Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 19 | 16 février 2017

Actualités UL

Pour un campus coop

Le modèle coopératif possède plusieurs atouts capables de séduire les jeunes entrepreneurs du 21e siècle

Par Yvon Larose

La semaine de la relève coopérative bat son plein. Sur le campus, une activité de sensibilisation au modèle coopératif aura lieu ce soir, le jeudi 16 février, au Carré des affaires FSA ULaval-Banque Nationale du pavillon La Laurentienne, sur le thème «Ensemble pour un campus coop». Cette initiative est le fruit d’une collaboration entre la Coopérative de développement régional du Québec, la librairie Coop Zone, l’incubateur d’entreprises Entrepreneuriat Laval et la section UL d’Enactus, une association internationale d’étudiants vouée au progrès sociétal par l’entrepreneuriat. Cette section a vu le jour en septembre 2016.

«Le modèle coopératif est méconnu, malgré qu’une partie appréciable de l’économie québécoise fonctionne selon ses principes», explique Pierre-Alexandre Morneau-Caron, conseiller en entrepreneuriat social chez Entrepreneuriat Laval.

Selon les chiffres du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, le Québec compterait environ 3 300 coopératives et mutuelles actives. Un des principes de base d’une coopérative est le fait que toutes les voix peuvent être entendues et avoir un poids décisionnel auprès de la direction. Le pouvoir est donc exercé démocratiquement par les membres.

«Le modèle coopératif a de quoi plaire à de nombreux étudiants attirés par l’aventure entrepreneuriale, poursuit le conseiller. Les excédants sont distribués non pas selon le capital de départ investi par chacun, mais selon les objectifs de la coopérative. Cette approche est plus intéressante, à mon humble avis, donc plus engageante.» Sur le plan des valeurs, les jeunes générations peuvent y trouver leur compte. «Faire attention à l’environnement est dans l’ADN d’une coopérative, souligne Pierre-Alexandre Morneau-Caron. La proximité implicite des membres d’une coopérative peut aussi plaire aux jeunes entrepreneurs qui recherchent une qualité de rapports humains qu’on trouve plus difficilement dans les grandes entreprises.»

La soirée «Ensemble pour un campus coop» comprendra trois parties. On présentera d’abord cinq capsules vidéo, réalisées par la coopérative Les Productions 4 éléments, sur les fleurons coopératifs du Québec. «Les entreprises de cette catégorie sont viables, innovantes et à échelle humaine», indique le conseiller d’Entrepreneuriat Laval.

La seconde partie de la soirée prendra la forme d’une séance de remue-méninges. Cinq entreprises collectives ayant leurs activités à l’Université Laval présenteront les enjeux et défis qui les concernent. Elles s’adresseront à un groupe d’experts du coopératisme, qui proposeront des solutions aux problèmes exposés. Parmi ces experts figure Luc Audebrand, professeur au Département de management et titulaire de la Chaire de leadership en enseignement en création et gestion de coopératives et d’entreprises collectives. Les entreprises en question sont la Coop Roue-Libre, un atelier vélo en libre-service, la librairie Coop Zone, l’association AgroCité vouée à l’agriculture urbaine sur le campus, l’ébénisterie du campus L’Établi et, enfin, la cuisine communautaire Sacrée Bouffe. Ces entreprises recevront également une bourse pour les aider à mettre en place les solutions proposées.

La soirée se terminera avec la présentation d’acteurs des milieux collectif, collaboratif et coopératif de la région de Québec. Suivra un cocktail de réseautage.

Dans quelques semaines, les représentants d’Enactus – Université Laval se rendront dans la région de Toronto pour participer à un concours régional où ils présenteront les retombées des trois projets d’innovation sociale d’Enactus – UL de cette année. L’un d’eux est la soirée «Ensemble pour un campus coop». Un autre est la cuisine communautaire Sacrée Bouffe. Ce projet a pour objectif d’offrir des repas nutritifs aux étudiants en situation de précarité financière et à ceux qui connaissent peu la saine alimentation. «L’entreprise ira dans les épiceries récupérer les denrées dont la date de péremption approche, explique Pierre-Alexandre Morneau-Caron. Les participants du projet feront la préparation des aliments et leur cuisson pour en faire des plats à emporter. Éventuellement, le local sera ouvert une fois par semaine et on pourra servir entre 20 et 30 personnes.»

Le troisième projet porte sur le Bootcamp entrepreneurial de la Faculté des sciences de l’administration. Depuis quelques années, la Faculté offre une formation intensive d’une semaine sur le monde des affaires aux militaires en réorientation de carrière.

«La professeure Maripier Tremblay passe le relais à Enactus, indique le conseiller. Les membres d’Enactus seront sollicités pour agir à titre de mini-mentors afin d’aider les entrepreneurs militaires dans la création de leur modèle d’affaires. Les ateliers plus scolaires continueront d’être offerts par la Faculté.»

L’événement «Ensemble pour un campus coop» se tiendra ce jeudi à compter de 18h30 au local 3452 du pavillon La Laurentienne. Le nombre de places est limité à 60 et l’entrée est gratuite. Pour information: enactusul.ca, www.facebook.com/EnactusUlaval. Les lecteurs qui souhaitent s’impliquer dans Enactus peuvent écrire à enactus-ul@asso.ulaval.ca

L'Établi

Installé dans les laboratoires du pavillon Gene-H.-Kruger, l'organisme à but non lucratif L'Établi bénéficie d'équipements à la fine pointe de la technologie pour la coupe, la transformation, l'usinage et la gravure du bois.

Écrivez-nous
Partagez