25 janvier 2001

LA FÊTE, VERSION SCIENCES ET GÉNIE


Encore une fois, le Festival de Sciences et Génie de l'Université Laval est de retour. Depuis dimanche dernier et ce, jusqu'au 26 janvier, il bat son plein grâce à la collaboration de plus de 450 bénévoles et pour le plus grand plaisir de la communauté universitaire. Pour sa vingt-sixième édition, le plus ancien événement d'envergure du campus s'est doté d'un nouveau personnage-logotype, un bouffon robotisé affublé du traditionnel bonnet à clochettes et surnommé "le fou du millénaire".

La compétition est à l'honneur
Le Festival est d'abord une occasion de se mesurer aux autres sur les plans sportif, scolaire ou social. Le prétexte est une course au championnat entre départements de la Faculté de sciences et génie. Le département dont les étudiants et étudiantes amassent le plus de points remporte le championnat.

Dimanche, en lever de rideau, le Concours académique a vu s'affronter des étudiants avec, pour la première fois, des professeurs. Lundi soir, des cinéastes en herbe ont présenté sept oeuvres lors du Concours de films. Celle intituléeJohnny à Laval a remporté deux prix. Mercredi, le Concours humour, présenté pour une dixième année consécutive, a donné l'occasion à des artistes amateurs, jeunes ou plus expérimentés, d'exprimer leur talent sur scène. La veille et le même jour, un autre genre d'artistes de la scène ont donné le meilleur d'eux-mêmes durant le Débat oratoire et ce, devant un jury composé de professeurs et d'étudiants. Quant au Tournoi génie en herbe, il se déroule tout au long de la semaine et met à l'épreuve les connaissances générales des participants et participantes.

Des exploits originaux
Pour plusieurs, le premier contact avec le Festival a eu lieu lundi matin devant l'entrée du pavillon Alphonse-Desjardins. À des fins de recyclage, des étudiants en biologie avaient remis sur pied une vingtaine de sapins de Noël, ce qui formait un petit boisé de conifères, histoire de rappeler le débat récent sur le boisé du pavillon Casault.

Quatre autres "courses à l'exploit" étaient prévues au programme de la journée. L'une d'elles consistait à poser une pancarte de courtier devant l'Hôtel de ville de Sainte-Foy, pancarte qui arborait la photo du maire de Québec, Jean-Paul L'Allier. Sauf que la police municipale est intervenue pour empêcher l'exploit de s'accomplir. Le même jour, des étudiants ont émis un faux communiqué en provenance de l'Hôtel de ville de Québec à l'effet que la structure cubique blanche de Place de Paris, maintenant emballée, allait être renvoyée en France. Information qui ne tarda pas à être démentie. Mardi, près du boulevard Champlain, des étudiants de génie mécanique, certains vêtus en militaires, d'autres en scientifiques, ont sorti du fleuve une... maquette de bombe. Dans un tout autre ordre d'idée, des étudiants en actuariat ont mis fin, mardi soir, à une partie de hockey de... 42 heures!

En marche depuis lundi, les Grands Jeux interdépartementaux proposent aujourd'hui, jeudi, le Tri-skis Folies, à 10 h 30, à côté du pavillon de la Médecine dentaire; une course de raquettes, à midi, entre les pavillons De Koninck et Vachon; et un débat, à 14 h 30, dans la cafétéria du Vachon, sur des sujets inusités et/ou sérieux. La soirée prendra fin au pavillon Vachon avec le Méga Matching Party qui débutera à 21 h 00. Demain, les activités débuteront avec la poursuite du Tournoi génie en herbe et du Débat oratoire. Les deux activités auront lieu au pavillon Pouliot à 8 h 30 et 10 h 30 respectivement. À 21 h 00 débutera au même endroit le spectacle de variétés Gong Show, l'événement de clôture du Festival.

Le mardi 6 février, le Gala du mérite étudiant permettra, entre autres, de connaître le nom du département gagnant du Festival. L'événement se tiendra au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack. Pour plus d'informations sur le Festival ou le Gala, on peut téléphoner au 656-2131, poste 12954.

YVON LAROSE