jaromirt Danek a su se distinguer tout au long de sa carrière à l'Université Laval, tant par son dévouement auprès de ses étudiants (il a dirigé plus d'une cinquantaine de thèses de maîtrise et de doctorat) que par son engagement au sein de sa faculté, dont il fut d'ailleurs un éminent représentant.

Spécialiste de la logique et de la phénoménologie, monsieur Jaromir Danek est l'auteur d'un grand nombre de monographies et d'essais, ainsi que d'articles pour des revues prestigieuses telles que Man and World et Handbook of World Philosophy, aux États-Unis. Même s'il a pris sa retraite il y a un an, monsieur Danek continue de diriger des mémoires de maîtrise et des thèses de doctorat et de travailler sans relâche à des articles, traductions et comptes rendus pour des ouvrages réputés, notamment Orbis Phaenomenologicus, Zür Phänomenologie der Intersubjektivität et Historishes Wörterbuch der Philosophie. Par son perfectionnisme et son acharnement au travail, tout au long d'une carrière universitaire menée avec brio, Jaromir Danek aura laissé sa marque dans l'histoire de la Faculté de philosophie de l'Université Laval et grandement participé à sa renommée.


AIMÉE LEDUC

Professeure à la Faculté des sciences de l'éducation

Diplômée en éducation et en philosophie de l'Université de Montréal, Aimée Leduc compte déjà 15 années d'un travail et d'un engagement reconnus au sein du milieu de l'éducation de la région de Montréal, notamment à titre de directrice de l'Association for retarded children, lorsqu'elle com-mence sa carrière de professeure à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, en 1967. Une carrière exceptionnelle, au cours de laquelle elle aura apporté une contribution sans égale à la compréhension des phéno-mènes complexes de l'apprentissage humain et de celui des enfants ayant une déficience physique ou intellectuelle. AiméeLeduc est aussi reconnue pour la qualité de son enseignement et pour l'excellence de l'encadrement d'étu-diants aux cycles supérieurs. En effet, trente-six étudiants dont elle a dirigé les travaux de recherche ont obtenu un doctorat et vingt d'entre eux sont aujourd'hui professeurs dans des universités du Québec.

Les activités professionnelles d'Aimée Leduc témoignent d'une ardeur et d'un rayonnement sans pareil. Non seulement est-elle l'auteure de près de 90 publications, mais elle a aussi fait partie de nombreux comités de l'Université Laval et de sa faculté, ainsi que d'organismes extérieurs voués à l'étude de la dynamique de l'apprentissage humain. Plusieurs universités à travers le monde, dont l'Université de Genève et la Universidad Central de Caracas, l'ont reçue à titre de professeur invitée. En reconnaissance de cet impressionnant parcours, maints honneurs et distinctions lui ont été accordés, dont la médaille du Lieutenant-Gouverneur, en 1949 et en 1951, la médaille Mérite et reconnaissance du Conseil québécois pour l'enfance et la jeunesse, en 1987, et un doctorat honoris causa de l'Université du Québec à Trois-Rivières, en 1997. De la part de ses collègues et des nombreux étudiants qu'elle a formés au cours d'une longue et fructueuse carrière, Aimée Leduc a mérité respect et admiration pour sa contribution en tout point exceptionnelle à la formation de la relève et à l'avancement des connaissances.