Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 15 | 18 janvier 2018

Société

Ils ont dit

Patrick Taillon, Yan Cimon et Marie-Hélène Parizeau sur la justice à deux vitesses, l'investissement de la Caisse de dépôt dans la cimenterie McInnis et la médecine régénérative

Sur la justice à deux vitesses

Les juges de la Cour supérieure demandent des fonds publics pour rembourser les frais d’avocat encourus à la suite d’un recours qu’ils ont engagé contre le gouvernement du Québec et celui d’Ottawa. Si cette demande est acceptée, elle alimenterait la perception d’une justice à deux vitesses, estime le professeur Patrick Taillon. «D’un côté, l’une pour les plus puissants, les plus habiles et les plus favorisés […] Et de l’autre, une pour les citoyens “ordinaires” qui ne sont plus capables de s’offrir les services d’un avocat.»

Patrick Taillon, Faculté de droit
Le Journal de Québec, 10 janvier

Sur l’investissement de la Caisse de dépôt dans la cimenterie McInnis

La Caisse de dépôt et placement du Québec songerait à vendre totalement ou en partie ses parts (55%) de l’entreprise Ciment McInnis, un projet de 1,5 G$ situé à Port-Daniel en Gaspésie. Selon Yan Cimon, divers éléments peuvent jouer dans la décision de la Caisse, comme la rentabilité et l’accès au marché américain. «Lorsqu’on regarde les marchés mondiaux du ciment, la croissance est dans les pays émergents. En Amérique du Nord, il y a plus de fluctuations.»

Yan Cimon, Département de management
ICI Radio-Canada, 10 janvier

Sur la médecine régénérative

L’avancement de la recherche en médecine régénérative laisse entrevoir un monde où l’on pourra recréer des organes et augmenter la longévité humaine. Cela amène plusieurs questions sur le plan éthique, estime Marie-Hélène Parizeau. «On est dans une idéologie transhumaniste. Et puis, si on devient un jour capable de régénérer des organes avec toutes leurs fonctionnalités — on n’y est pas encore! — les fera-t-on identiques ou plus performants? On veut toujours repousser les limites, au risque de glisser vers la médecine améliorative.»

Marie-Hélène Parizeau, Faculté de philosophie
FORCES, hiver 2017-2018

Ils ont dit
Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles