Le 1er novembre, la Bibliothèque de l’Université Laval a accueilli les Eudistes de Québec pour une cérémonie de reconnaissance soulignant le don exceptionnel fait à l’Université par cette congrégation religieuse. Ce don, dont la valeur est estimée à 185 000$, comprend environ 1 300 livres anciens – dont le plus vieux date de 1559 –, environ 4 000 cartes postales du Québec, du Canada et de l’Europe et plus de 1 400 photographies sur verre du début du 20e siècle, accompagnées de la visionneuse d’époque.

La collection de livres est unique. Il s’agit des collections primitives d’une congrégation religieuse fondée au 17e siècle. Les Eudistes les envoyèrent au Canada juste avant l’expulsion des communautés religieuses hors de la France en 1903. C’est un rare exemple d’une bibliothèque ecclésiastique cohérente et fournie, dont les volumes sont, pour l’essentiel, en bon état. La collection comporte un grand nombre d’ouvrages des 17e et 18e siècles, surtout religieux, mais incluant aussi des titres en géographie, en histoire, en médecine et en sciences. Fait à noter: la Bibliothèque de l’Université Laval ne possédait déjà qu’une infime partie des livres légués par les Eudistes.

Quant aux photographies sur verre, elles constituent une collection unique par son ampleur et par son sujet. Le père Joseph-Marie Courtois (1877-1951) est le prolifique photographe à l’origine de cette collection. Il immortalisa de nombreuses scènes en Europe et au Canada, notamment au Bas-St-Laurent, en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine, au Saguenay, en Mauricie, en Estrie, sur la Côte-Nord et dans les Maritimes. Les photographies sont montées sur verre, ce qui ajoute un effet tridimensionnel lorsqu’on les visionne avec l’appareil prévu à cet effet.

Les 4 000 cartes postales forment un ensemble d’images qui nous ramènent agréablement dans le passé. La tradition des cartes postales était forte chez les Eudistes canadiens en raison de la passion du père Joseph-Marie Courtois pour la photographie. Les Eudistes prirent un soin méticuleux à les collectionner, à les ranger et à les identifier. L’essentiel des cartes postales vient d’Europe, mais elles proviennent aussi du Canada et du Québec. La cohérence de la collection permet parfois de retracer l’évolution des lieux à diverses époques. Il est possible, par exemple, de voir l’érection de l’oratoire St-Joseph étape par étape.