Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 54, numéro 3 | 13 septembre 2018

Vie étudiante

Une belle histoire d’amitié

Le programme de jumelage des étudiants étrangers offert par le Bureau de la vie étudiante fait des heureux

Par Renée Larochelle

«Audrey et moi, nous devions sûrement être destinées à nous rencontrer. Sinon, comment expliquer que l’on s’entende si bien?» Celle qui s’exprime ainsi s’appelle Julie Yuli Cao et elle ne tarit pas d’éloges sur son séjour à l’Université. Et pour cause: à l’automne 2017, cette jeune femme originaire de Bordeaux, en France, a participé au programme de jumelage des étudiants étrangers offert par le Bureau de la vie étudiante (BVE). Sa marraine, Audrey Vallières, alors inscrite au baccalauréat intégré en environnements naturels et aménagés, l’a épaulée lors de ses premiers pas sur le campus et à Québec. Très vite, ce simple accompagnement s’est transformé en une solide amitié. Aujourd’hui, les deux jeunes femmes demeurent très liées, même si ni l’une ni l’autre n’habitent plus à Québec.

Audrey Vallières et Julie Yuli Cao comptent parmi les 545 duos qui se sont formés l’automne dernier à l’Université grâce à ce programme de jumelage qui ne cesse de gagner en popularité auprès des étudiants et des étudiantes. En témoignent des statistiques: lors de la mise en place du programme, en septembre 2008, on avait assisté à la formation de 219 duos. Ce nombre continue à augmenter depuis 10 ans. Ce sont des chiffres qui réjouissent Valérie Marier, conseillère pour les étudiants étrangers au BVE.

«C’est la preuve que le programme répond à un besoin, dit Valérie Marier. En effet, beaucoup d’étudiants étrangers sont un peu perdus à leur arrivée sur le campus et, plus largement, à Québec. Ils veulent s’approprier leur nouveau milieu de vie, tisser des liens sociaux, toutes des choses que le programme leur permet de réaliser.» Du côté des parrains et des marraines, l’expérience vaudrait aussi le coup. «Souvent, il s’agit d’étudiants qui ont participé à des programmes de mobilité et qui ont vécu un choc culturel dans leur pays d’accueil, souligne Valérie Marier. Ils sont donc au fait de ce que peuvent ressentir les nouveaux arrivants et souhaitent redonner au suivant, d’une certaine façon.» Les étudiants parrainés proviennent majoritairement d’Europe (52%) et d’Afrique (33%).

Mais poursuivons cette belle histoire vécue par deux jeunes femmes que rien ne destinait à se rencontrer un jour. «Au début, Audrey a bien joué son rôle de marraine en m’aidant à m’intégrer à l’Université de même qu’à Québec, souligne Julie Yuli Cao. Au fil des semaines, nous avons découvert beaucoup de choses ensemble, sur le monde et sur nous-mêmes. Grâce à elle, j’ai découvert des endroits où je ne serais probablement jamais allée. Elle m’a présenté ses amis et fait visiter sa ville natale, Victoriaville. Mais le plus plaisant de tout ça, c’est que nous avons beaucoup ri ensemble!» «Tout de suite, ça a cliqué entre nous deux, renchérit Audrey Vallières. Autant je lui ai apporté du soutien, autant elle m’a sortie de ma zone de confort. Par exemple, Julie m’a fait redécouvrir la ville où je suis née, m’a incitée à aller manger dans plusieurs restaurants que je ne connaissais pas à Québec. Elle a aussi insisté pour qu’on aille marcher au parc national de la Jacques-Cartier, et ce, en plein mois de décembre alors que la température était glaciale!»

Les étudiants et étudiantes qui souhaitent parrainer, ou «marrainer», un étudiant étranger doivent étudier à l’Université depuis au moins une session et être disponibles quelques heures par semaine au début de la session. Ils doivent aussi obligatoirement assister à une séance de formation avant d’être jumelés. Pour leur part, les étudiants étrangers doivent commencer leurs études à l’Université. Les inscriptions ont lieu jusqu’au 23 septembre. Le programme de jumelage est aussi offert à la session d’hiver.

Pour plus d’information sur le programme de jumelage et l’horaire des séances de formation

duo-programme-jumelage-credit-aucun
Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles