Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 12 | 30 novembre 2017

Actualités UL

L’occasion d’écraser

L'Université se dote d'une Politique pour un environnement sans fumée, qui renforce les règles quant à l'usage du tabac et de la cigarette électronique sur le campus

Par Matthieu Dessureault

Depuis le 26 novembre, il est interdit de fumer dans un rayon de neuf mètres d’un immeuble, d’un lieu fermé ou d’un espace clos appartenant ou loué par l’Université. Idem pour les abribus, les stationnements souterrains, les terrains sportifs — incluant les estrades —, les garderies, les terrasses et les autres aires extérieures exploitées pour des activités commerciales.

Ces mesures, qui s’appliquent aussi aux adeptes de la cigarette électronique, s’inscrivent dans la Politique pour un environnement sans fumée, adoptée le 25 octobre par les membres du Conseil d’administration. L’Université se conforme ainsi à la Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme. Cette loi provinciale exige que tout établissement d’enseignement universitaire élabore une politique pour établir un environnement sans fumée. Elle interdit tout usage de tabac et de cigarette électronique à moins de neuf mètres d’une porte, d’une fenêtre qui s’ouvre ou d’une prise d’air reliée à un lieu fermé.

L’Université va plus loin en demandant aux fumeurs de se tenir à neuf mètres de tout bâtiment. Pour la vice-rectrice aux ressources humaines, Lyne Bouchard, cette approche était nécessaire pour créer un environnement sain et sécuritaire. «Il faut être conscient que la fumée voyage. Dans plusieurs endroits, même si le fumeur se tient à neuf mètres de la porte, la fumée peut entrer dans l’édifice. En interdisant de fumer dans un rayon de neuf mètres autour du bâtiment, on simplifie le tout et on s’assure que la fumée va se dissiper et ne pénétrera pas dans l’édifice. Pour les fumeurs qui s’inquiètent de cette nouvelle restriction, neuf mètres, cela représente seulement 15 pas!»

Au cours des prochaines semaines, plusieurs cendriers seront retirés ou déplacés. De plus, une vaste opération d’information et de sensibilisation sera mise en place. L’affichage sera modifié et des agents du Service de sécurité et de prévention sillonneront le campus pour informer les fumeurs des nouvelles mesures. Le programme Mon équilibre UL, consacré aux saines habitudes de vie, fera aussi des tournées de promotion des ressources d’aide à l’abandon du tabagisme.

Selon la vice-rectrice aux ressources humaines, la communauté universitaire accueille déjà favorablement les nouvelles mesures. «Après l’envoi d’un courriel aux étudiants et aux employés pour les informer de l’arrivée de la nouvelle politique, nous avons reçu plusieurs messages nous félicitant pour cette initiative. Certains suggèrent même d’interdire complètement la cigarette sur le territoire de l’Université Laval. D’autres apprécient le fait que nous n’allions pas jusqu’à ce niveau, car ils ne sont pas prêts à cesser de fumer. Mais, en général, il y a une énorme sensibilité à l’importance d’un milieu sans fumée.»

Rappelons que quiconque contrevient à la loi provinciale s’expose à une amende qui peut varier, selon le type d’infraction et le degré de récidive, de 250$ à 3 000$. L’application de la Politique pour un environnement sans fumée relève du Vice-rectorat aux ressources humaines, qui collabore dans ce dossier avec le Service de sécurité et de prévention et le Service des immeubles.

Consultez la nouvelle politique (PDF)


Des chiffres qui en disent long

  • Au Québec, près du tiers des fumeurs sont âgés entre 18 et 34 ans
  • L’âge moyen d’initiation au tabagisme est de 13,3 ans
  • Chaque année, plus d’un millier de Canadiens meurent parce qu’ils ont été exposés à de la fumée secondaire

Sources: ministère de la Santé et des Services sociaux, Santé Canada et De Facto

campus

La nouvelle politique vise à promouvoir la santé et à favoriser l'abandon du tabagisme au sein de la communauté universitaire.

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez