L’évènement est prestigieux: il ne revient qu’aux quatre ans et a lieu pour la toute première fois au Canada. Du 2 au 5 octobre, le nouveau centre aquatique du PEPS abritera la 13e Coupe du monde de nage synchronisée FINA. 

Provenant de 17 pays, plus de 100 nageuses prendront part à de nombreuses épreuves en duo ou en équipe dans lesquelles elles livreront des performances enlevantes: «Cette compétition fait partie des plus importantes au calendrier du circuit», précise l’une des trois ambassadrices de l’événement, Marie-Pier Boudreau-Gagnon, également étudiante en pharmacie.

Marie-Pier sait de quoi elle parle. Ex-nageuse synchronisée olympique, membre de l’équipe canadienne, elle a participé à de multiples compétitions internationales – dont les Jeux olympiques de Pékin en 2008 et ceux de Londres en 2012 – récoltant au total une quinzaine de médailles internationales en solo, en duo et en équipe.

Selon l’ex-olympienne, la compétition présentée au PEPS demeure un incontournable tant pour les athlètes que pour les spectateurs. «C’est une chance à ne pas manquer, assure la jeune femme. D’abord, parce que les compétitions de nage synchro sont rares. Ensuite, parce que vues en personne plutôt qu’à la télé, elles offrent une dynamique complètement différente. La hauteur de propulsion, par exemple, est beaucoup plus impressionnante!» Il s’agira aussi d’une occasion pour découvrir la plus récente épreuve inscrite sur le circuit: l’équipe acrobatique. Très spectaculaire, chaque programme d’une durée de 2 minutes 30 compte au moins 4 poussées acrobatiques exécutées par toutes les nageuses de la formation.

Et les pays à surveiller ce week-end? L’Ukraine, le Japon, la Chine et, bien sûr, le Canada, déclare la jeune ambassadrice. Rappelons que, lors de la dernière Coupe en 2010, à Changshu, en Chine, le Canada avait remporté une médaille d’argent et trois de bronze. «Les Canadiennes sont très fortes dans les poussées acrobatiques. De plus, le duo composé de Karine Thomas, présente aux Jeux olympiques de Londres, et de la nouvelle recrue Jacqueline Simoneau a de bonnes chances de monter sur le podium», affirme l’ex-nageuse.

Inspirée par Sylvie Fréchette

Âgée de 31 ans, Marie-Pier a eu la piqûre pour la nage synchro à l’âge de 7 ans. «Dans ma famille, la pratique d’un sport était obligatoire, raconte l’étudiante. C’est en regardant Sylvie Fréchette – laquelle est d’ailleurs présidente d’honneur de l’évènement – aux Jeux olympiques de Barcelone, où elle a remporté une médaille d’or en 1992, que j’ai trouvé ce que je voulais faire.»

Très vite, l’étincelle est devenue une passion. Au point où, à 13 ans, Marie-Pier quittait sa ville natale, Rivière-du-Loup, pour poursuivre son entraînement à Québec. Ce qui l’a séduite dans la nage synchro? Puissance, aérobie, endurance, flexibilité: «C’est un sport complet et très physique», raconte l’athlète qui s’entraînait jusqu’à 7 heures par jour. Faites du vélo durant 30 secondes en augmentant vos pulsations cardiaques au maximum, sans respirer et en souriant, et répétez l’exercice durant 3 à 4 minutes, ça vous donnera une idée de notre sport.»

Au long de ses 22 années de pratique, la vétérane a vu évoluer le sport de façon spectaculaire. «Il y a dix ans et aujourd’hui, c’est le jour et la nuit, assure-t-elle. Les mouvements sont plus complexes, l’exécution est plus rapide, les poussées sont plus explosives. Ça donne des performances d’un niveau très relevé.»

À la retraite depuis deux ans, Marie-Pier Boudreau-Gagnon travaille maintenant à relever un autre défi: celui de devenir pharmacienne. «Ce sont les Olympiques dans les livres», blague-t-elle. Ce qui lui plaît à l’idée d’exercer ce métier? La proximité de ce professionnel de la santé avec les patients. Aussi, la possibilité d’aider les autres.

Cela dit, même si elle a accroché son maillot, Marie-Pier garde un contact serré avec la nage synchronisée. C’est avec plaisir qu’elle transmet ses connaissances et qu’elle agit comme consultante auprès des plus jeunes athlètes. Elle souhaite également faire davantage connaître au public ce sport qui la passionne, mais qui, selon elle, est encore trop peu connu.

Désireux d’y assister, rendez-vous à la billetterie du PEPS ou achetez vos billets en ligne: finasynchroquebec2014.com


La Coupe en bref…

  • Première Coupe du monde de nage synchronisée FINA au Canada
  • Budget opérationnel: 1,8 M$    
  • Retombées économiques anticipées: 2,9 M$   
  • Plus de 100 nageuses parmi les meilleures au monde
  • Plus 100 entraîneurs et membres du personnel de soutien
  • 17 pays inscrits  (Australie, Bélarus, Italie, Japon, Slovaquie, Ukraine, France, Autriche, République tchèque, Brésil, Suisse, Chine, Canada, Kazakhstan, Mexique, Égypte et Grèce)
  • Plus de 350 bénévoles
  • Présidente d’honneur: Sylvie Fréchette
  • Ambassadrices: Valérie Welsh, Marie-Pier Boudreau-Gagnon et Élise Marcotte