Une amitié et une alliance qui ne cessent de grandir. Le lundi 2 décembre, l’Université Laval et l’Université de Bordeaux 1 renforçaient une fois de plus leur méga alliance, en signant une entente dans ce domaine qualifié de véritable secteur clé du 21e siècle: l’optique-photonique et laser.

«Nous sommes extrêmement heureux de l’entente que nous avons signée aujourd’hui. Il s’agit non seulement d’une entente de collaboration, mais aussi d’un engagement à créer un réseau de recherche et d’enseignement de haut niveau dans le domaine de l’optique-photonique et laser, une expertise, ainsi qu’un pôle d’excellence pour les deux universités. Laval a déjà d’ailleurs beaucoup d’impacts dans cette filière, et ce, tant en recherche qu’en transferts technologiques», affirme avec beaucoup enthousiasme la vice-rectrice à la recherche et à la création, Sophie D’Amours.

Un partenariat qui ravit visiblement aussi le président de l’Université de Bordeaux 1, Dean Lewis. «Je suis venu à l’Université Laval pour la première fois en 2012, et j’ai tout de suite vu un fort potentiel de collaboration entre deux sites qui traitaient la thématique clé laser et photonique: l’Université Laval, par le Centre d’optique, photonique et laser (COPL), et l’Université de Bordeaux, au moyen de quatre de ses laboratoires. Puis, je suis revenu plusieurs fois pour mieux comprendre les imbrications et les complémentarités entre ces deux universités qui possèdent, à la fois, un volet recherche fondamentale, un volet transfert des technologies et un volet formation puisqu’il y a notamment dans cette entente un diplôme de master conjoint».

Par la création de ce nouveau pôle en optique photonique et laser, l’alliance Laval-Bordeaux se voit d’autant plus nettement renforcée qu’il s’agit du quatrième réseau de recherche et d’enseignement à voir le jour entre les deux universités. Celles-ci étant déjà partenaires dans les secteurs du bois et de la forêt, de l’eau et de la nutrition.

«Nous avons beaucoup d’ambition pour développer et concrétiser une stratégie commune d’internationalisation de la recherche dans ce secteur de pointe», poursuit Sophie D’Amours. On pense ici à une entente-cadre qui viendra soutenir la mobilité des étudiants et des chercheurs, la réalisation de projets conjoints importants, la tenue de grands événements scientifiques, ainsi que l’établissement d’un programme de recherche conjoint. Tout cela nous permettra, je l’espère, grâce à la force des chercheurs tant québécois que français, de nous hisser à l’échelle internationale et de profiter d’occasions uniques tant en Europe qu’en Amérique du Nord.»

Les activités de collaboration entre Laval et Bordeaux 1 porteront prioritairement sur les thématiques suivantes: optique guidée et fibres optiques; instrumentation et ingénierie optique; matériaux photoniques; neurophotonique; lasers et applications. Toute autre thématique en lien avec la filière optique photonique et laser et jugée d’intérêt commun par les partenaires sera évidemment mise en place.

La vice-rectrice à la recherche et à la création ne le cache pas: on entend, par la création de ce nouveau réseau, attirer d’autres grands partenaires tant en provenance du milieu universitaire que du monde des affaires. Cette initiative fera de Laval et de Bordeaux de véritables leaders internationaux dans le domaine de l’optique-photonique et laser et les rendra, par conséquent, parmi les universités les plus attractives au monde dans ce domaine. Rien de moins!

                                                         ===================

UN NOUVEAU CHEMINEMENT BIDIPLÔMANT
Le Conseil universitaire donne le feu vert à un double diplôme en sciences des aliments et nutrition humaine

par Yvon Larose

L’Université offrira un nouveau cheminement bidiplômant, cette fois en sciences des aliments et nutrition humaine. L’établissement partenaire dans ce projet est l’Université Bordeaux 1. Le programme visé, pour l’Université Laval, est celui de maîtrise en sciences et technologie des aliments de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation. Du côté français, il s’agit du master en biologie, santé, spécialité nutrition humaine et santé. Le mardi 3 décembre, le Conseil universitaire a approuvé ce projet de double diplôme en partenariat international. L’Université Bordeaux 1 avait donné son accord au préalable. Le début du programme est prévu pour septembre 2014.

«Nous sommes liés avec Bordeaux 1 depuis le milieu des années 2000 par l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels, a expliqué Jean-Claude Dufour, doyen de la Faculté. Les étudiants français que nous accueillons viennent ici pour la force du programme de maîtrise en sciences et technologie des aliments et aussi pour le lien, très présent dans notre programme, entre la recherche universitaire et l’industrie alimentaire.»

Les étudiants qui choisiront ce cheminement bidiplômant auront accès à des expertises complémentaires. Au terme de leur formation, ils recevront un diplôme de leur université et un deuxième de l’établissement partenaire. Ils auront effectué la moitié de leurs études dans l’autre établissement universitaire, soit deux sessions sur quatre. Les étudiants de l’Université Laval devront réussir 21 crédits de cours à Bordeaux. Les étudiants français, eux, devront réussir 28 crédits de cours à Québec. La formation sera reconnue tant en Amérique du Nord qu’en Europe.

Ce cheminement bidiplômant de deuxième cycle est le septième du genre à l’Université Laval. Les six autres, tous avec des établissements français, concernent l’administration des affaires (Bordeaux, Grenoble, Lille, Nantes, Toulouse), ainsi que le droit de l’environnement, développement durable et sécurité alimentaire (Paris).