Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 25 | 27 avril 2017

Société

Ils ont dit

Raymonde Crête, Catherine Bégin et Colette Brin sur la maltraitance financière des aînés, la chirurgie bariatrique et les revenus des journaux

Sur la maltraitance financière des aînés

Pour prévenir la maltraitance financière des aînés, il faudrait mieux outiller les notaires, comptables et conseillers financiers qui sont aux premières loges pour la détecter. Ceux-ci sont déchirés entre la nécessité de dénoncer les abus et leur obligation de respecter la confidentialité du client victime de maltraitance. «C’est ça, le gros, gros problème, estime Raymonde Crête. Les lois leur permettent de déroger au secret professionnel s’il y a un danger imminent d’acte de violence. Le projet de loi 115 ajoute la violence psychologique à cette liste. Mais il reste muet sur les dommages matériels ou financiers.»

Raymonde Crête, Faculté de droit
La Presse Plus, 14 avril

Sur la chirurgie bariatrique

Les difficultés psychologiques qui découlent de la chirurgie bariatrique touchent beaucoup de patients, qui réalisent que la perte de poids n’est pas un remède miracle. C’est l’avis de la psychologue Catherine Bégin. Selon son expérience, les patients vivent souvent une période très positive dans les 24 mois suivant la chirurgie, notamment parce que la perte de poids est très motivante. Or, certains patients réalisent, par la suite, que les problèmes refont surface. «C’est vrai que ça ne règle pas tout. La chirurgie, c’est pour sauver des vies. Mais ça ne règle pas le psychologique.»

Catherine Bégin, École de psychologie
Le Journal de Québec, 20 avril

Sur les revenus des journaux

Avec la concurrence d’Internet, les revenus publicitaires des journaux se sont réduits comme peau de chagrin. Un nouveau modèle de financement, philanthropique celui-là, semble vouloir émerger. Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a acheté le Washington Post. Au Québec, on peut penser à Alexandre Taillefer, qui s’est porté acquéreur de Voir et de L’actualité. «On voit qu’Alexandre Taillefer semble avoir choisi de devenir le champion des médias, souligne Colette Brin. Ce n’est pas Jeff Bezos. Il n’a pas le même levier économique ou technologique. Mais au moins il essaie des choses.»

Colette Brin, Département d’information et de communication
La Presse Plus, 20 avril

Ils ont dit
Écrivez-nous
Partagez