Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 22 | 23 mars 2017

Actualités UL

Acteurs du patrimoine

Le 2e Colloque étudiant de l'Institut du patrimoine culturel permettra d'explorer différents volets d'un domaine en effervescence

Par Yvon Larose

Tailleur de pierre. Ce métier d’art aux origines millénaires fera l’objet d’une communication, le 31 mars au pavillon Charles-De Koninck, dans le cadre du 2e Colloque étudiant de l’Institut du patrimoine culturel (IPAC) de l’Université Laval. La présentation sera faite conjointement par les étudiantes Jeanne Roy-Lemaire et Evelyne Vincent, inscrites au baccalauréat intégré en sciences historiques et études patrimoniales. Elles seront accompagnées du tailleur de pierre français Adrien Bobin. Les étudiantes relateront l’expérience qu’elles ont vécue à l’été 2016 auprès de ce tailleur, dans son atelier de l’île d’Orléans, durant un projet de l’IPAC intitulé Patrimoine en partage. Les étudiantes ont accueilli les visiteurs et les ont informés sur ce très ancien métier. Les visiteurs ont observé les techniques de l’artisan au travail et lui ont posé des questions. Certains se sont initiés aux principes de base de la taille de pierre. Adrien Bobin s’est, par la suite, déplacé avec les étudiantes de l’IPAC aux Fêtes de la Nouvelle-France, à Québec, où il a remporté un vif succès, particulièrement auprès des jeunes.

«Pour toute l’équipe de travail derrière ce projet, il s’agissait réellement d’une expérience unique et extrêmement enrichissante du point de vue non seulement de l’apprentissage de connaissances, mais aussi de l’apprentissage d’une méthodologie de travail porteuse d’avenir», explique l’étudiante à la maîtrise en ethnologie et patrimoine Catherine Charron. Elle qualifie d’«occasion en or» la possibilité d’avoir pu travailler de près avec Adrien Bobin, «un porteur de savoir extrêmement généreux de son temps, de son savoir et très motivé à mettre en valeur les métiers traditionnels du bâtiment». «Ce projet, poursuit-elle, a été pour nous une occasion d’acquérir une expérience de terrain solide, en plus de voir s’accomplir réellement le fruit de nos travaux de recherche et de conceptualisation.»

Du droit aux initiatives citoyennes, en passant par le patrimoine religieux, la muséologie et l’ethnologie, le contenu du colloque ratisse large. Sur quelque 20 présentations, la moitié proviendront de l’Université Laval. Les autres conférenciers viendront de l’UQAM et de l’Université de Montréal.

Aux yeux de Habib Saidi, professeur au Département des sciences historiques et directeur de l’IPAC, le patrimoine culturel constitue un «domaine en effervescence dans le monde, en particulier au Québec». Le colloque se veut interuniversitaire et multidisciplinaire. «Il réunira essentiellement des étudiants à la maîtrise ou au doctorat qui viendront parler de leurs travaux de recherche, poursuit Habib Saidi. Nous avons reçu tellement de propositions de communication que nous avons envisagé de tenir l’activité pendant deux jours. À la suite d’une sélection rigoureuse, nous présenterons les communications les plus pertinentes durant une journée.»

Camille Apprédérisse, Claire Magnoux et Solène D’Arexy, trois étudiantes en droit de l’Université Laval, aborderont différents aspects juridiques du patrimoine, notamment la place des communautés à l’intérieur de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Ricarson Dorce et Claude Junior Émile parleront, quant à eux, du tourisme en Haïti sous deux angles différents. Les participants de l’UQAM traiteront notamment de la mise en valeur du patrimoine culturel du monastère des Augustines de Québec. Le patrimoine de Saint-Élie-de-Caxton, lieu de résidence du célèbre conteur Fred Pellerin, sera analysé comme outil de développement local. On fera également la présentation des Forges de Montréal, un organisme médiateur du patrimoine artisan de la forge, avec la participation du forgeron Mathieu Collette.

Du 5 au 14 juin, à Grenade, en Espagne, l’IPAC tiendra son école d’été sur le thème «À l’ombre de l’Alhambra – le paradoxe du patrimoine mondial». Un mois auparavant, les 11 et 12 mai, l’Institut aura présenté son colloque annuel. On y fera le bilan des collaborations réalisées dans le cadre des écoles d’été de l’IPAC.

Le colloque étudiant se tiendra le vendredi 31 mars, au local 5172 du pavillon Charles-De Koninck. Pour plus d’information: ipac.ulaval.ca, colloqueipac2017@gmail.com

etudiante-Evelyne-Vincent-atelier-Adrien-Bobin-credit-IPAC

L'étudiante Evelyne Vincent en train de tailler un bloc de calcaire à l'atelier du tailleur de pierre Adrien Bobin.

Photo: IPAC

Écrivez-nous
Partagez