Au fil des événements
 

13 janvier 2005

   

Université Laval

Trois découvertes au palmarès Québec Science

Des travaux effectués par trois équipes de l'Université se retrouvent au palmarès des 10 découvertes de l'année 2004 du magazine de vulgarisation scientifique

par Jean Hamann

Trois réalisations attribuables à des équipes de l'Université Laval - la découverte d'une protéine qui joue un rôle clé dans l'obésité et le vieillissement, la première greffe de cellules musculaires chez des patients atteints de la dystrophie de Duchenne et l'élucidation d'une énigme qui entravait le développement de la chimie des surfaces depuis 25 ans - figurent au palmarès des découvertes de l'année 2004 du magazine Québec Science. Les résultats de la 12e compilation annuelle des bons coups de la recherche au Québec, réalisée par l'équipe de ce magazine de vulgarisation scientifique, sont publiés dans son numéro de février.

La direction du magazine conduit cet exercice annuel - dont elle reconnaît la relative subjectivité - dans le but de présenter les résultats de travaux accomplis par des chercheurs de talent et pour saluer, à travers eux, toute la recherche scientifique québécoise. Pour être éligible au concours, une découverte doit avoir un impact significatif, autant pour l'avancement des connaissances que pour le bien-être de la société, et avoir fait l'objet d'une publication dans une revue scientifique reconnue entre novembre 2003 et octobre 2004.

Cette année, le jury était composé de l'équipe de rédaction de Québec Science, ainsi que de Linda Moussakova (Cégep Saint-Laurent), Anne-Marie Simard (Pixcom), Isabelle Montpetit et Pierre Sormany (Radio-Canada) et Mathieu Perrault (La Presse). Ces personnes ont eu la délicate tâche de sélectionner, à travers tous les dossiers reçus, les dix réalisations majeures effectuées dans les universités, les entreprises privées ou les centres de recherche gouvernementaux du Québec.

Vieillir et grossir: la clé?
Frédéric Picard, professeur à la Faculté de pharmacie et membre du Centre de recherche de l'Hôpital Laval, a fait sa marque cette année en publiant, dans l'édition du 3 juin de la revue Nature, un article dans lequel il dévoilait l'identité et le mode d'action d'une protéine qui détiendrait peut-être le secret du gain de poids qui accompagne le passage des ans. La protéine en question, nommée Sirt1, possède "la capacité de percevoir l'état d'activation du métabolisme de la cellule et d'intervenir dans la mécanique qui contrôle l'accumulation des réserves adipeuses", explique le chercheur. Ainsi, lorsque la cellule est privée de nourriture, Sirt1 diminue l'activité d'une autre molécule - le récepteur nucléaire PPAR-gamma -, qui joue un rôle dans l'accumulation des graisses.

Sirt1 semble impliquée dans le vieillissement chez la levure, les nématodes et les mammifères. De plus, il semble que sa concentration diminue au cours de la vie chez les mammifères, ce qui expliquerait peut-être pourquoi nous prenons du poids avec l'âge et pourquoi des maladies comme le diabète et l'athérosclérose se manifestent à mesure que nous vieillissons.

Recherche musclée
Jacques P. Tremblay, professeur à la Faculté de médecine, et son équipe du Centre de recherche en neurosciences ont annoncé, en février dernier, la réussite de la première transplantation de myoblastes (cellules musculaires) chez des personnes atteintes de dystrophie musculaire de Duchenne. La méthode sur laquelle travaille le professeur Tremblay depuis 16 ans a été testée pour la première fois sur des sujets humains en 2003. Trois jeunes patients âgés de 8, 10 et 16 ans ont reçu, par injection, des cellules musculaires normales provenant de leur père.
Une partie des cellules greffées ont fusionné avec les cellules déficientes des patients et, par intégration du gène normal, sont parvenues à synthétiser de la dystrophine, la protéine dont l'absence est la cause de la maladie. Les détails de cette expérience ont été dévoilés dans le numéro de mars de la revue scientifique Molecular Therapy, dans un article signé par Daniel Skuk, Brigitte Roy, Marlyne Goulet, Pierre Chapdelaine, Jean-Pierre Bouchard, Raynald Roy, Francine J. Dugré, Jean-Guy Lachance, Louise Deschênes, Hélène Senay, Michel Sylvain et Jacques P. Tremblay. La dystrophie musculaire de Duchenne, une maladie héréditaire qui frappe un garçon sur 3 500, cause un affaiblissement progressif et une dégénérescence musculaire. La plupart des malades meurent avant l'âge de 25 ans.

Effet miroir
Depuis 25 ans, la compréhension de la mécanique des réactions qui permettent de synthétiser, par chimie des surfaces, des composés énantiomorphes - des molécules qui existent sous deux formes dont l'une est l'image miroir de l'autre - a fait peu de progrès. En dépit du fait que de nombreuses équipes travaillent sur la question à travers le monde, on ne sait tout simplement pas comment fonctionne la mécanique de ces réactions. Une équipe du Département de chimie, associée au Centre de recherche sur les propriétés des interfaces et la catalyse, pourrait bien avoir réussi à lever cette embûche.

Dans un article publié en avril dans le Journal of the American Chemical Society, Peter McBreen, Marc-André Laliberté et Stéphane Lavoie décrivent comment ils ont utilisé des techniques sophistiquées de la science des surfaces pour décortiquer les étapes clés d'une réaction qui conduit à la production de composés énantiomorphes à la surface de platine modifié. "Nous croyons que le mécanisme que nous proposons pour cette réaction peut être extrapolé aux autres réactions du même type", estime l'étudiant-chercheur Stéphane Lavoie. Les travaux des trois chercheurs touchent un domaine névralgique de la chimie puisque les applications industrielles et pharmaceutiques de la production de composés énantiomorphes représentent un chiffre d'affaires annuel de plusieurs milliards de dollars.

À noter que c'est la deuxième fois en quatre ans que les travaux de Peter McBreen figurent au palmarès de Québec Science. Sa découverte d'un matériau organique qui demeure étonnamment stable jusqu'à des températures très élevées avait trouvé une niche au sein du palmarès 2001 du magazine.