Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 1 | 31 août 2017

Actualités UL

Acheter local, acheter Laval

Le premier Marché local UL mettra en vedette une variété de produits et de services alimentaires étudiants afin de promouvoir l'achat local sur le campus

Par Brigitte Trudel

En plein essor au Québec, la popularité des marchés publics ne se dément pas. Leurs adeptes apprécient les produits frais et de proximité qu’ils s’y procurent, le tout ponctué d’échanges conviviaux. Un tel concept qui favorise la consommation responsable et l’achat local dans le souci du respect environnemental peut-il voir le jour et s’ancrer à l’Université Laval? «Tout à fait!, lance Stéphanie Vézina, chargée de projet pour le Marché local UL. Le milieu étudiant offre une variété étonnante de produits et de services liés à l’alimentation et développés dans un esprit coopératif et de développement durable.»

Créé et présenté par Coop Zone en partenariat avec le Fonds de développement durable et la Caisse Desjardins de l’Université Laval, le premier Marché local UL vise donc à diversifier l’offre alimentaire sur le campus en mettant en valeur des produits locaux de qualité, frais et issus d’une agriculture durable. «L’idée répond aussi à un besoin chez les associations étudiantes, fait valoir Stéphanie Vézina. Leur fournir une structure qui aide à présenter et à vendre le fruit de leurs efforts permet de les faire connaître et de les valoriser.»

La présentation 2017 de l’événement réunira au moins huit exposants liés à des associations étudiantes. Parmi eux, on retrouve la BoULangerie du Comtois, qui compte entre 30 et 35 membres. Depuis sa fondation à l’hiver 2015, les pains et les pâtisseries de l’organisme n’étaient vendus que dans le pavillon dont il porte le nom. «Nous avons hâte de les présenter à tous les gens du campus», assure sa présidente, Laurie Hamelin. Entre autres produits à découvrir, celle-ci mentionne les baguettes blanches, de blé ou aux fines herbes, les petits pains bleuets et thym ou canneberges, graines de citrouille et poivre. Ajoutons les brioches, sans oublier les croissants. Laurie Hamelin a d’ailleurs un penchant pour cette pâtisserie, dont l’équipe a perfectionné la recette cet été. «Ils sont encore meilleurs», dit-elle avec enthousiasme.

L’étudiante en 3e année du baccalauréat en sciences et technologie des aliments entrevoit le Marché local UL comme une occasion de dépassement pour elle et ses collègues. «Ce sera un beau défi d’ajuster notre production en fonction d’une demande plus importante», note-t-elle, ajoutant que le marché représente un excellent outil de rencontre entre les producteurs étudiants. «Le partage de nos initiatives aidera aux collaborations et aux nouveaux projets», croit-elle.

La présidente du Bureau d’entraide en nutrition de l’Université Laval (BEN), Andrée-Anne Doyon, est du même avis. Composé d’étudiants du baccalauréat en nutrition, le BEN a pour mandat d’informer la population universitaire et hors campus de l’importance d’une alimentation équilibrée. «Tous les exposants du marché ont cet intérêt en commun, indique l’étudiante de 2e année du baccalauréat en nutrition. De plus, notre groupe est convaincu que le contact producteurs-consommateurs est bénéfique afin d’atteindre une relation saine avec la nourriture».

Au kiosque du BEN, les visiteurs auront la possibilité de poser toutes les questions qu’ils souhaitent au sujet de la nutrition. «Nous fournirons aussi beaucoup d’information à partir de thèmes choisis ainsi que des idées de recettes en lien avec eux, indique Andrée-Anne Doyon. Les gens pourront aussi se procurer des sacs réutilisables pour transporter leurs produits achetés au marché».

Parmi les autres groupes étudiants présents au Marché local UL, on retrouve AgroCité, VIA Agro-Écologie, la Fromagerie du Campus, Sacrée Bouffe, Univert Laval et la Coop Roue-Libre. Quelques regroupements non étudiants et quelques producteurs hors campus viendront compléter l’offre du marché. «Nous y voyons une forme de mentorat pour les comités étudiants, dans la perspective que, à moyen terme, le Marché Local UL s’approvisionnera de façon autonome sur le campus», précise Stéphanie Vézina.

De leur côté, Laurie Hamelin et Andrée-Anne Doyon apprécient cette possibilité d’établir des ponts au-delà de la communauté universitaire. «Nous faire connaître par une population élargie et établir des liens avec des acteurs du domaine alimentaire  ailleurs dans la région ne peuvent qu’aider au développement de nos produits et services», affirment de concert les deux présidentes.

Le Marché local UL aura lieu tous les mardis du 5 septembre au 24 octobre, de 11 h 30 à 15 h, entre les pavillons Charles-De Koninck et Jean-Charles-Bonenfant.

Acheter local, manger local
Écrivez-nous
Partagez