Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 3 | 14 septembre 2017

Recherche

Congestion rime avec perte économique

La congestion routière autour des ponts de Québec et Pierre-Laporte ferait perdre des millions de dollars annuellement à la société, révèle le mémoire d'un étudiant

Par Yvon Larose

Quelque 105 000 automobilistes, chauffeurs de taxi et motocyclistes empruntent chaque jour les deux ponts reliant les villes de Québec et de Lévis. Aux heures de pointe, le nombre total s’élève en une journée à environ 62 000. Une telle affluence se traduit inévitablement par de la congestion routière autour du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte. Mais qu’en est-il au juste des coûts économiques engendrés par le ralentissement global de la circulation dans ce secteur? Pour tenter de répondre à cette question, le finissant à la maîtrise en économique Marc Therrien a consacré son mémoire à ce sujet. Il a effectué sa recherche sous la direction du professeur Philippe Barla, du Département d’économique, et du professeur Luis Miranda-Moreno, de l’Université McGill. Il a déposé son mémoire il y a deux semaines.

«J’ai choisi ce thème comme sujet de recherche alors que les décideurs parlaient beaucoup de la congestion routière autour des ponts et de la construction d’un troisième lien entre les deux rives comme solution, explique-t-il. Il me semblait qu’il y avait là, sur le plan du transport, une question utile à étudier.»

Les données nécessaires à sa recherche, Marc Therrien les a tirées de deux sources. Il a consulté les résultats d’une enquête sur les habitudes de déplacement des habitants de la région de Québec, une étude réalisée notamment par le ministère des Transports (MTQ), le Réseau de transport de la Capitale et la Société de transport de Lévis. Il a aussi utilisé des données GPS de déplacements recueillies par la Ville de Québec au moyen d’une application mobile. «Une équipe d’étudiants en génie de l’Université McGill a collaboré à mon projet, souligne-t-il. Ils ont rendu une partie des données GPS exploitables pour ma recherche.»

Selon Marc Therrien, la congestion routière autour des ponts de Québec et Pierre-Laporte entraînerait des retards annuels de 3 millions d’heures pour les automobilistes, les chauffeurs de taxi et les motocyclistes – les conducteurs de camion lourd et d’autobus n’ayant pas été considérés dans la recherche. «Ces heures correspondraient à 90% des coûts globaux engendrés par la congestion routière, affirme-t-il. La consommation supplémentaire d’essence et la pollution atmosphérique supplémentaire totaliseraient 10% de l’ensemble des coûts.» Globalement, estime-t-il, la société perdrait ainsi chaque année plusieurs millions de dollars à cause de la congestion routière autour des ponts.

Dans son mémoire, Marc Therrien aborde la question d’un lien sous-fluvial entre les deux rives. «Une étude commandée par le MTQ en 2016 sur la faisabilité d’un tunnel estime les coûts de construction à près de 4G$ et les coûts annuels d’entretien et d’opération à 23M$, indique-t-il. Pour qu’une telle infrastructure soit rentable, il faudrait qu’elle engendre des bénéfices annuels de près de 110M$. Même si un troisième lien éliminait toute la congestion observée autour des ponts, notre mémoire suggère que ce ne serait pas suffisant pour qu’un troisième lien soit rentable.»

Circulation aux abords des ponts à Québec

Quelque 62 000 automobilistes, chauffeurs de taxi et motocyclistes empruntent chaque jour, aux heures de pointe, les deux ponts reliant les villes de Québec et de Lévis.

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez