Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 1 | 31 août 2017

Actualités UL

Ces profs qui changent des vies

Le Fil vous présente une série d'articles sur des enseignants inspirants qui ont influencé le parcours d'anciens étudiants. Pour débuter: Luc Langevin rend hommage à Michel Piché, professeur au Département de physique, de génie physique et d'optique.

Par Matthieu Dessureault

Sur scène comme à la télévision, Luc Langevin sait émerveiller son public avec des numéros de magie époustouflants. Avant d’être l’illusionniste de talent que l’on connaît, il a effectué un baccalauréat en génie physique et une maîtrise en optique, en plus d’entamer un doctorat en biophotonique. S’il a délaissé les bancs d’école pour se consacrer à son métier, ce passage à l’Université n’aura pas été vain, loin de là.

Déjà à l’époque, il savait qu’il allait se diriger vers la magie. Grâce au professeur Michel Piché, il a appris à maîtriser une technologie qui allait s’avérer fort utile pour inventer ses tours: celle des lasers. «J’étais très surpris que monsieur Piché accepte de m’encadrer dans mes études supérieures. Quand je le lui ai demandé, il avait déjà une vingtaine d’étudiants sous sa responsabilité. Je lui ai donné mon CV, où il était indiqué que je voulais devenir magicien. Il semble que cela ait piqué sa curiosité!», se souvient en riant Luc Langevin.

Un scientifique qui veut devenir magicien, le professeur admet que ce n’est pas chose courante. N’empêche, il n’a pas hésité une seconde à le prendre sous son aile. «Je cherchais un bon étudiant pour mes travaux et Luc Langevin en était clairement un. La magie requiert de l’habileté technique et une bonne compréhension de l’optique puisque l’illusion provient de la manipulation des mécanismes du cerveau avec les images. Il était un bon candidat pour m’aider à développer de nouvelles approches dans mon domaine de recherche», raconte celui qui enseigne à l’Université depuis 1984.

Dans un laboratoire de l’Institut national d’optique, Luc Langevin a travaillé sur un projet de sonde laser pouvant être insérée dans le cerveau pour en faire l’imagerie. Ce projet de doctorat lui a inspiré une illusion où il fait entrer un pointeur laser sous sa peau pour illuminer ses veines. Les principes d’optique qu’il a appris lui ont aussi permis de développer des effets de lumière et de réflexion des objets pour ses différents spectacles.

Le magicien, dont les idées reposent toujours sur des assises scientifiques, garde de très bons souvenirs de son directeur de thèse. «Michel Piché a à cœur l’apprentissage de ses étudiants. Il n’est pas uniquement préoccupé par les résultats des recherches qu’il encadre. À quelques reprises, il nous a amenés dans des congrès scientifiques afin de nous permettre de présenter nos travaux et d’échanger avec d’autres chercheurs. Il a été marquant pour moi, car il nous laissait beaucoup d’autonomie. J’aimais sa méthode d’enseignement, qui consistait à nous aider sans faire le travail à notre place. Aussi, Michel Piché n’hésitait pas à nous féliciter quand on faisait de bons coups. Il est un homme de peu de mots, ce qui était d’autant plus valorisant», dit-il. Un fait cocasse: le professeur faisait parfois appel à lui pour réaliser des tours de magie durant les pauses de ses cours. Une belle façon de s’assurer de ne pas perdre l’attention de ses étudiants! Pour le magicien, ces petits spectacles improvisés ont permis de tester ses premiers numéros devant un public.

On s’en doute, l’enseignement et la recherche sont une réelle passion chez Michel Piché. Ce qu’il apprécie de son métier? «Les découvertes et la transmission du savoir. J’ai la chance de travailler dans un secteur où il y a des bouleversements continuels. Tous les cinq ou dix ans, une nouvelle génération de lasers apparaît et permet de faire des expériences autrefois impensables. Les lasers et les instruments d’optique offrent des applications dans presque tous les champs d’activité scientifiques et technologiques. Ces travaux sont extrêmement emballants. Quand on baigne là-dedans, il est facile de transmettre son enthousiasme!», conclut le professeur.

Luc-Langevin-credit-OKI-Spectacles--Éric-Myre
Pour Luc Langevin, la science permet de redonner ses lettres de noblesse à la magie. «Les gens voient parfois la magie comme étant un art ringard ou clownesque, mais cela demande beaucoup de travail, de rigueur et d’assiduité. Les plus grands magiciens engagent des ingénieurs et des chercheurs pour développer leurs illusions. Le fait de mettre cela de l’avant rend la magie encore plus intéressante», affirme-t-il.
Photo: OKI Spectacles / Éric Myre


Et vous, y a-t-il un enseignant qui a changé votre vie?

Les meilleurs enseignants, ce sont ceux dont on se souvient toute sa vie durant. Dévoués, pédagogues, enthousiastes, ils nous ont transmis leur passion, ont élargi nos horizons, nous ont donné envie d’être créatifs dans un domaine. Diplômé ou étudiant, vous avez une histoire qui implique un professeur toujours à l’emploi de l’Université? Écrivez-nous à l’adresse matthieu.dessureault@dc.ulaval.ca pour nous faire part de votre témoignage. Votre histoire pourrait faire l’objet d’un article dans le journal!

Michel Piche

Chercheur prolifique, Michel Piché mène plusieurs travaux avec les lasers, une technologie pour laquelle il n'a pas de mal à transmettre sa passion.

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez