Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 27 | 18 mai 2017

Actualités UL

Dix années de grands défis et de réalisations

Le recteur Denis Brière dresse le bilan de ses dix années de mandat

Chères et chers membres de la communauté universitaire,

Depuis bientôt dix ans, j’ai le privilège de servir l’Université Laval à titre de recteur. C’est avec reconnaissance et fierté que je terminerai dans quelques jours mon deuxième et dernier mandat. J’exprime d’emblée ma profonde gratitude à tous ceux et celles qui m’ont accompagné, de près ou de loin, dans l’exercice de cette importante fonction.

Je profite aussi  de cette dernière communication à titre de recteur pour partager avec vous ma grande fierté des nombreuses réalisations qui ont marqué le développement et le rayonnement de notre université au cours des dix dernières années. Pendant cette période 2007-2017, nous avons su, tous ensemble, relever d’importants défis et saisir les multiples occasions qui se présentaient à nous afin de faire progresser et rayonner notre université dans toutes les dimensions de sa mission et dans le respect de ses valeurs, de son autonomie et de son statut d’université complète. J’ai pu d’ailleurs en témoigner à maintes reprises sur diverses tribunes, tant à l’interne qu’à l’externe, et en faire état, chaque année, lors des discours prononcés à la rentrée universitaire et dans le cadre de l’assemblée générale annuelle des membres de l’Université. Je vous invite à consulter ces discours.

Je tiens par ailleurs à vous présenter quelques faits saillants dont je suis très fier et qui illustrent bien le dynamisme, la grande capacité d’innovation et le sens des responsabilités dont a su faire preuve notre communauté durant cette dernière décennie. Par ces quelques exemples, je souhaite également exprimer mon profond attachement à l’Université Laval et l’honneur que je ressens d’avoir pu contribuer à en faire un moteur d’innovation et de développement exceptionnel et une université à la fois ouverte sur le monde et bien ancrée dans son milieu.

Des initiatives favorisant la réussite étudiante et l’accès aux études

Dès mon arrivée au poste de recteur en 2007, j’ai invité la communauté universitaire à inscrire au cœur des orientations et des priorités de développement de l’Université Laval des mesures visant à adapter les programmes de formation aux nouveaux besoins et aux attentes des étudiants et de la société, notamment par l’accroissement de l’offre de formation à distance, le déploiement d’un environnement numérique d’études de pointe et de nombreuses mesures d’appui à la réussite.

Pour soutenir ce développement, nous avons investi au cours des dix dernières années 120 M$ dans la stratégie numérique. Ces investissements ont permis de consolider des revenus annuels moyens de 75 M$ dans le budget de fonctionnement, notamment grâce au déploiement de notre offre de formation à distance, laquelle représente aujourd’hui plus de 22% des crédits-étudiants comparativement à moins de 8% en 2006-2007. Autre signe des temps: le pourcentage des étudiants inscrits à au moins un cours à distance en 2015-2016 atteignait 57%, alors que cette proportion était de 31% en 2006-2007.

L’Université Laval est d’ailleurs reconnue comme leader de la formation en ligne avec 84 programmes aux trois cycles d’études offerts entièrement à distance et près de 900 cours offerts en ligne. Ceci témoigne non seulement de notre capacité à nous adapter avec pertinence et agilité aux nouvelles formes d’apprentissage, mais également de notre volonté à favoriser la conciliation études-travail-vie personnelle, l’accès aux études et la conciliation études et stages à l’international.

Le développement de trois formations en ligne ouvertes à tous (ou MOOC) au cours des deux dernières années démontre aussi les efforts déployés pour demeurer constamment en phase avec les grandes tendances de l’heure. L’aménagement, en 2014, d’une première salle d’apprentissage actif favorisant le travail collaboratif se veut également un autre bel exemple de notre volonté d’adapter nos formations à de nouveaux modes d’apprentissage et de favoriser la réussite étudiante. Située à la Bibliothèque, cette salle est devenue un modèle du genre au sein de la communauté universitaire québécoise.

Je suis aussi très fier de notre nouveau portail de cours, monPortail, lancé en août dernier. À la fine pointe de la technologie et évolutif, cet environnement numérique d’études permettra, au terme de son déploiement, de regrouper tous les services et les informations dont l’étudiante ou l’étudiant a besoin pour assurer la réussite de son parcours à l’Université Laval. Ce portail vient aussi répondre aux habitudes de collaboration en réseau des nouvelles générations d’étudiants et leur fournira une large gamme de services numériques où qu’ils soient dans le monde.

Personnalisé selon le programme de chaque étudiant, l’environnement numérique d’études intègre aussi des composantes d’aide à la réussite. L’Université Laval s’est d’ailleurs démarquée en 2015 en remportant deux prix Octas décernés par le Réseau ACTION TI, dont le Prix d’excellence pour le caractère novateur de son dispositif Appui à la réussite, qui permet de détecter et de soutenir de façon précoce les étudiantes et étudiants à risque d’échec ou d’abandon.

C’est toujours avec cette volonté de favoriser la réussite étudiante que j’ai proposé, en 2010, la mise en place du Programme de bourses de leadership et développement durable. Cette initiative novatrice vise à soutenir financièrement, durant toute la durée de leurs études, les étudiantes et étudiants qui se démarquent par leurs réalisations et leur engagement exceptionnel dans les domaines artistique, entrepreneurial, environnemental, social, scientifique ou sportif. À ce jour, 7,1 M$ en bourses ont été versés à quelque 645 boursiers dans le cadre de ce programme entièrement financé par des contributions du milieu socioéconomique.

Notons également que l’Université Laval a versé, dans la seule année 2015-2016, plus de 64,5 M$ en aide financière à ses étudiantes et étudiants, pour un total au cours des dix dernières années de plus de 600 M$. Depuis 2007, le ratio étudiants-professeur a également été stabilisé à 22, alors qu’il est passé à 25 en moyenne dans les universités québécoises.

Deux enquêtes nord-américaines démontrent également que nous savons innover dans notre offre de formation et répondre aux besoins et attentes des étudiants. D’une part, l’enquête «National Survey of Student Engagement» (NSEE), publiée en 2014, indique que l’indice de satisfaction des étudiants de l’Université Laval au 1er cycle se situe à 87,4% comparativement à 80,5% en moyenne au Canada. D’autre part, l’enquête «Canadian Graduate and Professional Student Survey», publiée en 2016, indique que l’indice de satisfaction de nos étudiants aux cycles supérieurs est de 91,9% comparativement à 85% en moyenne au Canada.

Des innovations porteuses en enseignement et en recherche et création

Les dix dernières années ont aussi été très prolifiques en matière d’innovation en enseignement et en recherche et création, grâce notamment à la mise en place d’un programme parmi les plus ambitieux au Canada et dont je suis particulièrement fier: le Programme pour l’avancement de l’innovation, de la recherche et de l’enseignement (PAIRE).

Lancé en 2008, ce programme visait initialement la création de 100 chaires de recherche et un investissement de 100  M$ sur cinq ans. En moins de trois ans, nous avions déjà dépassé cet objectif financier. Forts de ce succès, nous avons ajouté, en 2010, un volet visant à favoriser l’innovation pédagogique par la mise sur pied de chaires de leadership en enseignement (CLE). Ce concept unique au Canada permet de développer des approches d’enseignement et d’apprentissage novatrices, à accroitre le corps professoral dans des domaines ciblés et à favoriser la réussite scolaire et l’insertion des étudiants sur le marché du travail en misant sur les partenariats avec le milieu socioéconomique.

Le programme PAIRE a favorisé, à ce jour, la création de 85 chaires de recherche en partenariat, de 4 prestigieuses chaires d’excellence en recherche du Canada (CERC) et de 40 chaires de leadership en enseignement pour des investissements de plus de 250 M$. Les chaires de recherche en partenariat et les CERC ont tout particulièrement permis d’établir à Québec des pôles d’excellence dans des domaines de pointe et d’accroitre les investissements en recherche du secteur socioéconomique.

L’Université Laval est d’ailleurs la seule université au Canada à avoir obtenu quatre chaires dans le cadre des deux premiers concours de cet important programme canadien qui offre aux universités jusqu’à 10 M$ répartis sur sept ans pour appuyer des chercheurs de calibre mondial dans la mise sur pied d’ambitieux programmes de recherche. Ce montant est apparié par le gouvernement québécois et le milieu socioéconomique pour un total de l’ordre de 30 M$ par chaire. L’obtention de ces chaires est venue reconnaître le leadership national et international de l’Université Laval dans quatre grands domaines: les études nordiques, l’optique-photonique, les neurosciences et la santé cardiométabolique.

Les 40 CLE créées à ce jour touchent, quant à elles, une grande diversité de secteurs d’activité, notamment dans les domaines des sciences humaines. Elles ont permis l’embauche ou la rétention d’autant de professeures et professeurs et généré, en cinq ans, des investissements externes de plus de 10 M$. Les CLE se veulent non seulement de puissants leviers de développement pour nos facultés et de véritables moteurs d’innovation pédagogique au service des étudiants et de l’ensemble de la société, mais elles permettent aussi la formation d’une main-d’œuvre hautement qualifiée dans des secteurs d’activité en forte croissance dans la région et au Québec.

Le succès du programme PAIRE explique d’ailleurs en grande partie la hausse constante des fonds de recherche de l’Université Laval depuis 10 ans. Se situant à 268 M$ en 2007, ils ont atteint en 2015-2016 près de 377 M$. Cette hausse de 41% a permis de positionner notre université parmi les dix plus grandes universités de recherche au Canada et renforce d’autant la notoriété de Québec et de la région comme capitale innovante dont l’économie s’appuie sur le savoir, la haute technologie et la recherche de calibre international.

Des mesures stimulant l’internationalisation de nos activités

Au cours de la dernière décennie, nous avons aussi fait des avancées importantes en matière d’internationalisation de nos activités de formation et de recherche, notamment en matière de mobilité étudiante internationale où l’Université Laval est reconnue comme le leader québécois avec près de 1 000 étudiantes et étudiants qui profitent chaque année d’une offre de séjour à l’étranger et autant qui viennent effectuer un séjour d’études sur notre campus.

Nous avons également déployé d’importants efforts en matière de recrutement étudiant à l’international, ce qui s’est traduit par une hausse importante du nombre d’étudiants d’origine étrangère, lequel est passé de 4 200 à la session d’automne 2010 à plus de 5 670 à l’automne 2016, ce qui représente une augmentation de 35% et plus de 14% de notre effectif étudiant. La grande richesse culturelle qui anime notre campus et le fort sentiment d’appartenance des étudiants internationaux envers l’Université Laval ont également d’importantes retombées sur le développement et le rayonnement de la grande région de Québec.

L’Université Laval compte aussi aujourd’hui plus de 750 ententes de formations conjointes, de mobilité étudiante ou d’échange de professeurs avec des établissements de renom dans plus de 70 pays. Au cours des sept dernières années, nos professeurs ont également mené plus de 13 000 projets de recherche, dont près de 1 000 en collaboration avec plus de 700 organisations étrangères. Ces partenariats, qui font rayonner l’Université Laval et toute la région de Québec bien au-delà de nos frontières, se sont tout particulièrement enrichis au cours des dernières années de trois ententes de collaboration avec le Centre national de la recherche scientifique de France, dont le renouvellement de l’Unité mixte internationale (UMI) Takuvik et la création de deux laboratoires internationaux associés (LIA), l’un dans le domaine de l’optique-photonique et l’autre dans le domaine des ressources géologiques et de surface. Ces ententes ont permis de jeter les bases de ces nouveaux concepts porteurs que sont les UMI et les LIA.

Des investissements au service de la communauté universitaire et de la région

La période 2007-2017 a aussi été marquée par des investissements importants dans l’amélioration de notre milieu de vie, et ce, pour le plus grand bénéfice de notre communauté universitaire et de la population de la grande région de Québec. Je suis particulièrement fier des résultats que nous avons obtenus dans le cadre des différents programmes provinciaux et fédéraux d’investissement dans les infrastructures, ce qui nous a permis de réaliser de grands projets structurants, tels que:

  • l’agrandissement du pavillon Ferdinand-Vandry pour en faire un complexe intégré de formation en sciences de la santé parmi les plus modernes au pays;
  • le réaménagement des espaces de la Bibliothèque afin de répondre aux besoins émergents en matière d’accès à l’information et aux nouveaux modes d’apprentissage;
  • la mise en fonction du supercalculateur Colosse, qui permet à des chercheurs du Québec et du Canada d’effectuer des opérations de calcul de haute performance.

Une importante subvention obtenue récemment permettra également dans les prochaines années d’investir 35 M$ dans les technologies et 70 M$ dans divers autres projets d’infrastructure.

La construction du stade TELUS-Université Laval et l’agrandissement du PEPS font aussi partie des grands projets, dont je suis très fier, réalisés durant mes dix années à titre de recteur. Ces travaux majeurs ont été réalisés dans les échéanciers prévus et sans dépassement de coûts, ce qui vient réaffirmer la capacité de l’Université Laval de mener à bien des projets de construction d’envergure et novateurs. Ces investissements ont aussi permis de doter notre université et la grande région de Québec de plateaux sportifs qui répondent aux plus hautes normes internationales, contribuant non seulement à renforcer l’excellence sportive de nos étudiants-athlètes et à favoriser l’adoption de saines habitudes de vie au sein de la communauté universitaire, mais également à accroître la capacité de la région et du Québec à accueillir de grands événements sportifs. Le renforcement de la vocation régionale du PEPS permet aussi de répondre aux besoins des équipes sportives régionales et de bonifier les services à la population, qui bénéficie de 70% du temps d’utilisation des nouveaux plateaux.  Ce complexe sportif, parmi les plus modernes au pays, dessert annuellement quelque 1,5 million d’usagers et accueille plus de 110 000 spectateurs. Je suis très heureux d’avoir encouragé cette ouverture de notre campus sur la ville et d’avoir contribué à faire de ces projets des fleurons de l’Université et de la Ville de Québec.

Je tiens également à souligner ma fierté d’avoir appuyé durant mes deux mandats la réalisation de nombreux projets étudiants structurants, dont les services de restauration Saveurs Campus, le café Fou AELIÉS et le café l’Équilibre, ainsi que la Coop Roue-Libre et le service de halte-garderie du PEPS.

Une gestion responsable, résolument engagée dans le développement durable

L’Université Laval est l’une des rares universités québécoises à avoir atteint l’équilibre budgétaire au cours des dix dernières années, malgré le «dé-financement» chronique du réseau universitaire depuis plusieurs années et les compressions gouvernementales majeures qui nous ont été imposées en 2014-2015 et 2015-2016. Nous pouvons être collectivement très fiers d’avoir réussi à relever ce défi de taille, année après année, ce qui nous a permis de préserver l’autonomie de notre université et de maintenir sa capacité à décider de ses propres priorités et orientations de développement dans le respect de ses valeurs, de sa culture et des spécificités de chacune de ses facultés. Cet exploit est d’autant plus méritoire qu’il a pu être réalisé tout en maintenant la qualité de nos activités de formation et de recherche. Cela témoigne sans conteste d’une gestion prudente, rigoureuse et responsable des ressources dont nous disposons et de la grande capacité d’innovation et de mobilisation dont sait faire preuve notre communauté.

Nos saines pratiques de gouvernance, la grande qualité de notre milieu d’études et de travail ainsi que notre leadership en développement durable ont d’ailleurs été reconnus à maintes reprises au cours des dernières années, comme en font foi les prestigieuses distinctions suivantes:

  • Prix d’excellence décerné par le Government Finance Officers Association au cours des trois dernières années pour la qualité de la présentation de nos documents budgétaires;
  • 10e rang des meilleurs employeurs de 500 employés et plus au Canada, selon le palmarès 2016 du magazine Forbes;
  • 2e rang pour la satisfaction des étudiants parmi les universités canadiennes avec une faculté de médecine, selon le sondage 2016 de Maclean’s;
  • 1er rang mondial obtenu en 2015 par Entrepreneuriat Laval au classement des accélérateurs universitaires d’entreprises de UBI Global;
  • Trophée des campus responsables dans le volet francophone du concours Green Gown Awards 2015;
  • 1re place mondiale dans la catégorie «Continuous Improvement: Institutional Change» du concours Green Gown Awards 2015;
  • Prix Novae de l’entreprise citoyenne 2016 dans la catégorie «Stratégie d’affaires»;
  • Prix Clean 16 dans la catégorie «Éducation» octroyé à Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, pour son leadership dans la mise en place de l’ambitieux Plan d’action de développement durable 2015-2018 de l’Université Laval.

En 2016, l’Université Laval devenait également la première université au Québec et au Canada à atteindre la carboneutralité sur une base volontaire.

C’est d’ailleurs avec la profonde conviction que notre communauté universitaire devait se donner les moyens de soutenir encore davantage la réussite étudiante, de maintenir l’excellence de son offre de formation et d’accroitre ses activités de recherche que je me suis personnellement investi dans la Grande campagne qui vient de se terminer. Grâce à la mobilisation exceptionnelle des membres de la communauté universitaire, des diplômés et des amis de l’Université Laval, plus de 530 M$ ont été amassés, dépassant de façon spectaculaire l’objectif de 350 M$ qui avait été fixé et qui était déjà le plus ambitieux de l’histoire de l’Université Laval. Ce résultat est d’autant plus impressionnant qu’il permettra de verser plus de 230 M$ en bourses et soutien financier aux étudiants, soit 46% du montant total amassé, alors que 48% ira à la recherche et que 6% servira à des projets d’infrastructure.

Cet exploit collectif, conjugué aux quelque 3,7 G$ obtenus au cours des dix années pour le financement de la recherche et des infrastructures, me remplit de fierté et renforce ma profonde conviction que cet héritage permettra à l’Université Laval de poursuivre, voire même d’accroître, son rôle majeur dans le développement durable et le progrès de la société d’ici et d’ailleurs.

La Fierté UL en héritage

À vous toutes et tous, étudiants, diplômés, collègues, partenaires et amis de l’Université Laval, qui avez à coeur le développement et le progrès de l’Université Laval, je vous dis merci!

Merci de votre engagement à faire de notre université un milieu où il fait bon étudier et travailler, où l’on est fier d’enseigner et de participer à l’avancement des connaissances, où l’on peut s’épanouir et se réaliser pleinement, où l’engagement et l’excellence sont valorisés et où la contribution au mieux-être et au développement durable de la société est une source d’inspiration.

Merci de votre confiance! Merci de perpétuer la Fierté UL!

Le journal Le Soleil publiait cette semaine un article, signé par le chroniqueur François Bourque, sur les réalisations du recteur Denis Brière au cours des dix dernières années.


Denis-Briere-bureau-credit-Marc-Robitaille
«Pendant cette période 2007-2017, nous avons su, tous ensemble, relever d’importants défis et saisir les multiples occasions qui se présentaient à nous afin de faire progresser et rayonner notre université dans toutes les dimensions de sa mission et dans le respect de ses valeurs, de son autonomie et de son statut d’université complète», a déclaré Denis Brière.
Photo: Marc Robitaille

visite-president-Hollande-version-retouchee-credit-Marc-Robitaille
Le président français, François Hollande, était en visite à Québec en novembre 2014. On le voit ici en compagnie du recteur, Denis Brière, et du premier ministre du Québec, Philippe Couillard.
Photo: Marc Robitaille

defile-drapeaux-credit-Marc-Robitaille
En octobre dernier, près de 80 étudiants, issus des cinq continents, représentaient leur pays au cours d’une parade des drapeaux au stade TELUS-Université Laval. Par la suite, ils avaient échangé avec le recteur Denis Brière.
Photo: Marc Robitaille

avenue-sciences-humaines-credit-Marc-Robitaille
L’Université Laval est l’une des rares universités québécoises à avoir atteint l’équilibre budgétaire au cours des dix dernières années, malgré le «dé-financement» chronique du réseau universitaire depuis plusieurs années et les compressions gouvernementales majeures qui nous ont été imposées en 2014-2015 et 2015-2016.
Photo: Marc Robitaille

Denis-Briere-ete-credit-Marc-Robitaille

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez