Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 2 | 7 septembre 2017

Société

Ils ont dit

Simon Langlois, Richard Ouellet et Yan Cimon sur l'accès à l'école anglaise au Québec, la dispute à propos du bois d'oeuvre et la réputation de Bombardier

Sur l’accès à l’école anglaise au Québec

Soixante pour cent des Québécois sont pour un assouplissement de la loi 101 qui faciliterait l’accès aux écoles anglaises au primaire et au secondaire. Simon Langlois interprète ce résultat comme «une réelle volonté des francophones de mieux apprendre l’anglais. (…) La scolarisation des francophones est un très grand succès depuis 50 ans. Il y a eu une montée vers le haut des francophones dans la hiérarchie des emplois. Ces postes de cadres ou de professionnels nécessitent une certaine maîtrise de l’anglais.»

Simon Langlois, Département de sociologie
Le Devoir, 26 août

 

Sur la dispute à propos du bois d’œuvre

Les exportations du bois d’œuvre canadien aux États-Unis sont sous le coup de droits compensatoires préliminaires imposés par Washington. Si ce dernier imposait des droits définitifs, Ottawa se tournerait vers le système de résolution des différends prévu par l’ALÉNA. Un règlement prendrait plusieurs mois, voire des années. Richard Ouellet estime que les Américains voudraient régler dans un délai raisonnable. «La position canadienne est plus solide que par le passé. Au Québec, où le régime forestier a été revu, les prix [du bois] sont beaucoup plus près de ceux du marché américain.»

Richard Ouellet, Faculté de droit
Le Devoir, 1er septembre

 

Sur la réputation de Bombardier

La réputation de Bombardier est-elle en péril depuis que la compagnie n’a pas été retenue par la Metropolitan Transportation Authority pour un contrat potentiel de 3,2 milliards de dollars américains, le plus important marché du continent? Pour Yan Cimon, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d’entreprise, la logistique et le transport, «c’est un problème de réputation important, car ce n’est pas le seul endroit dans le monde où Bombardier a connu des délais.»

Yan Cimon, Département de management
Le Devoir, 30 août

Ils ont dit
Écrivez-nous
Partagez