Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 16 | 26 janvier 2017

Société

Ils ont dit

Chantal Pouliot, Richard Ouellet et Thierry Giasson sur la participation citoyenne à Beauport 2020, la vente de vins locaux en épicerie et le français des candidats à la direction du Parti conservateur

Sur la participation citoyenne à Beauport 2020

Les déclarations du maire Labeaume laissant entendre que le projet d’agrandissement du port de Québec est «tout à fait nécessaire» et que ses opposants diabolisent le Port ainsi que l’appui politique médiatisé au projet portent Chantal Pouliot à penser que la consultation populaire sur ce projet est partie du mauvais pied. «Dans un contexte aussi hostile, qui, à part des personnes dont le rapport aux autorités municipales et portuaires est particulièrement émancipé, osera mettre en doute les tenants et aboutissants de Beauport 2020?»

Chantal Pouliot, Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage
Le Soleil, 15 janvier

Sur la vente de vins locaux en épicerie

La vente des vins de la Colombie-Britannique en épicerie contrevient aux accords internationaux, selon les États-Unis, qui ont déposé une plainte devant l’Organisation mondiale du commerce. Le Québec est-il à l’abri d’une telle contestation? «Le Québec est à risque, mais il faut comparer les marchés, dit Richard Ouellet. Sur le marché britanno-colombien, cette mesure [des vins locaux en épicerie] a bouffé des parts de marché aux vins américains. Tandis qu’au Québec, ça ne semble pas avoir créé des pertes pour des vins étrangers jusqu’à maintenant.»

Richard Ouellet, Faculté de droit
La Presse Plus, 20 janvier

Sur le français des candidats à la direction du Parti conservateur

Lors du seul débat en français de la course au leadership du Parti conservateur du Canada, il y a quelques jours à Québec, plusieurs des 13 candidats ont démontré une piètre maîtrise de la langue de Molière. Selon Thierry Giasson, la difficulté à lire ou à parler le français pourrait les empêcher de remporter la chefferie. «Je pense que ce sera problématique, pour un candidat qui ne maîtrise pas le français, de s’attirer des appuis importants dans la base militante québécoise.»

Thierry Giasson, Département de science politique
Le Journal de Montréal, 19 janvier

Ils ont dit
Écrivez-nous
Partagez