Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 3 | 14 septembre 2017

Actualités UL

Dôme nature

Des étudiants de l’École d’architecture ont réalisé un projet qui s’inspire des mécanismes des plantes vivant en milieu aride

Par Renée Larochelle

On dit souvent que la nature fait bien les choses. Selon ce raisonnement, on devrait sans contredit s’inspirer davantage de cette belle nature pour créer des projets architecturaux qui sortent de l’ordinaire tout en répondant à des besoins précis. C’est cette idée de biomimétisme qui a guidé les travaux d’une équipe de quatre étudiants de l’École d’architecture lors du 2e BIOMinnovate Challenge, qui a eu lieu cet été à Senlis, en France. Pour leur projet intitulé Aeonium, du nom d’une plante poussant en milieu aride, Josianne Ouellet-Daudelin, Marc-Antoine Juneau, Marie-Jeanne Allaire-Côté et Théo Jarrand ont remporté les grands honneurs de ce concours mettant en compétition huit équipes finalistes françaises et américaines. L’équipe de l’Université Laval a proposé de créer, à proximité d’un village rural typique du Burkina Faso, un dôme destiné à capter et à stocker l’eau contenue dans l’air ambiant. Cette construction permettrait non seulement de rapprocher la source d’eau potable des villages, mais aussi d’instaurer un lieu de rencontre convivial pour les femmes, à qui incombe traditionnellement la tâche d’aller chercher et de rapporter le précieux liquide.

Le projet a été supervisé par Pierre Côté, professeur à l’École d’architecture, dans le cadre du cours Méthodes en architecture et fabrication numériques. «Dans ce cours, nous nous interrogeons sur la façon dont la nature s’y est prise pour résoudre un problème donné, explique Pierre Côté. À cet égard, l’exemple des termitières est intéressant. Pour refroidir leur habitat et maintenir une température assez basse pour pouvoir survivre, les termites utilisent un procédé de convection, entre autres. Pour climatiser un édifice, les humains peuvent s’inspirer de l’expérience des termites. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres qui montre que l’on peut s’inspirer du vivant pour résoudre un problème. Ici, en l’occurrence, le problème était celui du manque d’eau potable dans un pays d’Afrique.»

L’un des membres de l’équipe, Marc-Antoine Juneau, parle avec enthousiasme du projet qui leur a valu les grands honneurs de ce concours visant à trouver de nouvelles solutions architecturales liées au développement durable. «Nous étions intéressés par la manière de récupérer l’eau dans un pays aride, explique l’étudiant. Pour résoudre le problème, nous avons imaginé un dôme qui s’inspire du métabolisme des plantes xérophiles et des différentes stratégies pour capter et stocker l’eau dans l’air.»

Plus précisément, les étudiants se sont inspirés des stomates qu’on retrouve sur les plantes et qui ont la capacité de s’ouvrir lorsque l’air est humide pour laisser entrer l’eau dans la plante et de se refermer quand l’air est plus sec afin de protéger l’eau de l’évaporation. D’une hauteur de 5 mètres et d’une circonférence de 10 mètres, le dôme est construit en bois, un matériau qui permet aux pièces de se courber pour laisser passer l’eau lorsque l’air est humide et de reprendre leur forme quand l’air est plus sec. L’eau est recueillie dans un bassin interne et filtrée par des plantes.

Le lieu servirait également de lieu de rencontre pour les villageoises. En effet, au-delà des aspects techniques de leur projet, les étudiants ont voulu simplifier la vie des femmes et agrémenter leur existence en rapprochant la source d’eau des villages. Comme le souligne Marc-Antoine Juneau, «nous ne voulions pas seulement apporter une solution à un problème physique –le manque d’eau potable–, nous souhaitions également rendre hommage à la tradition des porteuses d’eau par la mise en place d’un endroit ombragé où elles pourraient se reposer et échanger.» C’est d’ailleurs cette dimension sociale et communautaire qui aurait séduit à l’unanimité les membres du jury, selon Marc-Antoine Juneau. «Pour nous, il ne s’agissait pas seulement de résoudre un problème. Il fallait également que le projet serve à la communauté.»

Les autres projets finalistes présentés portaient, entre autres, sur un système inspiré du taupin pour aider les minirobots à se relever, une nouvelle approche de biocontrôle destinée à protéger les olives des ravageurs et un textile biofluorescent pour le suivi sanitaire des pandémies.

Perspective extérieure - dôme à proximité d’un village rural typique du Burkina Faso
Écrivez-nous
Partagez