Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 2 | 7 septembre 2017

Société

L’infinité divine selon Descartes

Dan Arbib, professeur à l’École normale supérieure, présente la conférence «Infinité divine et crise de la métaphysique cartésienne»

Dans ses Lettres à Mesrenne (1630), Descartes déclare que Dieu fonde les vérités éternelles et l’ordre de la rationalité, car il est un «être infini et incompréhensible». Pourtant, dans ses Méditations (1641), il démontre l’existence de Dieu en se fondant sur son infinité. D’un côté, l’infini fonde la rationalité; d’un autre, il s’y plie. Si l’infini fonde la rationalité, comment peut-il s’y soumettre?

C’est ce paradoxe qu’analysera Dan Arbib, professeur à l’École normale supérieure, dans la conférence «Infinité divine et crise de la métaphysique cartésienne». Il approfondira ainsi l’ambiguïté métaphysique de Descartes, pour qui l’infini relève autant de la métaphysique que de son excès.

Jeudi 14 septembre, à 15 h 30, au local 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard. Entrée libre.

Descartes
Écrivez-nous
Partagez