Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 13 | 7 décembre 2017

Actualités UL

Déjà Noël sur le campus!

Le cinquième Marché de Noël responsable, qui s'est tenu mardi dans l'atrium du pavillon Charles-De Koninck, a réuni un nombre record d'exposants

Par Pascale Guéricolas

Les membres de la communauté universitaire ont eu droit à une offre de cadeaux responsables sans précédent pour ce marché organisé par le Vice-rectorat exécutif. Douceurs sucrées en pots, marionnettes tricotées, décorations pour l’arbre de Noël: les acheteurs avaient l’embarras du choix pour consommer local, tout en respectant l’environnement. Sur place, pas moins de 36 exposants du campus offraient leurs produits. Était également organisé un échange de cadeaux sous un sapin de circonstance. Il suffisait de déposer sous l’arbre un objet emballé dont on ne voulait plus pour repartir avec une surprise qu’une autre personne avait laissée. Juste à côté, une table regorgeant de matériel de décoration permettait de fabriquer soi-même un petit renne en bouchon de liège ou une boule de neige, version pot Masson.

«Je trouve que c’est important de sensibiliser les gens à une commercialisation responsable, particulièrement durant le temps des Fêtes, explique Joanie Roy, responsable de cette cinquième présentation de l’événement. Personnellement, j’adore les échanges de cadeaux et les marchés que l’on retrouve un peu partout au Québec. C’est une autre façon de se rencontrer et de partager.» Pour la tenue de ce marché, l’étudiante inscrite à deux certificats, l’un en linguistique et l’autre en francophonie nord-américaine, a réuni beaucoup d’associations du campus, mais aussi des étudiants qui ont développé un projet individuel. Le mot d’ordre pour disposer d’une table dans l’atrium du pavillon Charles-De Koninck? Proposer des objets responsables, idéalement faits de matériel recyclé ou durable, et utiliser les fonds recueillis pour la recherche étudiante ou des activités sur le campus.

Les pots tricotés d’Anne Larcher répondent tout à fait à cette commande. Depuis plusieurs semaines, cette étudiante à la maîtrise en littérature et arts de la scène et de l’écran accumule les cartons de lait chez elle. Adepte du tricot, la jeune femme les a transformés en colorés récipients carrés laineux. Juste à côté, ses marionnettes au style enfantin côtoient tuques et ponchos. «Tricoter me procure beaucoup de détente, raconte la jeune femme. J’ai l’habitude de fabriquer mes propres cadeaux de Noël pour mes proches, mais cette année, je les vends!». L’argent tiré de son artisanat doit financer une partie de son séjour de recherche à l’Université Babes-Bolyai, à Cluj-Napoca, dans le sud de la Roumanie. L’étudiante au deuxième cycle, qui a déjà vécu plus de deux ans dans ce pays, cherche à adapter pour le numérique des propositions de théâtre interactif. Le but de cette recherche: aider des communautés différentes à vivre ensemble, comme dans les Carpates où habite une importante minorité hongroise.

À quelques tables des articles en tricot, les étudiants du Service des résidences offrent, quant à eux, des décorations en bois. Les profits leur permettront de financer une activité de cuisine collective autour d’un dessert typiquement québécois. Ce sera une autre façon pour les étudiants étrangers qui logent sur le campus de se familiariser avec la culture québécoise. «Nous avons fabriqué des rondins à partir d’une branche d’érable trouvée sur mon terrain, précise Diane Samson, technicienne en loisirs au Service des résidences. Une vingtaine d’étudiants ont participé à un atelier pour produire ces décorations peintes, d’un à deux pouces de diamètre, qu’on peut facilement placer dans le sapin.»

Les pièces usagées de vélo se sont aussi taillé une place de choix dans ce marché de Noël. La Coop Roue-Libre proposait en effet des ouvre-bouteilles fabriqués à partir de pignons, tandis que les cadres brisés de vélo ont été transformés en lampes très originales. «Cela correspond à la volonté de notre coopérative de miser sur le développement durable et le recyclage, indique Roxane Debruyker, étudiante au doctorat en informatique. Avec l’argent recueilli, nous allons pouvoir faire encore davantage la promotion de nos activités et recruter de nouveaux bénévoles.»

marche noel-3732-credit-Marc-Robitaille

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez