Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 28 | 31 mai 2018

Recherche

Des sols mouvants

Des chercheurs ont produit des cartes détaillées du pergélisol et des zones à risque d'affaissements au Nunavik

Par Jean Hamann

Pour doter le Nord d’infrastructures durables, qu’il s’agisse de bâtiments, de routes ou de pistes d’atterrissage, il faut les construire sur des assises solides. Or, en raison des changements climatiques, des sols qui étaient auparavant gelés en permanence dégèlent, perdent leur capacité de support, se tassent et s’affaissent. Quand vient le temps de faire des choix de développement, il est essentiel d’éviter ces zones vulnérables ou d’adapter la conception des infrastructures en conséquence. Grâce à un projet mené par des chercheurs du Centre d’études nordiques (CEN) et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), les aménagistes et les décideurs disposent maintenant des cartes les plus complètes et les plus fiables jamais réalisées sur la distribution du pergélisol dans le nord du Québec et sur la vulnérabilité aux affaissements de sol associés au dégel du pergélisol.

«Ce travail a nécessité plusieurs années de travail, rappelle le responsable du projet du côté de l’Université Laval, Michel Allard, professeur au Département de géographie et chercheur au CEN. L’idée de départ était de créer une carte des vulnérabilités au Nunavik en fonction des composantes environnementales et des processus physiques naturels liés au climat. Pour ce faire, il a fallu mettre à jour une carte du pergélisol que j’avais produite à main levée en 1987.»

Rappelons que le pergélisol est la couche de sol gelé en permanence dans les régions froides; la couche supérieure du pergélisol est dite active parce qu’elle dégèle chaque été. Son épaisseur fluctue au fil du temps en fonction de plusieurs paramètres, notamment la température de l’air, le type de sol, son contenu en eau et sa conductivité thermique, ainsi que l’épaisseur de la couverture de neige. Cette dernière variable est elle-même dépendante de la topographie et du type de couvert végétal. Pour réaliser la nouvelle carte de répartition du pergélisol, les chercheurs du CEN et du MFFP ont fait appel à des données de terrain, à des analyses d’images satellitaires et de photos aériennes, de même qu’à des données sur la température de l’air.

Ce travail a conduit à la production de cartes écologiques de haute définition – leur résolution est de 250 m – sur les groupements végétaux, les dépôts de surface et le pergélisol. «Nous connaissons non seulement la répartition spatiale des types de pergélisol sur ce territoire, mais également l’épaisseur de ce pergélisol, son contenu en glace et la température de sa partie supérieure», précise le professeur Allard. Une comparaison entre la nouvelle carte et celle de 1987 permet de constater le morcellement du pergélisol et sa disparition dans certaines régions méridionales du Nunavik.

Ces informations ont servi à produire une quatrième carte qui présente la vulnérabilité aux affaissements de sol associés au dégel du pergélisol. On y voit que 13 des 14 villages du Nunavik sont construits partiellement ou totalement sur du pergélisol. «Les populations de ces villages sont en forte croissance et il faut construire de nouveaux quartiers, de nouvelles routes et des infrastructures. Nos cartes peuvent aider les planificateurs à faire des choix avisés, fait valoir Michel Allard. Elles peuvent aussi servir aux entreprises minières qui doivent construire des liens routiers entre la côte et le lieu de leurs activités.»

Consultez les quatre cartes.


pergelisol-credit-Denis-Sarrazin

L'écoulement d'eau dans un pergélisol riche en glace a provoqué la formation de ravins dans un terrain situé à proximité d'habitations dans le village de Salluit.

Photo : Denis Sarrazin

carte-Nunavik-affaisement-credit-CEN-MFFP

Les zones rouges sur cette carte correspondent aux sites présentant une vulnérabilité élevée aux affaissements de sol associés au dégel du pergélisol. Treize des quatorze villages du Nunavik sont construits partiellement ou totalement sur du pergélisol.

Photo: Centre d'études nordiques / ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Écrivez-nous
Partagez