Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 54, numéro 1 | 30 août 2018

Arts

Poésie spatiale

Pour son prochain projet d'art performance, Julien Lebargy s'isolera dans un local exigu pendant une semaine avec une série de protocoles détaillés à respecter

Par Matthieu Dessureault

Ça va se passer du 7 au 14 septembre. Julien Lebargy sera enfermé dans une salle où tous ses moindres faits et gestes seront filmés par des caméras de surveillance. Chaque jour, il devra réaliser une série d’actions préalablement écrites par trois «administrateurs». Le tout sera diffusé en direct sur le Web. Il y aura également des retransmissions de la performance dans différents lieux.

Artiste multidisciplinaire, Julien Lebargy a créé moult sculptures, tableaux et installations que l’on a pu voir dans des expositions individuelles et collectives. Cette fois, il se lance dans un art davantage conceptuel. Soutenu par Manif d’art et par Première Ovation, ce projet on ne peut plus singulier est l’aboutissement de ses recherches à la maîtrise en art visuel. Les réflexions qui en découleront serviront de prémisses à un projet de doctorat.

Minute par minute, l’artiste devra se conformer à un manuel d’instructions: se lever à un moment précis, faire de l’exercice, se peser, prendre sa pression et ainsi de suite. Cet aspect très règlementé fait référence aux procédures que doivent suivre les astronautes dans l’espace. «Je m’intéresse énormément au rapport à l’autorité. Le projet vise à réfléchir sur l’analogie entre l’atelier d’artiste et le vaisseau spatial, deux habitacles de vie où l’on est confronté à l’isolement et à la discipline. Ce sont aussi deux espaces d’exploration», illustre-t-il.

Seul, filmé en continu, avec une série de procédures à respecter: l’artiste reconnaît que le défi est grand. «J’ignore comment je vais réagir. Avec ce projet, je me rapproche davantage d’une expérience sociologique. D’ailleurs, pour me préparer, j’ai relu plusieurs études sur la soumission à l’autorité, dont l’expérience de Milgram. Peut-être vais-je développer un personnage de résistance. Que va-t-il être, comment va-t-il se définir, je ne le sais pas du tout.»

Quant à l’idée de présenter sa performance sur Internet, cela s’inscrit dans un désir d’investir de nouvelles plateformes de diffusion. «Pour moi, il est important de sortir l’art des galeries et des espaces d’exposition traditionnels. Ce n’est pas nouveau — plusieurs artistes le font depuis longtemps —, mais je veux trouver des alternatives aux centres de diffusion. La réalité est que ces centres sont saturés: il y a beaucoup d’artistes et pas assez de lieux de diffusion. Exposer, c’est cher et c’est compliqué. Or, tout ce que les artistes veulent, c’est que leur travail soit vu et commenté.»

Pour rédiger le manuel de procédures, Julien Lebargy a fait appel à trois employés administratifs issus de différents domaines. Il s’agit de Yohann Maubrun (Ville de Québec), de Marie-Andrée Bégin (Université Laval) et de Catherine Baril (Manif d’art). «La belle folie du projet a piqué ma curiosité et c’est un mélange d’intérêt pour l’événementiel et de défi personnel qui m’a incitée à y prendre part. J’aime aussi l’idée de faire partie d’une œuvre, de partager l’univers spatial de Julien et de vivre l’art à sa façon», dit Marie-Andrée Bégin, coordonnatrice d’opérations au Bureau des bourses et de l’aide financière.

Son rôle d’administratrice, elle le prend au sérieux. «Pour rédiger ma partie du manuel de procédures, j’ai dû imaginer chacun des gestes à poser et parfois les effectuer moi-même en me chronométrant afin de pouvoir les décrire en détail à l’intérieur d’un horaire réaliste. Chaque heure, chaque minute et presque chaque seconde de sa journée sont planifiées. Je me suis vite rendu compte que la rédaction de ces procédures était aussi laborieuse que le respect de celles-ci.»

Julien Lebargy se conformera-t-il à cet horaire réglé au millimètres près? Pour le savoir, il faudra visionner sa performance sur YouTube et sur Twitch. À noter qu’il y aura aussi une présentation publique du projet le 7 septembre, de 17h à 19h, à la galerie de Manif d’art. Le public pourra regarder le début de la performance en direct et échanger avec les administrateurs. Des projections et des soirées de discussions sont également prévues au restaurant La Cuisine, à la Librairie Saint-Jean-Baptiste, au LvlOp et au Troquet-sport du Billig.

Pour plus d’information: site Web | page Facebook 

03-Durer-pas-de-credit
Artiste multidisciplinaire, Julien Lebargy a présenté ses œuvres dans plusieurs expositions. On voit ici son installation Dürer, l’enfant et son chien à la Salle d’exposition du pavillon Alphonse-Desjardins.

04-LLOPA-pas-de-credit
Toile Les loups ont peur des ânes et autres problématiques reliées à la cohabitation sur une arche spatiale, présentée à la Salle d’exposition du pavillon Alphonse-Desjardins.

01-autoportait-pas-de-credit

Trois administrateurs ont rédigé un manuel de procédures auquel devra se conformer Julien Lebargy pendant sept jours. Le Comité d'organisation de la solitude spatiale supervise 604 800 secondes de la vie de Julien Lebargy, tel est le titre de cet ambitieux projet d'art performance.

Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles