Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 49, numéro 30 | 7 juillet 2014

Divers

Deux chercheurs influents

Mario Leclerc et Sylvain Moineau figurent sur une liste réunissant les plus influents cerveaux actuels de la planète

Deux chercheurs de la Faculté des sciences et de génie figurent sur la liste 2014 des World’s Most Influential Scientific Minds dressée par la société d’information stratégique Thomson Reuters. Il s’agit de Mario Leclerc, du Département de chimie, et Sylvain Moineau, du Département de biochimie, microbiologie et bio-informatique. La liste sur laquelle se retrouve leur nom réunit les scientifiques dont les travaux sont les plus fréquemment cités par les autres chercheurs du même domaine.

Mario Leclerc est un spécialiste des polymères. Il développe de nouveaux composés destinés aux domaines de la nanoélectronique, de l’électro-optique, de la photonique, de la chimie combinatoire et de la détection génomique. De son côté, Sylvain Moineau s’intéresse aux bactériophages, des virus qui attaquent les bactéries. Ses travaux visent à exploiter le potentiel des bactériophages comme agents de contrôle biologique dans le domaine agroalimentaire.

Les analyses de Thomson Reuters reposent sur toutes les citations récoltées par les chercheurs pour des articles produits entre 2002 et 2012 et répertoriés dans le Web of Science, une base de données qui rassemble une grande partie de toutes les publications scientifiques mondiales. Le score de chaque chercheur est établi à partir du nombre d’articles à son crédit qui figurent dans le top 1 % des articles ayant récolté le plus de citations une année donnée.

Afin de mieux refléter l’apport des chercheurs à la progression de leur domaine respectif, Thomson Reuters a subdivisé les résultats en 21 secteurs des sciences pures et appliquées et des sciences sociales. Au total, 3215 chercheurs figurent sur la liste 2014 des chercheurs les plus influents.

Marc Robitaille

Mario Leclerc et Sylvain Moineau comptent parmi les chercheurs les plus influents de leur domaine respectif si l'on en juge par le nombre de fois que leurs articles scientifiques sont cités par leurs pairs.

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez