Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 24 | 5 avril 2018

Arts

De l’art en mouvement

Les travaux de la sociologue Pascale Bédard visent à mieux comprendre l'évolution du monde des arts visuels à Québec depuis les années 1980

Par Matthieu Dessureault

À une époque pas si lointaine, le Vieux-Port de Québec était le fief de l’art d’avant-garde. De nombreux artistes y installaient leurs pénates pour expérimenter et pousser plus loin leur démarche. Rien à voir avec l’actuel quartier, où pullulent les boutiques touristiques et les galeries d’art commerciales. Les créateurs, ceux dont la quête artistique est plus importante que l’aspect mercantile, ont jeté leur dévolu sur d’autres quartiers, comme Saint-Sauveur et Limoilou.

Ce constat émane de Pascale Bédard, professeure du Département de sociologie. «La disposition du monde de l’art visuel a changé énormément depuis les années 1980. Cet univers se déplace en relation avec d’autres dynamiques urbaines qui n’ont rien à voir avec les arts, notamment la taxation foncière et l’explosion des prix des loyers. En ce qui concerne le quartier du Vieux-Port, la Ville y a fortement encouragé le tourisme, à tel point qu’il reste peu de services de proximité pour les résidents. Ce genre de transformations a des conséquences sur la répartition des lieux de production et de diffusion», remarque-t-elle.

Avec son équipe, la sociologue étudie comment les centres d’artistes, les ateliers, les galeries d’art et les musées, entre autres établissements, se déplacent dans la ville. Pour ce faire, elle réalise des cartes qui répertorient les mouvements au fil du temps. Les données issues de ce travail de cartographie sont croisées avec d’autres informations historiques, comme la création de politiques culturelles, la revitalisation de certains quartiers et l’exode commercial vers les banlieues.

Pourquoi remonter à 1980 et pas avant? Il s’agit d’une date marquante dans l’histoire des arts visuels. De fait, c’est durant cette période que sont nés les «centres d’artistes autogérés», une initiative qui a permis de favoriser la production et la diffusion d’œuvres. Réunis en réseaux, ces établissements mettent à la disposition des artistes des équipements, des services et des ressources spécialisées tout en offrant des activités de formation et de perfectionnement.

Autre initiative importante: la création du complexe Méduse en 1995. L’ouverture de cette coopérative fait partie des premières actions de la Ville pour revitaliser le quartier Saint-Roch. Aujourd’hui, on y trouve plusieurs organismes qui proposent régulièrement des résidences de recherche-création, des spectacles, des expositions, des projections et des rencontres.

Bien qu’elle salue ces initiatives, Pascale Bédard croit que du chemin reste à faire pour dynamiser le secteur des arts actuels. «Malgré sa centralisation, l’art d’avant-garde demeure peu accessible au public. À Québec, il y a moyen d’être un étranger ou un touriste intéressé par ce milieu et de ne jamais savoir où ça se passe. Les brochures font surtout la promotion du Vieux-Port, où l’on trouve des galeries très commerciales. Même en étant sensible culturellement, on peut visiter Québec et repartir en se disant qu’il n’y a aucune galerie d’art actuel dans cette ville. Il faut rendre l’information disponible ailleurs que dans un réseau d’initiés.»

À terme, son projet de recherche donnera lieu à des articles scientifiques, mais aussi à des publications dans des revues d’art. Jusqu’ici, il a fait l’objet de rencontres avec des acteurs du milieu et d’une conférence à un congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française.


11-Meduse-6-Andre-Barrette 11-Meduse-1-Andre-Barrette
Dans les années 90, le quartier Saint-Roch ne payait pas de mine. Avec l’appui des gouvernements et de la municipalité, la création du complexe Méduse a permis de commencer la revitalisation de ce secteur et d’offrir des infrastructures exceptionnelles aux artistes.
Photos: André Barrette

artiste

La localisation des centres de production et de diffusion évolue selon divers paramètres, comme l'augmentation des taxes foncières et des prix des loyers.

Écrivez-nous
Partagez