Sur l’instinct de survie

Tôt le 6 janvier, trois locataires de l’arrondissement de Charlesbourg ont été forcés de sauter du quatrième étage de leur immeuble pour échapper au feu qui s’était déclaré. Selon Geneviève Belleville, ils ont obéi à leur instinct de survie. «La perception de menace à la vie doit être extrême à ce moment-là. Toutes les ressources de leur cerveau et de leur corps sont mobilisées dans un seul objectif: se sauver la vie. C’est ce qu’ils ont fait et c’est ce qui leur a donné le courage de sauter par la fenêtre parce qu’il n’y avait pas d’autre issue possible.»

Geneviève Belleville, École de psychologie
Le Journal de Québec, 7 janvier

Sur la crainte d’attentats terroristes au Canada

Les décès causés par des actes terroristes sont en hausse dans le monde et une majorité de Canadiens craint que de telles attaques se produisent au pays. Stéphane Leman-Langlois rappelle toutefois que la grande majorité de ces décès est survenue dans des pays en guerre civile. Dans les pays occidentaux, le nombre d’attentats est en baisse depuis quatre décennies. «L’année dernière, au Canada, il y a eu deux attaques qui ont fait chacune un mort et un blessé. Juste un acte terroriste, c’est un de trop, mais il faut s’apercevoir qu’on est à un plateau… Il n’y a pas vraiment de mesures qu’on peut prendre, tout en restant dans un État démocratique, pour faire baisser ça encore plus.»

Stéphane Leman-Langlois, École de service social
Radio-Canada, 8 janvier

Sur l’entrevue d’«El Chapo»

L’entrevue accordée par le baron de la drogue Joaquin «El Chapo» Guzman à Sean Penn a permis aux autorités mexicaines de le retrouver. L’acteur américain avait fait paraître un article relatant cet entretien sur le site du prestigieux magazine Rolling Stone. Pour Thierry Watine, la publication d’une entrevue avec un criminel notoire réalisée, puis rédigée par un acteur soulève des questions de crédibilité importantes. Il soulève des problèmes de légitimité, de mise en scène et de complaisance. «C’est un bel exemple de ce qu’il ne faut surtout pas faire en journalisme.»

Thierry Watine, Département d’information et de communication
La Presse Plus, 11 janvier