Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 19 | 15 février 2018

Actualités UL

Ces profs qui changent des vies

Le Fil vous présente une série d'articles sur des enseignants inspirants qui ont influencé le parcours de leurs étudiants. Cette semaine: Christopher Bérubé rend hommage à Normand Voyer, professeur au Département de chimie

Par Matthieu Dessureault

Ça s’est passé en 2010. Normand Voyer était de passage au Cégep de Rimouski pour livrer une conférence intitulée «La chimie de l’amour». Avec verve et humour, le chercheur parlait des aspects scientifiques de ce sentiment qui recèle de mystères. Parmi le public se trouvait un élève particulièrement attentif, Christopher Bérubé. Comme plusieurs jeunes de son âge, il était indécis quant à son avenir et à son choix de carrière. La conférence est venue éclaircir ses projets. «Pour la première fois, j’étais convaincu de poursuivre des études universitaires en chimie, se souvient-il. J’assistais à une conférence à la fois interactive, enrichissante et motivante. À partir de ce moment, tout a changé. On peut dire que c’est la chimie de l’amour qui m’a donné l’amour de la chimie!»

Après un baccalauréat et une maîtrise, Christopher Bérubé a entamé des études doctorales au laboratoire de chimie bio-organique du professeur Voyer. Ses recherches portent sur le développement de nouveaux agents thérapeutiques. Il travaille aussi sur un projet en chimie verte. Tout cela sous l’encadrement de son mentor! «Au cours des années, j’ai appris à connaître un scientifique inspirant, un professeur dynamique, un vulgarisateur passionné et un directeur de thèse engagé», dit-il.

Professeur au Département de chimie depuis 1996, Normand Voyer n’a rien du scientifique obscur qui se terre dans son laboratoire. Pour lui, il est essentiel de faire la promotion des sciences auprès du grand public. C’est pourquoi il visite les écoles et présente des chroniques à la radio sur une base régulière. On le voit aussi très souvent à la télévision, où il participe à différentes émissions. «C’est une façon de donner au suivant, explique-t-il. Cela fait partie de notre travail de chercheur et de professeur universitaire de transmettre notre passion des sciences à la relève. Si nous voulons tirer notre épingle du jeu dans l’économie du savoir, il faut former des passionnés qui vont venir dans nos laboratoires pour développer le Québec de demain.»

Avec sa conférence «La chimie de l’amour», qu’il a donnée plus de 250 fois aux quatre coins de la province, il profite du contact avec les jeunes pour faire la promotion de la persévérance scolaire. Il illustre aussi comment la science est omniprésente dans le quotidien et s’attaque à certains préjugés ou clichés qui subsistent sur le monde de la recherche. Entre autres, que la science est «plate» ou encore qu’il faut être un «bollé» pour percer dans ce domaine.

Aux étudiants-chercheurs qui composent son équipe, le professeur conseille de miser sur l’originalité et la créativité. «Je laisse énormément de latitude à mes étudiants, admet-il. Je les appuie dans beaucoup de leurs initiatives, même si je sais qu’elles n’auront pas de retombées en termes de résultats de recherche. Je crois énormément en l’apprentissage par essai-erreur. La créativité, c’est justement d’essayer de nouvelles choses et de penser différemment.»

Il encourage aussi ses étudiants à sortir des murs de l’Université pour faire des stages à l’étranger et présenter leurs projets de recherche dans des congrès internationaux. C’est ainsi que, l’été dernier, Christopher Bérubé a donné une conférence dans un événement à Budapest. Le lendemain de sa présentation, le professeur recevait un courriel d’un chercheur letton intéressé à collaborer aux travaux de son équipe. «Sa proposition a fait mon bonheur! L’innovation et les collaborations, cela ne peut se faire en restant enfermé dans un laboratoire. C’est pourquoi j’insiste auprès de mes étudiants sur l’importance de s’ouvrir au reste du monde», conclut le professeur.

Pour lire les autres articles de la série «Ces profs qui changent des vies»:


Le Bureau de soutien à l’enseignement profite de la publication de la série «Ces profs qui changent des vies» pour réaliser des capsules vidéo sur les enseignants qui ont été ciblés. Regardez le témoignage de Normand Voyer ci-dessous.

 


 

Et vous, y a-t-il un enseignant qui a changé votre vie?

Les meilleurs enseignants, ce sont ceux dont on se souvient toute sa vie durant. Dévoués, pédagogues, enthousiastes, ils nous ont transmis leur passion, ont élargi nos horizons, nous ont donné envie d’être créatifs dans un domaine. Diplômé ou étudiant, vous avez une histoire qui implique un professeur ou un chargé de cours toujours à l’emploi de l’Université? N’hésitez pas à écrire au journaliste Matthieu Dessureault pour lui faire part de votre témoignage. Votre histoire pourrait faire l’objet d’un article dans le journal!

Normand-Voyer-MRP1986-credit-Marc-Robitaille

Normand Voyer a transmis sa passion des sciences à Christopher Bérubé, qui travaille maintenant avec lui dans son laboratoire de chimie bio-organique.

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles