Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 53, numéro 9 | 9 novembre 2017

Actualités UL

Scruter les méandres du Web

Une entente entre l'Université et l'entreprise Two Hat Security permettra à des étudiants de s'attaquer au problème du contenu toxique dans les conversations en ligne

Par Matthieu Dessureault

Grâce à Internet, jamais il n’a été aussi facile de communiquer. Les réseaux sociaux, les forums de discussion, les jeux en ligne et les applications de messagerie permettent d’échanger avec des gens aux quatre coins de la planète. Mais force est de constater que ces outils servent aussi des quêtes obscures: l’intimidation, la radicalisation, la prédation sexuelle sur les enfants et plusieurs autres comportements déviants.

L’entreprise Two Hat Security, en Colombie-Britannique, est spécialisée dans la détection de conversations à haut risque. Chaque jour, son logiciel Community Sift identifie et filtre quatre milliards de messages dans près de 200 pays. «La technologie de Two Hat Security fonctionne très bien – l’entreprise est même un chef de file international dans ce domaine, mais elle souhaite être encore plus efficace», explique Richard Khoury, professeur au Département d’informatique et de génie logiciel.

L’entreprise a approché l’équipe dont il fait partie au Centre de recherche en données massives (CRDM) pour mettre sur pied des stages dans ce domaine. En tout, 118 stages seront offerts à une trentaine d’étudiants à la maîtrise ou au doctorat, principalement en informatique, en génie logiciel, en génie informatique et en systèmes d’information organisationnels. Dans un premier temps, ces stagiaires travailleront à l’amélioration du logiciel Community Sift. Ils participeront aussi à plusieurs autres projets visant, par exemple, à développer de nouveaux outils de détection et à mettre au point des algorithmes d’agrégation d’information sur les utilisateurs toxiques. Chaque stage, qui se déroulera en partie dans les bureaux de l’entreprise, sera d’une durée de six mois.

Ce projet, auquel participe également l’Université Simon Fraser, est financé à parts égales par l’organisme Mitacs et Two Hat Security. Pour Richard Khoury, l’Université Laval est le partenaire idéal pour aider l’entreprise à mener à bien sa mission. «Ce projet nécessite une grande diversité d’expertises. Plusieurs universités canadiennes ont des centres de recherche en données massives, mais le nôtre est très fortement multidisciplinaire. Plutôt que d’être spécialisé dans un domaine ou une seule technique, le CRDM compte une quarantaine de chercheurs dans cinq facultés. Selon moi, c’est cette polyvalence dans nos expertises qui a attiré Two Hat Security vers l’Université Laval.»

L’annonce du partenariat d’une valeur de 1,7 million de dollars a été faite à l’occasion du colloque Objectif numérique 2017: vers des sociétés numériques et durables. Cet événement, qui se déroulait jusqu’au 1er novembre sur le campus, a réuni plus de 300 participants, dont des représentants de Google Brain, de Thales Research & Technology et de l’ONU. Plusieurs sujets étaient abordés, telles les données massives, l’intelligence artificielle et les villes intelligentes. L’événement est une initiative de l’Institut technologies de l’information et sociétés, du CRDM, de l’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société, du Centre de recherche en géomatique et de l’Unité mixte de recherche en sciences urbaines.

texto

Les stagiaires auront comme mandat d'aider la compagnie à lutter contre l'intimidation, l'exploitation sexuelle et la radicalisation en ligne.

Écrivez-nous
Partagez