Y a-t-il un lien entre la gestion des déchets, le branchement à un réseau sans fil dans un parc, l’aménagement urbain, l’économie des régions, le développement des entreprises technologiques et l’électrification des transports? Oui! Tous ces éléments concernent à la fois l’utilisation des TI (technologies de l’information) et l’habitat humain. Mario Carrier, Sophie Veilleux, Alain A. Viau et Caroline Gagnon, quatre professeurs issus de domaines aussi divers que l’aménagement du territoire, l’économie, la géomatique et le design, aborderont ce vaste sujet lors du troisième Carrefour numérique, organisé par l’Institut technologies de l’information et sociétés (ITIS), le 20 février.

La formule derrière la série des Carrefours numériques est simple: il s’agit de quatre présentations, de 45 minutes chacune incluant une période de questions, offertes par quatre chercheurs (ou équipes de recherche) provenant de quatre champs d’études différents. Cette année, l’activité se tiendra sur le thème «Innovation, créativité et territoires».

«Les TI et le numérique, lorsqu’on les applique à la notion de territoires, ont une portée infinie, constate le directeur de l’ITIS, Paul Fortier. On n’a qu’à penser à l’exemple de la géolocalisation. De tels domaines aux multiples facettes ne peuvent être approfondis que par la conjonction de visions multiples.» Susciter l’émergence de stratégies novatrices en favorisant les rencontres interfacultaires, c’est l’objectif que poursuivent, depuis 2005, l’ITIS et ses 152 chercheurs. «Car c’est à la croisée des chemins qu’on innove le plus», ajoute le directeur.

Cette mise en commun d’expertises, Paul Fortier la perçoit riche pour les chercheurs, mais aussi pour les étudiants. «Par exemple, un étudiant en géomatique qui assiste au rendez-vous du 20 février découvrira de nouveaux angles d’approche à son domaine d’études. Ça l’amènera à élargir son champ de connaissances, jusqu’à envisager, pour sa maîtrise ou son doctorat, des codirections auxquelles il n’aurait pas songé. Les diplômés issus de telles collaborations sont d’une grande polyvalence.»

Développer la ville intelligente avec intelligence

Le croisement d’horizons mixtes est en effet très stimulant sur le plan de la réflexion, convient la professeure à l’École de design, Caroline Gagnon, dont une partie des travaux interrogent la démarche technologique en lien avec l’expérience humaine. Vendredi prochain, ses propos porteront en particulier sur le développement de la ville intelligente. «Le virage technologique et numérique des villes nécessite l’installation d’infrastructures – câblage, bornes, capteurs, etc. – dans l’espace public. Mais quelle est l’appréciation esthétique de ces aménagements et comment les inscrire en harmonie avec le paysage et la rue, où évoluent les citoyens?»

La multiplication des plateformes applicatives qui visent à numériser bon nombre de services publics est également évoquée par la professeure et collaboratrice aux blogues du magazine Contact: « Une ville connectée a pour but ultime de rendre la vie plus facile et agréable à monsieur et madame Tout-le-monde. On peut penser à des systèmes intelligents qui gèreraient le déneigement, le recyclage ou les travaux publics. Mais les solutions proposées répondent-elles vraiment à leurs besoins? Par exemple, à ce jour, ce ne sont pas tous les citoyens qui possèdent un appareil mobile. Le virage techno est très enthousiasmant, mais, au-delà de ses infinies possibilités, il convient de garder à l’oeil ce qu’il apporte concrètement à la vie quotidienne des gens.»

Parmi les autres thématiques mises de l’avant à l’occasion du Carrefour numérique, mentionnons, entre autres, les avantages des innovations technologiques sur la croissance économique d’une ville ou d’une région, la promotion et la stimulation du sentiment d’appartenance dans les régions du Québec grâce aux TI ainsi que les stratégies d’alliance internationale pour les entreprises d’ici spécialisées en technologie.

L’événement aura lieu le vendredi 20 février, de 8h30 à 12h30, au local 2320-2330 du pavillon Gene-H.-Kruger. L’entrée est libre, mais l’inscription est souhaitable: info@itis.ulaval.ca. Pour la programmation complète: bit.ly/1z4Ec5r