Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 51, numéro 13 | 16 décembre 2015

Divers

Dessine-moi une église

La bibliothèque Saint-Jean-Baptiste expose les maquettes d’étudiants en architecture, qui pourraient donner un nouvel avenir à l’église du quartier

Par Pascale Guéricolas

Un centre de soins pour le bien-être, une école supérieure de ballet, un lieu de diffusion du patrimoine: voilà notamment comment une douzaine d’étudiants de l’École d’architecture imaginent la reconversion de l’église Saint-Jean-Baptiste. Fermé depuis mai 2015, ce lieu de culte, classé monument historique, constitue le cœur du quartier Saint-Jean-Baptiste. Son sous-sol était d’ailleurs très prisé des organismes communautaires et culturels. Dans le cadre d’un atelier de requalification du patrimoine, les étudiants en deuxième année du baccalauréat en architecture ont laissé libre cours à leur imagination pour donner une nouvelle vocation à cette église monumentale vieille de 130 ans.

«Les étudiants ont mis du temps à s’approprier cet espace, reconnaît Tania Martin, professeure à l’École d’architecture et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti. Je crois que l’immensité de l’église et l’aspect patrimonial les intimidaient un peu.» C’est le Comité du patrimoine de Saint-Jean-Baptiste qui a eu l’idée de solliciter le talent des étudiants. Ces derniers ont pu mieux comprendre les enjeux de la reconversion grâce à des rencontres avec des spécialistes des musées ou en prenant connaissance des suggestions de citoyens. Peu à peu, les idées ont jailli. Ils ont même été jusqu’à échafauder des projets un peu fous, comme créer une piscine avec chute d’eau juste en face du chœur de l’église!

Parmi ces projets, «Le temple de l’âme», conçu par Ahmed Ajam, décline les différents soins du corps dont peuvent profiter des clients en quête de bien-être. L’étudiant a imaginé un bâtiment équipé d’un spa nordique, d’un hammam, de salles de massages, où les trésors patrimoniaux de l’église deviennent des éléments de décoration protégés derrière des vitres. Une idée pas bête du tout puisque le club d’entraînement Le Saint-Jude, situé à Montréal, l’a mise en pratique il y a deux ans en convertissant une église dominicaine du Plateau-Mont-Royal.

Un autre étudiant envisage, pour sa part, de soigner en ces lieux les maux de l’âme en installant un immense ovoïde réfléchissant suspendu au milieu de l’église, à 1,80 m du sol. Une sculpture qui rappelle le célèbre Cloud Gate de Chicago et qui pourrait prêter à la méditation. «Il faut un élément fort pour attirer à nouveau les gens à l’église, témoigne Michel Asselin, même si ce n’est plus un lieu de culte catholique». Il envisage aussi des espaces consacrés à la musicothérapie, qui donneraient un usage à l’orgue de l’église, ou même à la zoothérapie, en tirant parti du sous-sol pour y accueillir des animaux.

D’autres étudiants rêvent de nouvelles façons de circuler dans l’immense bâtiment. Mélanie Lepage, entre autres, a conçu des passerelles et un labyrinthe lumineux, qui donne accès à des détails de cette église très décorée. Pensons aussi à Cassandre Bouchard, qui a imaginé, dans l’espace central, un cube aux panneaux pivotants pouvant devenir une scène pour les danseurs de ballet, une salle de conférences ou d’exposition.

«Les étudiants ont bien compris l’importance de changer la vocation de l’église tout en gardant le lien avec l’histoire et les habitants, remarque Mireille Bonin, une des membres du Conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste. Ils déplacent les murs, font rentrer la lumière et surtout créent un lien avec l’extérieur.» Le projet cherche justement «à faire rentrer la ville dans l’église», comme l’explique l’étudiant Philippe Girard. Un marché s’installe dans la nef, plusieurs portes s’ouvrent sur la rue et un dôme nouvellement construit dans l’église se répète sur le parvis pour améliorer la fluidité entre les deux espaces.

Ce parvis sépare l’immense édifice de l’École Saint-Jean-Baptiste, qui est toute proche. Il a visiblement inspiré plusieurs étudiants, qui y imaginent des potagers, une place conviviale pour les rencontres ou des jeux pour les enfants. Anne Rousseau pousse même l’audace jusqu’à concevoir un centre intergénérationnel dans l’église, qui accueille les élèves et les personnes âgées du quartier dans des espaces partagés. Céramique, tricot, cuisine, aide aux devoirs, peinture: voilà autant d’activités qui pourraient s’y dérouler. Ce sont des idées novatrices qui pourraient aider citoyens et décideurs à trouver un nouvel usage pour l’église Saint-Jean-Baptiste dans les prochains mois.

Pour visiter l’exposition, rendez-vous à la bibliothèque Saint-Jean-Baptiste, située au 755, rue Saint-Jean, jusqu’au 10 janvier. Pour information: http://www.bibliothequesdequebec.qc.ca/bibliotheques/lacitelimoilou/saint_jean_baptiste.aspx.

38063_WLepageMe769lanie_convergence

Mélanie Lepage a imaginé des passerelles et un labyrinthe lumineux, qui donne accès à des détails de cette église très décorée.

Écrivez-nous
Partagez