Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 24 | 6 avril 2017

Société

Pleins feux sur le Nord

La Chaire de recherche Nasivvik et le réseau ArcticNet présentent une série de projections de documentaires sur le Nord afin de faire connaître ce grand territoire et ses enjeux

Par Matthieu Dessureault

Chaque année, en mars, la course de traîneaux à chiens Ivakkak est organisée au Nunavik. Munis d’une tente, de nourriture et d’un réchaud, les mushers (les Inuits qui conduisent les attelages) parcourent des milliers de kilomètres dans des conditions souvent très difficiles. Enfants et adultes se déplacent en masse pour les encourager. «Quand la course passe dans un village, c’est quasiment l’équivalent des Olympiques pour eux! Les mushers sont des stars! Ils sont hyper-respectés par la communauté, qui les voit comme les porte-étendards d’une tradition», explique Julie Ducrocq, doctorante en épidémiologie.

De 2010 à 2015, elle a été vétérinaire en chef pour cette course. Son rôle était d’assurer le bien-être des chiens et d’émettre des recommandations aux mushers. En amont de la compétition, elle devait aussi vérifier que la vermifugation et la vaccination étaient à jour pour chacun des chiens. De ce travail, elle restera marquée à jamais. «Cela fait une quinzaine d’années que je vais ponctuellement dans le Nord, que ce soit pour des projets de recherche ou de vaccination. La course Ivakkak, c’est ma seule occasion d’avoir un rapport intime avec la culture inuite. Sur le plan professionnel, ce n’est pas facile de travailler dehors toute la journée. Avec une température de – 40 degrés Celsius la nuit, la gestion des médicaments et des fluides est compliquée. Mais c’est une aventure à vivre!»

Julie Ducrocq partagera un peu de son expérience à l’occasion de la projection du documentaire Okpik’s Dream, le jeudi 20 avril, au pavillon Maurice-Pollack. Ce film, dans lequel elle intervient comme spécialiste, raconte l’histoire d’Harry Okpik, un musher qui vit dans la communauté isolée de Quaqtaq. On le suit dans ses préparatifs en vue de sa dixième participation à la course Ivakkak. En plus de Julie Ducrocq, la réalisatrice du film, Laura Rietveld, participera aux discussions avec le public.

Cette rencontre sera suivie, le jeudi 18 mai, par la projection de deux autres documentaires, qui abordent cette fois des projets de recherche menés en Arctique. UTSUK: A Story of Fat s’intéresse aux liens entre les changements environnementaux, les gras des espèces marines et la santé des populations locales. Le second film, Qanuilirpitaa, porte sur une enquête de santé menée en 2004 auprès de 1 000 Inuits issus des 14 communautés du Nunavik. Après la projection, des chercheurs rattachés à ces projets seront sur place pour échanger et répondre aux questions.

Cette activité est une initiative de la Chaire de recherche Nasivvik et du réseau de centres d’excellence ArcticNet, consacrés au développement durable du Nord. «Le but est de sensibiliser les gens aux enjeux nordiques et de promouvoir les écosystèmes boréaux comme milieux de vie essentiels pour soutenir la santé et le bien-être des populations locales», résume Julie Ducrocq.

Le documentaire Okpik’s Dream sera présenté gratuitement, en version inuktitute, sous-titrée en anglais, le jeudi 20 avril, à 19h, à la salle Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins. Quant aux films UTSUK: A Story of Fat et Qanuilirpitaa, ils seront présentés le jeudi 18 mai, à 19h, au même endroit.

Suivez également la prochaine présentation de la course Ivakkak en visitant le site ivakkak.com.

Julie-Ducrocq-course-Ivakkak-credit-Pierre-Dunningan

Julie Ducrocq, doctorante en épidémiologie, a été vétérinaire en chef pour la course de traîneaux à chiens Ivakkak de 2010 à 2015.

Photo: Pierre Dunningan

Écrivez-nous
Partagez