Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 26 | 3 mai 2018

Société

Dans les médias

Stéphane Leman-Langlois, Benoît Lamarche et Léa Clermont-Dion sur le discours politique au sujet des migrants illégaux, le débat beurre-margarine et le mouvement «Incel»

Sur le discours politique au sujet des migrants illégaux

Les réseaux sociaux s’enflamment pour des informations voulant que la capacité d’accueil des migrants illégaux soit atteinte et que ces migrants soient mieux traités que des citoyens québécois. Les messages de certains partis politiques encouragent ce genre de fausses nouvelles, estime Stéphane Leman-Langlois. «On est en train de normaliser cette attitude-là qui dit que les immigrants, c’est une présence suspecte, que ce n’est peut-être pas une très bonne idée d’avoir un paquet d’immigrants qui arrivent rapidement au Québec.»

Stéphane Leman-Langlois, École de travail social et de criminologie
Le Soleil, 24 avril

Sur le débat beurre-margarine

Il fut un temps où la margarine était considérée comme meilleure pour la santé que le beurre. Graduellement, le beurre a retrouvé la faveur du public. Selon Benoît Lamarche, le fait de favoriser les huiles végétales partiellement hydrogénées, riches en gras trans, a été «une erreur monumentale du point de vue de la santé publique», les gras trans de la margarine s’avérant pires que les gras saturés du beurre. Selon lui, une méta-analyse récente montre que «la consommation de beurre ne semble pas influencer le risque de subir une maladie cardiovasculaire, ni positivement, ni négativement.»

Benoît Lamarche, École de nutrition
La Presse Plus, 26 avril

Sur le mouvement «Incel»

Avant de lancer son camion-bélier sur les piétons torontois, Alek Minassian publiait sur Facebook un message de défense du mouvement misogyne «Incel». Candidate au doctorat en science politique, Léa Clermont-Dion s’intéresse aux discours anti-féministes en ligne. «Comme les masculinistes, les Incel défendent la thèse de la mise en péril des hommes menacés par la présence des femmes dans la société. Leur logique respective repose sur une grande théorie du complot gynocrate, se construit et se façonne par l’entremise de préjugés et contribue au délitement de la cohésion sociale.»

Léa Clermont-Dion, Département de science politique
Le Devoir, 28 avril

Ils ont dit
Écrivez-nous
Partagez