La composante «Université Laval» de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM) vient de se voir accorder le statut de «centre reconnu» par le Conseil universitaire. L’OICRM est une entité bicéphale regroupant des chercheurs des universités Laval et de Montréal. Le mardi 2 décembre, les membres du Conseil ont pris cette décision lors de leur séance ordinaire, à la suite de la recommandation de la vice-rectrice à la recherche et à la création, Sophie D’Amours. Auparavant, le président de la Commission de la recherche, Pascal Daleau, avait présenté les grandes lignes d’un avis recommandant la reconnaissance universitaire de l’OICRM-ULaval. Cette reconnaissance est en vigueur depuis mardi. Sa mise en oeuvre a été confiée au Vice-rectorat à la recherche et à la création.

«L’OICRM-ULaval comprend 15 membres réguliers répartis dans trois unités de recherche, explique Pascal Daleau, et la reconnaissance universitaire de leurs activités est en quelque sorte un label de qualité.» Selon lui, l’Université reconnaît l’efficacité de l’action de ces unités et la viabilité de leurs ressources, ainsi que la pertinence de leurs champs de recherche. Elle reconnaît également la qualité de la formation offerte aux étudiants. L’OICRM-ULaval compte 47 étudiants à la maîtrise et 27 au doctorat, un nombre en forte croissance depuis deux ans. «Une des raisons de ce fort contingent d’étudiants, soutient Pascal Daleau, est que l’OICRM-ULaval a su créer de nouveaux programmes, parfois uniques dans le monde francophone.»

Dans son évaluation, la Commission de la recherche est allée plus loin que la juxtaposition de bons curriculum vitae. «Nous avons aussi considéré la vie interne de ces unités, les plateformes technologiques utilisées, les publications scientifiques communes et le dynamisme en recherche, indique son président. Ce dynamisme est grand, comme en font foi les trois importantes subventions de la FCI obtenues au cours des cinq dernières années.»

La Faculté de musique a mis sur pied les trois unités de recherche entre 2008 et 2010. Ce sont le Laboratoire audionumérique de recherche et de création, le Laboratoire de recherche en formation auditive et en didactique instrumentale et le Groupe de recherche en pédagogie instrumentale et musicale. Les membres de ces regroupements ont multiplié les collaborations avec des chercheurs de l’Université de Montréal. Ces partenariats ont conduit à la création de l’OICRM.

L’OICRM-ULaval est le 39e centre de recherche reconnu par l’Université et le premier de la catégorie «création et recherche». Centre interdisciplinaire, son approche de recherche se veut donc la plus large possible autour d’un objet commun, la musique. L’expertise de ses membres couvre une grande diversité de domaines allant de la pédagogie à la création, en passant par la musicologie. En s’intéressant notamment à l’éducation musicale, à la réalisation en studio, aux technologies musicales et à la composition, à l’histoire et à la théorie de la musique ainsi qu’aux études canadiennes, québécoises et autochtones en musique, sans oublier les collaborations directes avec des artistes actifs, l’OICRM-ULaval prône une vision innovatrice et rassembleuse de la recherche-création.

Parmi les projets menés à l’OICRM-ULaval, mentionnons la publication, à la fin de 2013, du livre des professeurs Sophie Stévance et Serge Lacasse sur les enjeux de la recherche-création en musique. L’hiver prochain, le professeur Lacasse achèvera son projet de remixage audionumérique, dans différents styles, de 15 chansons québécoises de la première moitié du 20e siècle.

«Les membres de l’OICRM-ULaval sont des gens passionnés qui évoluent dans une interdisciplinarité palpable, réelle, affirme Pascal Daleau. Ils n’ont pas de barrières disciplinaires; ce sont des explorateurs de la musique qui s’aventurent dans de nouveaux espaces de recherche.»