Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 12 | 30 novembre 2017

Arts

Je suis parce que nous sommes

Le LANTISS sera le théâtre de joyeuses envolées littéraires alors qu'il accueillera, pour la première fois, le Festival du Jamais Lu, du 7 au 9 décembre

Par Matthieu Dessureault

Réfléchir sur les liens entre l’individu et sa collectivité, voilà ce que proposent les organisateurs du 7Festival du Jamais Lu de Québec. Leur programmation, cette année, a pour thème «Je suis parce que nous sommes». Pendant trois jours, quatorze auteurs dévoileront leurs dernières œuvres avec l’aide d’une quarantaine d’artistes qui offriront des lectures théâtralisées.

Au départ, ce festival devait se dérouler au théâtre Périscope, son quartier général. En raison d’un prolongement des travaux de rénovation sur ce bâtiment, c’est au LANTISS, le Laboratoire des nouvelles technologies de l’image, du son et de la scène de l’Université, qu’il sera présenté. «La recherche d’un nouveau lieu nous a permis de faire le point sur la personnalité de l’événement, explique sa directrice artistique, Marianne Marceau. Nous avons réalisé que le partenariat avec le Périscope a fait du Jamais Lu un laboratoire qui exigeait que l’on assure aux auteurs un cadre à la hauteur de leurs ambitions artistiques. Un cadre favorisant l’écoute tout en pouvant accueillir le public grandissant du Festival. Nous sommes donc très heureux de nous associer au LANTISS, dont le studio peut offrir les mêmes possibilités que le Périscope.»

Le 7 décembre, le coup d’envoi sera donné par Marianne Marceau et le philosophe Sol Zanetti, qui inviteront le public à réfléchir au thème du Festival. La soirée se poursuivra avec des lectures de textes de deux auteurs, Lucien Ratio et Maxime Beauregard-Martin. Le jeune public ne sera pas en reste puisqu’une matinée lui sera consacrée le lendemain, avec une activité ludique de la comédienne Joëlle Bond. En soirée, ce seront des extraits de cinq textes en cours de création qui seront présentés, soit ceux d’Ariel Charest, de Claude Montminy, d’Anne-Marie Olivier, de Lily Pinsonneault et de Jean-Michel Girouard.

Comme à son habitude, le Jamais Lu se terminera par un spectacle festif et engagé. Inspirée par un graffiti qu’elle a vu, «As-tu détruit quelque chose de laid aujourd’hui?», Catherine Dorion a demandé à cinq auteurs d’imaginer ce qu’ils aimeraient détruire pour améliorer la vie en collectivité. Le slameur Thomas Langlois, doctorant en littérature et arts de la scène et de l’écran, s’est prêté au jeu avec un plaisir non dissimulé. «J’aime écrire des trucs qui dérangent. Catherine Dorion avait ce désir d’aller au bout des choses, sans censure. J’ai trouvé son thème très inspirant. Nous avons tous quelque chose en tête que l’on a envie de détruire.»

À tour de rôle, les auteurs présenteront leurs idées. Il sera question, entre autres, de Facebook, un outil omniprésent – trop? – dans nos vies. L’essayiste Simon-Pierre Beaudet, connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche, s’insurgera contre l’embourgeoisement de son quartier, une tendance qui l’horripile. «Au fil du spectacle, beaucoup de choses immatérielles seront détruites. Nous avions pensé amener des objets pour les détruire littéralement sur scène, mais, finalement, nous avons choisi de travailler à partir d’éléments abstraits», dit ce chargé de cours à l’École de langues. «Il s’agit d’un spectacle antidialectique, c’est-à-dire qu’aucune solution ne sera proposée. C’est plutôt un exercice critique, duquel ressort beaucoup de joie!», poursuit-il.

Cette soirée, qui mettra également à l’honneur Gabriel Fournier, Annabelle Pelletier-Legros et Bureau Beige, se terminera par une grande fête. À noter qu’il sera possible, tout au long du Festival, de bouquiner sur place alors qu’une librairie installera un kiosque éphémère une heure avant chaque représentation.

Du 7 au 9 décembre, au local 3655 du pavillon Louis-Jacques-Casault. Programmation complète et billeterie.

Jamais Lu

Le dévoilement de la programmation a eu lieu à l'édifice La Fabrique, le 15 novembre, en présence de nombreux artistes.

Photo: Llamaryon

Écrivez-nous
Partagez