Adolescente, Rachelle Matteau-Désilets rêvait d’être notaire. Les hasards de la vie l’ont plutôt amenée à devenir technicienne juridique. En 2008, elle s’est inscrite au certificat en droit afin de perfectionner ses compétences. Loin d’être facile, ce retour aux études à temps partiel a été ponctué d’abandons et de reprises. À la session d’hiver 2016, la voici inscrite au cours Droit du patrimoine privé. Déclic. «Ce cours a ravivé mon intérêt pour le droit notarial. J’ai tellement aimé l’enseignement du professeur, François Brochu, que j’ai contacté la Faculté de droit pour entamer des démarches d’inscription au baccalauréat en droit afin de réaliser mon rêve», raconte-t-elle.

Offert en ligne, ce cours démystifie certains concepts liés au travail du notaire. Pour expliquer sa matière, François Brochu utilise diverses stratégies, dont des capsules vidéo, des exercices pratiques et des questionnaires. Aux étudiants qui ont des questions, il fournit des réponses substantielles, référant à toutes sources de documents. «Un cours à distance peut paraître moins convivial qu’un cours en classe, mais ce n’est pas le cas. Me Brochu est si impliqué et bien organisé qu’il rend la matière encore plus intéressante!», souligne Rachelle Matteau-Désilets.

De fait, François Brochu a à cœur l’apprentissage de ses étudiants. S’inspirant des meilleures pratiques, il fait tout pour susciter leur intérêt et leur compréhension. «La formation à distance est un beau défi pédagogique, dit-il, car il faut se mettre dans la peau des étudiants et anticiper toutes les questions qui peuvent être posées. Les forums de discussion peuvent aider, mais il faut prévoir davantage de matériel. Par exemple, mes capsules vidéo ne sont pas linéaires; elles comprennent toutes sortes de ramifications, telles que des évaluations et des diapositives, pour que l’étudiant vérifie son apprentissage. La technologie permet de produire des cours très vivants.»

Comme il le fait pour la formation à distance, François Brochu prône l’innovation dans les cours en présentiel. Que ce soit avec les étudiants en droit ou avec les futurs arpenteurs-géomètres, à qui il enseigne le droit immobilier, il a recours aux plus récentes méthodes pédagogiques. D’ailleurs, il est le premier professeur à l’Université Laval à avoir utilisé une salle conçue pour l’apprentissage actif. Avec ce type d’enseignement, le professeur n’agit pas exclusivement à titre d’expert de contenu, comme dans un cours magistral. Il devient un facilitateur qui pose des questions, anime la réflexion et relance les échanges. «Je ne veux pas que les étudiants viennent dans mes cours uniquement pour m’entendre parler; ça ne donne rien. La plus-value d’un déplacement sur le campus, c’est qu’ils peuvent interagir, discuter et opposer leurs opinions. Ces échanges sur ce qu’ils ont compris ou non leur permettent de saisir la matière et de développer un raisonnement juridique.»

La vision de l’enseignement de François Brochu lui a valu d’être honoré, le 19 septembre, du prix Guy-Rocher. Remis par la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, ce prestigieux prix récompense un professeur qui s’est distingué pour l’excellence de ses pratiques. Parmi les critères d’évaluation figurent la qualité de l’engagement et de l’encadrement ainsi que la créativité et l’innovation dans les méthodes d’enseignement.

Parmi les nombreux étudiants qui ont été inspirés par François Brochu, Rachelle Matteau-Désilets compte terminer ses études et suivre les traces de son ancien professeur. «Mon but est d’être notaire avant mes 40 ans. Comme Me Brochu, j’aime partager mes passions; je souhaiterais faire de la pratique privée tout en ayant une charge de cours. D’ici là, je vais m’inscrire à tous les cours que je pourrai suivre avec lui», lance-t-elle, enthousiaste.

Pour entendre François Brochu parler de son métier!

Le Bureau de soutien à l’enseignement profite de la publication de la série «Ces profs qui changent des vies» pour réaliser des capsules vidéo sur les enseignants qui ont été ciblés. Regardez le témoignage de François Brochu.

Pour lire tous les articles de la série:

Et vous, y a-t-il un enseignant qui a changé votre vie?

Les meilleurs enseignants, ce sont ceux dont on se souvient toute sa vie durant. Dévoués, pédagogues, enthousiastes, ils nous ont transmis leur passion, ont élargi nos horizons, nous ont donné envie d’être créatifs dans un domaine. Diplômé ou étudiant, vous avez une histoire qui implique un professeur ou un chargé de cours toujours à l’emploi de l’Université? N’hésitez pas à écrire au journaliste Matthieu Dessureault pour lui faire part de votre témoignage. Votre histoire pourrait faire l’objet d’un article!