Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 29 | 3 juillet 2018

Actualités UL

Des gènes associés à la rémission spontanée de l’asthme

Leurs fonctions pourraient mettre les chercheurs sur la piste de nouveaux traitements contre cette maladie

Par Jean Hamann

De la même façon que certains gènes sont associés à l’apparition de l’asthme, se pourrait-il que d’autres gènes soient liés à la rémission spontanée de cette maladie? Une équipe internationale de recherche qui a exploré cette piste en rapporte des nouvelles encourageantes dans la revue Clinical and Experimental Allergy. Ces chercheurs, dont fait partie Yohan Bossé, de la Faculté de médecine et de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, ont repéré trois variants génétiques dont l’expression est modifiée dans les poumons des personnes qui ont eu une rémission spontanée de l’asthme.

La rémission de l’asthme n’est pas un événement exceptionnel, rappelle le professeur Bossé. «Chez les enfants, la moitié des jeunes garçons qui ont eu un diagnostic d’asthme avant l’âge de 6 ans n’ont plus aucun symptôme à l’âge de 12 ans. Chez les adultes, il y a rémission de la maladie chez environ une personne asthmatique sur cinq.» On parle de rémission clinique lorsque les symptômes de la maladie disparaissent pendant au moins un an sans prise de médicaments, et de rémission complète lorsqu’il y a disparition des symptômes et qu’en plus des tests objectifs confirment le retour à la normale des fonctions respiratoires.

La rémission de l’asthme est un phénomène encore méconnu. «Elle résulte probablement d’interactions entre l’environnement et les gènes, mais on ne connaît pas encore les facteurs clés qui sont en cause», reconnaît le professeur Bossé. Pour jeter un peu de lumière sur la question, les chercheurs ont étudié un groupe de 790 asthmatiques pendant 15 ans. Du nombre, 23% ont eu une rémission clinique et 7% ont eu une rémission complète pendant cette période.

L’analyse d’une partie du génome des sujets a permis de repérer de petites variations – des variants génétiques – qui sont surexprimées ou sous-exprimées chez les asthmatiques qui ont eu une rémission. En croisant leurs résultats avec ceux obtenus par deux autres équipes qui avaient réalisé des études similaires, les chercheurs ont cerné trois variants associés aux rémissions complètes de l’asthme, dont deux se trouvent dans des gènes exprimés dans les poumons.

«Il faudrait maintenant établir leurs fonctions dans les tissus pulmonaires afin de mieux comprendre les mécanismes en cause, estime le professeur Bossé. C’est un peu comme si le corps nous montrait comment procéder pour guérir l’asthme. En décodant ses messages, nous arriverons peut-être à trouver de nouveaux traitements contre cette maladie.»

asthme

La rémission de l'asthme n'est pas un événement exceptionnel. Chez les enfants, la moitié des jeunes garçons qui ont eu un diagnostic d'asthme avant l'âge de 6 ans n'ont plus aucun symptôme à l'âge de 12 ans. Chez les adultes, il y a rémission spontanée de la maladie chez environ une personne asthmatique sur cinq.

Écrivez-nous
Partagez