Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 28 | 25 mai 2018

À la une

Expertises UL pour le G7

Des chercheurs de l'Université Laval ont participé à une vaste mobilisation scientifique qui permettra d'alimenter les réflexions des leaders des pays membres du G7 lors du sommet prévu en juin à La Malbaie

Par Matthieu Dessureault

Le 8 et le 9 juin, les dirigeants des sept pays les plus industrialisés seront au Fairmont Le Manoir Richelieu, à La Malbaie, pour le sommet du G7. Question de préparer le terrain pour cet événement fort attendu, une trentaine d’experts de haut niveau étaient réunis à l’Université Laval, du 21 au 23 mai, pour réfléchir aux défis de la gouvernance mondiale. Leurs conclusions et leurs recommandations ont fait l’objet d’un document, La Déclaration Idées7, qui a été présenté aux représentants officiels des pays du G7 lors d’une réunion spéciale à Baie-Saint-Paul.

Organisé par l’Institut québécois des hautes études internationales (HEI), le Sommet Idées7 regroupait sur le campus divers établissements universitaires et laboratoires d’idées. Le Canada, l’Allemagne, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et l’Union européenne étaient représentés. Des experts de l’Afrique du Sud, de la Chine et de l’Inde étaient aussi sur place. «Au cours des derniers mois, tous les participants ont été invités à proposer des sujets dont ils voulaient débattre. La discussion à Québec, qui s’est déroulée en groupe et en sous-groupes, a permis d’aborder plusieurs enjeux qui touchent à la complexité et à l’inclusion dans la gouvernance mondiale, qu’il s’agisse d’environnement, de travail ou d’égalité des genres», explique Louis Bélanger, directeur des HEI.

Synthèse de ces séances de travail, La Déclaration Idées7 comprend 17 recommandations pour répondre aux défis de la gouvernance mondiale. Celles-ci concernent le développement humain, la sécurité des données et la sécurité numérique, le commerce progressiste, la croissance durable et l’équité fiscale. Entre autres, les chercheurs proposent de promouvoir une éducation qui favorise l’adaptabilité et une citoyenneté responsable en rapprochant les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques des sciences sociales et humaines et des arts. Ils insistent aussi sur l’importance d’élaborer une stratégie en matière de sécurité et d’intégrité des données publiques, notamment en ce qui concerne la sécurité des systèmes électoraux et le partage des données entre gouvernements. D’autres recommandations portent sur la gestion du flux des réfugiés, les accords commerciaux ou encore la réduction des gaz à effet de serre.

Le 23 mai, ce document a été présenté par Louis Bélanger et ses collègues aux sherpas des pays du G7 et au représentant de l’Union européenne. Lors de cette rencontre à huis clos, ils ont abordé les défis posés par les ententes multilatérales et l’importance de la confiance qui doit exister entre les membres du G7 et les autres pays, de même qu’entre les citoyens et leurs gouvernements. «Pour des spécialistes de la gouvernance internationale, le fait de parler à des sherpas, et non pas à des ministres ou à d’autres dirigeants, était très intéressant. Les sherpas sont au cœur de la mécanique de prise de décision et s’intéressent à la manière dont les politiques sont conduites. La rencontre avec ces diplomates de haut niveau a permis d’échanger sur plusieurs enjeux que nous avions soulevés et sur les meilleures pratiques à adopter», dit le directeur des HEI.

La réceptivité de ces représentants officiels a été au-delà de toute attente. «Malgré leur programme chargé, les sherpas étaient tous présents et ont pris le temps de nous écouter. Ils ont dit que certaines de nos propositions rejoignaient bien les discussions qu’ils avaient eues sur des questions précises. Ils ont aussi parlé du caractère très pragmatique de notre approche et ont souligné à quel point ils trouvaient cela inspirant pour leur propre démarche», se réjouit Louis Bélanger.

Pour la rectrice Sophie D’Amours, présente au lancement du Sommet Idées7, cette rencontre était une formidable occasion de faire valoir l’apport de la communauté scientifique. «Avec le scepticisme actuel à l’égard du multilatérisme, il est clair que nous vivons présentement une crise de la gouvernance mondiale. Le mandat des chercheurs et des experts était de débattre de la gouvernance mondiale à l’heure du doute et de proposer des solutions aux défis de la complexité et de l’inclusion. Nous espérons que le mariage de leurs expertises alimente la réflexion des leaders des pays du G7 et apporte de la lumière dans le débat public.»

Outre Louis Bélanger, les chercheurs de l’Université Laval qui ont pris part au Sommet Idées7 étaient Abdoulaye Anne (Faculté des sciences de l’éducation), Caterina Carta, Jean-Frédéric Morin, Arthur Silve (Faculté des sciences sociales), Marie-Hélène Gagnon (Faculté des sciences de l’administration), Nathalie Gravel (Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique) et Pierre Guimond, diplomate en résidence aux HEI. Plusieurs partenaires étaient associés à l’événement, dont Affaires mondiales Canada, le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et la Ville de Québec. L’équipe organisatrice était composée notamment du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal, du Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale de l’Université de Waterloo, de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal et de l’École Munk des affaires internationales de l’Université de Toronto.


comite-scientifique-G7-credit-Stefano-Maron

Le 23 mai, un comité scientifique a présenté ses recommandations aux sherpas des pays du G7 et au représentant de l'Union européenne.

Photo : Stefano Maron

G7-4-AD2I2289-video-credit-Jean-Rodier

Le Sommet Idées7 a eu lieu du 21 au 23 mai sur le campus de l'Université Laval. Des chercheurs et des experts issus de plusieurs pays ont discuté de commerce, de sécurité internationale, de travail, des migrations, de l'environnement et d'égalité des genres.

Photo : Jean Rodier

G7-2-Sommet-ID7-credit-Jean-Rodier

De gauche à droite, Robert Keating, sous-ministre du ministère des Relations internationales et de la Francophonie, Laurence Haguenauer, consule générale de France à Québec, Sophie D'Amours, rectrice de l'Université Laval, Louise Léger, directrice des programmes au Bureau des sommets d'Affaires mondiales Canada, et Régis Labeaume, maire de Québec.

Photo : Jean Rodier

Manoir-Richelieu-credit-Werner-Bayer

Le 8 et le 9 juin, le sommet du G7 se déroulera au Fairmont Le Manoir Richelieu, dans la région de Charlevoix.

Photo : Werner Bayer

Le premier ministre Justin Trudeau s’adresse aux participants du Sommet Idées7

G7-montage-drapeaux-credit-Fairmont

Photo: Fairmont

Écrivez-nous
Partagez