Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 18 | 8 février 2018

Société

Blockchain et smart contracts

Charlaine Bouchard tentera de répondre aux interrogations soulevées par les contrats intelligents

Avec la technologie blockchain, les transactions sont décentralisées, sans recours à un ou plusieurs intermédiaires. Sécuritaire, consensuelle, immuable et traçable, cette construction informatique constitue une innovation technologique de taille et a le potentiel de se développer dans de multiples secteurs (assurance, énergie, finance, droit d’auteur, etc.).

Les contrats intelligents (smart contracts) – ces programmes autonomes qui, une fois démarrés, exécutent automatiquement les conditions enchâssées dans la blockchain sans révéler la moindre information confidentielle à propos des parties et de la transaction – en constituent l’un des usages les plus prometteurs. Mais comment le droit doit-il appréhender cette avancée? Le smart contract constitue-t-il véritablement un contrat? Qui est responsable en cas de mauvaise exécution? Quels sont les recours d’un consommateur lié par un contrat intelligent conclu sous la contrainte?

Ce sont autant de questions auxquelles tentera de répondre la conférencière Charlaine Bouchard, notaire et professeure en droit de l’entreprise à la Faculté de droit. Cet événement a lieu dans le cadre des Rencontres du numérique, organisées par l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS) et la Bibliothèque de Québec.

Jeudi 15 février, de 19 h à 20 h 30, à la bibliothèque Gabrielle-Roy (350, rue Saint-Joseph Est). Entrée libre. Plus d’information

reseau
Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles