Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 5 | 28 septembre 2017

À la une

Des carrières exceptionnelles

L'Université compte en ses rangs treize nouveaux professeurs émérites issus de six facultés

Par Matthieu Dessureault

Ils travaillent dans les domaines du droit, de la littérature, des mathématiques, de la psychologie ou encore de la biochimie médicale. Jean Amiot, Marie-Andrée Beaudet, Yvon Cormier, Jean-Marie De Koninck, Jacques Deslauriers, François Y. Doré, Jacques Goulet, Michel Labrecque, Simon Langlois, Gordon Mace, Francine Saillant, Jean Talbot et Bernard Têtu ont en commun d’avoir mené une impressionnante carrière de professeur et de chercheur à l’Université Laval. Le 26 septembre, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, ils ont été nommés «professeurs émérites», soit le plus haut titre honorifique décerné par l’établissement à ses professeurs.

Jean Amiot
Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation

Jean Amiot est un nom bien connu dans sa faculté, où il a été directeur de programmes et directeur de centres de recherche. Il a notamment cofondé ce qui est devenu le réputé Centre de recherche en sciences et technologie du lait (STELA). Les travaux du professeur Amiot sur les hydrolysats des protéines alimentaires ont suscité de nombreuses collaborations. Il a encadré 43 étudiants aux cycles supérieurs et a publié plus d’une centaine d’articles scientifiques, en plus de contribuer à de nombreux ouvrages.

Marie-Andrée Beaudet
Faculté des lettres et des sciences humaines

Fière ambassadrice des lettres québécoises, Marie-Andrée Beaudet a pu montrer que la recherche universitaire sur la littérature peut contribuer à la vitalité de la culture. Durant sa carrière, elle a étudié la sociologie de la littérature et l’histoire littéraire. Elle s’est intéressée notamment à l’œuvre de Gaston Miron, sur laquelle elle a coproduit trois ouvrages d’importance. La professeure a aussi contribué à la mise sur pied du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, le plus grand regroupement de chercheurs dans ce domaine.

Yvon Cormier
Faculté de médecine

De sa carrière, on retiendra la grande contribution d’Yvan Cormier au développement de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ). C’est lorsqu’il était responsable de l’Unité de pneumologie et directeur du Centre de recherche de l’ancien Hôpital Laval qu’il a travaillé activement à créer cet établissement, le plus important du genre dans l’est du Québec. Conférencier recherché et chercheur prolifique, Yvan Cormier compte à son actif plusieurs autres réalisations marquantes.

Jean-Marie De Koninck
Faculté de sciences et de génie

Quinze ouvrages, 127 publications scientifiques, des conférences à travers le monde: ne voilà qu’une petite partie des réalisations de celui qui a été professeur au Département de mathématiques et de statistique de 1976 à 2016. Jean-Marie De Koninck a fait de la promotion et de la vulgarisation scientifique le cœur de sa carrière. Il est, entre autres, directeur du programme Sciences et mathématiques en action (SMAC) et président du Comité de la Chaire en journalisme scientifique de l’Université. À cela s’ajoute l’organisme Opération Nez rouge, qu’il a fondé.

Jacques Deslauriers
Faculté de droit

Toute une génération de juristes doit une fière chandelle à Jacques Deslauriers. En plus de ses 40 années de carrière comme professeur à la Faculté de droit, il a consacré deux décennies à l’École du Barreau de Québec. Les livres phares qu’il a publiés ont contribué à former bon nombre d’étudiants en droit au Québec. Ses travaux sont cités fréquemment par les juges de la Cour d’appel du Québec, de la Cour supérieure du Québec et de la Chambre civile de la Cour du Québec. Jacques Deslauriers s’est aussi engagé dans la vie facultaire et universitaire, notamment comme adjoint au secrétaire général et délégué aux affaires juridiques.

François Y. Doré
Faculté des sciences sociales

En près de 40 ans, François Y. Doré a contribué activement au développement de l’École de psychologie. Il a créé plusieurs cours dans les domaines de la psychologie de l’apprentissage, de la psychologie animale, des neurosciences et de la psychologie évolutionniste. Il a supervisé 12 doctorants et 32 étudiants à la maîtrise. Sa carrière scientifique est marquée par plusieurs contributions, dont près de 170 communications, une soixantaine d’articles ainsi que plusieurs ouvrages scientifiques et pédagogiques.

Jacques Goulet
Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation

Leader et innovateur: deux mots qui décrivent bien Jacques Goulet. Sous sa direction, le Département des sciences des aliments a connu un essor déterminant. L’industrie laitière a profité de son esprit inventif. Il a notamment cofondé le Centre de recherche en sciences et technologie du lait. On lui doit aussi des innovations dans le domaine de la technologie d’ultrafiltration. Grâce à lui, la culture artisanale québécoise des levures et des ferments lactiques a pu passer à l’échelle industrielle.

Michel Labrecque
Faculté de médecine

Michel Labrecque est une figure de premier plan dans le domaine de la santé reproductive masculine. Le professeur a pris sa retraite du Département de médecine familiale et de médecine d’urgence après une carrière consacrée à l’innovation. Les approches qu’il a conçues et perfectionnées en santé reproductive et en obstétrique sont aujourd’hui intégrées à la pratique médicale dans les hôpitaux québécois. Du côté de l’enseignement, il a dirigé les travaux de 17 étudiants de cycles supérieurs, de 106 résidents et de 19 stagiaires. Il a aussi organisé plusieurs congrès et colloques internationaux.

Simon Langlois
Faculté des sciences sociales

Simon Langlois est reconnu comme un fin observateur des mutations de notre société. Ses travaux ont porté notamment sur l’analyse de la transformation contemporaine du Québec. Au cours de sa carrière, le professeur a été membre du comité de rédaction de prestigieuses revues, directeur de Recherches sociographiques et titulaire de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord. On lui doit aussi 160 articles scientifiques, une dizaine d’articles de dictionnaires et d’encyclopédies, 19 livres, 12 numéros spéciaux de revues et plus de 80 conférences à travers le monde.

Gordon Mace
Faculté des sciences sociales

C’est certainement grâce à son engagement pour le développement des études sur les Amériques que Gordon Mace aura marqué le Département de science politique. Son œuvre a donné naissance à des projets d’envergure, dont le Centre d’études interaméricaines, le Forum académique des Sommets des Amériques et l’École internationale d’été sur les Amériques, l’une des premières écoles d’été de l’Université. Il a aussi mis sur pied plusieurs programmes d’études et séminaires multidisciplinaires, en plus de produire le premier manuel francophone de méthodologie en science politique, un ouvrage incontournable dans le domaine.

Francine Saillant
Faculté des sciences sociales

Reconnue dans les champs de l’anthropologie médicale et des droits de la personne, Francine Saillant a fait de la justice sociale la pierre angulaire de sa carrière. Elle a mené des recherches notamment sur le cancer, les médecines populaires et alternatives, la santé des femmes et les soins aux aînés. Elle s’est aussi intéressée au thème du handicap et à des questions raciales et d’immigration. Plus de 70 étudiants à la maîtrise et au doctorat et stagiaires postdoctoraux ont nourri leur passion sous sa gouverne.

Jean Talbot
Faculté de médecine

Jean Talbot est intimement lié au développement de la biochimie médicale au Québec. Pionnier dans ce domaine, il a accompli énormément pour faire évoluer sa spécialité, tant dans la pratique que dans la formation de la relève. Durant sa carrière, il a été au service de l’Hôtel-Dieu de Québec et du CHU de Québec. Comme professeur, il a été responsable de l’implantation de plusieurs programmes d’études et un des artisans du programme structuré de résidence en biochimie médicale et du réseau de résidence en biochimie médicale.

Bernard Têtu
Faculté de médecine

Bernard Têtu peut se targuer d’avoir contribué à l’avancement de la recherche en pathologie oncologique. L’une de ses réalisations les plus marquantes est la création, au CHU de Québec, de la biobanque de plus de 5 000 spécimens oncologiques. Il a aussi collaboré à monter la biobanque de l’IUCPQ, qui renferme quelque 3 500 échantillons tissulaires de cancer du poumon. Le professeur a dirigé ou codirigé les travaux de plus d’une vingtaine d’étudiants de cycles supérieurs et supervisé ceux de nombreux résidents en anatomopathologie et dans d’autres spécialités.

Plus d’information sur les professeurs émérites

emerites

La cérémonie a eu lieu mardi, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack. De gauche à droite sur la photo, en commençant par la rangée du fond: David Labrecque, qui a reçu la médaille pour son père Michel Labrecque, absent lors de l'événement, Marie-Andrée Beaudet, Simon Langlois, Jean Amiot, François Y. Doré, Jean-Marie De Koninck, Jacques Goulet, Gordon Mace, la rectrice Sophie D'Amours, Yvon Cormier, Jean Talbot, Jacques Deslauriers, Bernard Têtu et Francine Saillant.

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez