Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 54, numéro 1 | 30 août 2018

Société

Dans les médias

François Gélineau, Thierry Giasson et Denis Latulippe sur le pouvoir électoral des Y, les gestionnaires candidats aux élections et l'intelligence artificielle et les régimes de retraite

Sur le pouvoir électoral des Y

Pour la première fois en 50 ans, les 18-38 ans auront le même poids démographique que les 39-58 ans et que les 59 ans et plus. Pour que leur poids se traduise en influence politique, les jeunes devront aller aux urnes et exprimer des préférences communes. «S’ils se sentent interpellés par les enjeux, ils vont voter, estime François Gélineau. Mais, à partir du moment où les jeunes votent moins et où il y a des divisions au sein du groupe, on ne peut pas parler d’un mouvement uniforme.»

François Gélineau, Département de science politique
Le Téléjournal, Radio-Canada, 21 août

Sur les gestionnaires candidats aux élections

En date du 22 août, environ 30% des 423 candidats annoncés par les partis politiques pour la présente campagne électorale au Québec provenaient des secteurs de la gestion, de l’administration, de l’économie et du commerce. Selon Thierry Giasson, la surreprésentation de gestionnaires prend sa source dans le contexte d’élimination des déficits depuis une vingtaine d’années. «ll y a toujours eu des gens qui avaient fait des études de gestion chez les parlementaires. On nous vante les compétences de gestionnaires, de dirigeants d’entreprise comme si c’était la panacée.»

Thierry Giasson, Département de science politique
Le Journal de Québec, 27 août

Sur l’intelligence artificielle et les régimes de retraite

Certains commencent à craindre les conséquences pour la main-d’œuvre de l’essor de l’intelligence artificielle dans les milieux de travail. Quels pourraient en être les effets sur les régimes de retraite? Ce n’est pas la première fois qu’on pose ce genre de question. «Pensons à l’arrivée des ordinateurs dans les entreprises, suggère Denis Latulippe. Certains travailleurs sont devenus obsolètes, car ils n’avaient pas les compétences nécessaires [pour les utiliser]. Le gouvernement a mis sur pied un programme pour aider ces travailleurs âgés ne pouvant pas trouver un autre emploi. Par la suite, on l’a fermé, car le problème avait été réglé.»

Denis Latulippe, École d’actuariat
Avantages, 1er septembre

Ils ont dit
Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles