Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 27 | 18 mai 2017

Actualités UL

Mobilisés pour servir la population

La Plateforme collaborative de recherche et d'intervention en santé durable, un projet de l'Alliance santé Québec, suscite un vif intérêt chez les chercheurs de l'Université Laval

Par Matthieu Dessureault

Tout indique que la Plateforme collaborative de recherche et d’intervention en santé durable est en voie de se concrétiser dans un futur pas si lointain. Mené en collaboration avec plusieurs partenaires, dont le Centre de recherche en données massives, ce projet vise à suivre, de façon dynamique et sur plusieurs décennies, la santé de la population de la région de Québec. Alimentée par des données provenant d’une multitude de sources, cette technologie permettra de faire des liens, par exemple, entre les habitudes de vie d’un participant, son environnement, son éducation et son potentiel à développer une maladie.

Le 3 mai, à l’amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins, l’Alliance santé Québec (AsQ) avait organisé une activité d’information réunissant une centaine de chercheurs. Outre les sciences de la santé, plusieurs autres disciplines, comme l’alimentation, l’éducation, l’architecture et le droit, étaient représentées. La présentation du projet a été suivie d’ateliers de travail en petits groupes multidisciplinaires afin de discuter des perspectives de recherche.

D’une faculté à l’autre, le directeur de la science et de l’innovation de l’AsQ, Jean-Pierre Després, a senti un enthousiasme marqué. «Nous avions invité la communauté de toutes les disciplines à venir entendre où nous en sommes rendus en termes de démarche pour ce que j’appelle «un projet d’infrastructure sociétale». Les ateliers nous ont permis de recueillir les commentaires des participants. Ces échanges ont été très riches. La profondeur et la diversité de leurs expertises sont à l’image de l’Alliance santé Québec», s’est-il réjoui en marge de l’événement.

Professeur au Département de kinésiologie, Jean-Pierre Després a fait de la santé durable son leitmotiv. Pour lui, l’atteinte de cet objectif doit nécessairement passer par une approche interdisciplinaire. «Il n’y a jamais eu autant de gens obèses et diabétiques dans le monde, et ce, malgré l’existence d’experts en nutrition, en obésité et en maladies cardiovasculaires. Le savoir est là, mais la population n’a jamais été aussi malade. Au-delà des conséquences, on doit essayer de mieux comprendre les facteurs qui causent ces maladies. Les habitudes de vie sont une chose, mais ce n’est pas tout. Les chercheurs, qu’ils soient sociologues, architectes ou géographes, ont besoin de réfléchir ensemble afin de doter la population d’environnements compatibles avec la santé.»

Benoît Lamarche, professeur à l’École de nutrition et titulaire de la Chaire en nutrition, abonde dans le même sens. «La Plateforme implique un changement de paradigmes dans la recherche. En tant qu’experts en nutrition, il nous manque des morceaux de casse-tête pour savoir comment améliorer la trajectoire de vie des individus pour qu’ils soient davantage en santé. On peut leur dire de manger moins de gras saturés ou de sucre, mais ce message est trop simpliste. Il faut comprendre leur milieu pour ensuite adapter nos connaissances de la nutrition sur la santé. Voici le projet qui nous permettra de le faire!»

Serge Dumont, professeur à l’École de service social et directeur scientifique de l’Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux, voit lui aussi dans cette mobilisation l’occasion de faire avancer la recherche au service de la population. «La Plateforme offrira aux chercheurs des occasions inédites de regrouper des données provenant de différentes cohortes de participants. Essentiellement mise en oeuvre pour améliorer la santé et le bien-être de la population, cette initiative est sans contredit la plus grande mobilisation scientifique concertée avec le réseau de la santé et des services sociaux et les citoyens à voir le jour dans notre région.»

Plus d’information sur ce projet


ASQ-2017-credit-Marc-Robitaille
Une centaine de chercheurs issus de différentes facultés et structures de recherche ont participé à une activité d’échanges autour de la santé durable.
Photo: Marc Robitaille

santé
Écrivez-nous
Partagez