Opéra, théâtre, musique du monde, jazz, cirque, les étudiants de baccalauréat en enseignement ainsi que ceux en éducation musicale auront l’embarras du choix pour profiter de la scène culturelle de Québec dès la rentrée. Un investissement de 50 000 dollars de la Ville de Québec touchera en effet quelque 300 futurs enseignants du primaire et du secondaire, tant en musique qu’en sport. Les étudiants concernés vont disposer de deux billets gratuits de spectacle, à utiliser dans un délai de trois ans. Ils feront leur choix à partir de l’offre publiée sur le site Québec spectacles. Cette initiative ravit Jean-François Cardin, vice-doyen aux études à la Faculté des sciences de l’éducation et directeur par intérim du baccalauréat en enseignement secondaire. «Elle va permettre aux étudiants de développer une plus grande ouverture d’esprit à la culture, remarque-t-il. La formation de maîtres cultivés constitue d’ailleurs l’un des piliers de la formation à l’enseignement. Et parmi les 12 compétences à acquérir pour un futur enseignant, l’une porte particulièrement sur la transmission culturelle.»

Déjà, les professeurs de la Faculté des sciences de l’éducation sensibilisent les étudiants aux moyens à utiliser pour tisser des liens entre la culture et les matières enseignées. Pourquoi, par exemple, ne pas rappeler l’ancrage historique de certains théorèmes? Ou encore, utiliser une toile de grand maître pour illustrer un principe géométrique? De son côté, Jean-François Cardin, comme professeur de didactique de l’histoire au secondaire, envoie régulièrement ses étudiants dans des musées à saveur historique. «Ils doivent aller voir une exposition ou une collection, puis en faire un rapport, relate l’enseignant. Ils conçoivent ensuite une activité pédagogique destinée à de futurs élèves.»

À l’entendre, l’entente signée avec la Ville de Québec offre l’occasion aux futurs enseignants de mieux prendre conscience de leur rôle de passeurs culturels. La Faculté des sciences de l’éducation y participe ainsi que celle de musique. «Nous souhaitons développer le lien entre les lieux d’enseignement et les organismes culturels, souligne la conseillère municipale de Québec Alicia Despins, responsable de la culture, de la technoculture et des grands événements. Aller au théâtre, voir des spectacles de musique ou de danse contribue à la persévérance scolaire et permet de lutter contre le décrochage. C’est important de faire vivre cette expérience culturelle aux futurs enseignants afin qu’ils l’intègrent dans leur pédagogie.»

Québec présente la particularité de disposer d’une grande diversité de diffuseurs culturels qui collaborent au développement de publics plutôt que de se concurrencer, comme cela arrive souvent ailleurs. Cette caractéristique constitue un avantage indéniable pour ce projet, aux yeux de la conseillère municipale. De leur côté, les professeurs de la Faculté des sciences de l’éducation seront invités à mettre à profit l’offre de spectacles de Québec pour bonifier leur plan de cours. Ils pourront par exemple suggérer aux étudiants de bâtir des activités pédagogiques liées aux spectacles auxquels ils auront assisté. Cette mesure reste cependant volontaire.