Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 26 | 3 mai 2018

Actualités UL

Ces profs qui changent des vies

Le Fil vous présente une série d'articles sur des enseignants inspirants qui ont influencé le parcours d'anciens étudiants. Cette semaine: Dominique Vandal rend hommage à Michel G. Bergeron, professeur au Département de microbiologie-infectiologie et d'immunologie

Par Matthieu Dessureault

«Je suis très ému. Cela fait 44 ans que j’enseigne. De savoir qu’une étudiante a été inspirée par la passion que j’éprouve pour ma profession, c’est vraiment très touchant!» Michel G. Bergeron était surpris quand nous l’avons joint pour lui dire qu’il avait été ciblé comme professeur inspirant. La doctorante en médecine Dominique Vandal l’a choisi pour son enthousiasme contagieux, la ferveur qu’il met dans son travail de chercheur et sa vision de la pratique médicale.

Infectiologue réputé, Michel G. Bergeron est derrière de nombreuses percées scientifiques. Au Centre de recherche en infectiologie (CRI), qu’il a fondé, son équipe a mené des travaux qui ont permis de mettre sur pied des tests diagnostics ultrarapides des pathogènes. On lui doit aussi la conception d’un gel microbicide pour protéger les femmes contre les maladies transmises sexuellement. En dépit de son horaire chargé de chercheur, Michel G. Bergeron se fait un point d’honneur de partager ses connaissances. Dans ses cours, il insiste sur l’importance de l’innovation et de la transdisciplinarité, deux concepts au cœur de ses recherches.

Pour le professeur, l’enseignement dépasse largement les frontières de l’Université, où plus de 5 000 personnes ont suivi l’un ou l’autre de ses cours. «L’enseignement ne se limite pas aux étudiants de 1er, de 2e ou de 3e cycle. Comme médecin, il est très important de bien expliquer les maladies aux patients et de prendre le temps de leur parler. Je dis toujours aux étudiants: “Soyez avec eux à 100%”. La relation avec le patient, c’est la base de tout.»

Cette vision rejoint celle de Dominique Vandal, qui entend consacrer sa carrière à faire avancer la recherche médicale et à briser les stéréotypes entourant les personnes marginalisées. «Lorsque le DBergeron s’adresse aux étudiants, il explique que le profit et la réussite personnelle ne sont pas ses objectifs principaux. Devant les épreuves, dans ma pratique, je me souviendrai de sa passion et des raisons pour lesquelles nous choisissons la médecine: pour mettre notre talent au service des autres.»

Si elle s’est tournée vers ce champ d’études, c’est d’ailleurs grâce à une initiative mise sur pied par le professeur, «Chercheur-e d’un jour», qui permet aux jeunes de découvrir le monde de la recherche dans les laboratoires du CRI. En 2010, elle a pris part à ce programme avec son école secondaire. Ce fut l’occasion pour elle d’échanger avec Michel G. Bergeron et les membres de son équipe. «C’était si impressionnant de voir tout ce qui pouvait être fait et à quel point les avancées pouvaient avoir une incidence sur nos vies! J’avais toujours eu de bons résultats scolaires, toutes les portes m’étaient ouvertes, mais c’est à ce moment que le domaine de la santé m’a semblé le plus intéressant», raconte celle qui a entamé ses études universitaires l’an dernier. Depuis, elle se consacre à diverses causes sociales et activités de bénévolat, tout en travaillant d’arrache-pied pour devenir médecin.

Pour lire les autres articles de la série «Ces profs qui changent des vies»:


Le Bureau de soutien à l’enseignement profite de la publication de la série «Ces profs qui changent des vies» pour réaliser des capsules vidéo sur les enseignants qui ont été ciblés. Regardez le témoignage de Michel G. Bergeron ci-dessous.

 


Et vous, y a-t-il un enseignant qui a changé votre vie?

Les meilleurs enseignants, ce sont ceux dont on se souvient toute sa vie durant. Dévoués, pédagogues, enthousiastes, ils nous ont transmis leur passion, ont élargi nos horizons, nous ont donné envie d’être créatifs dans un domaine. Diplômé ou étudiant, vous avez une histoire qui implique un professeur ou un chargé de cours toujours à l’emploi de l’Université? N’hésitez pas à écrire au journaliste Matthieu Dessureault pour lui faire part de votre témoignage. Votre histoire pourrait faire l’objet d’un article dans le journal!

Michel-G-Bergeron-credit-Louise-Leblanc

Si Dominique Vandal a décidé de se lancer dans des études en médecine, c'est en grande partie grâce à une initiative mise sur pied il y a vingt ans par le professeur Michel G. Bergeron. Le programme «Chercheur-e d'un jour» permet aux élèves des écoles secondaires de visiter les laboratoires du Centre de recherche en infectiologie. En plus d'échanger avec les chercheurs, ils peuvent manipuler des équipements de recherche et discuter des possibilités de carrière dans le milieu scientifique.

Photo: Louise Leblanc

Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles