Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 22 | 17 mars 2017

Sophie D’Amours

ENSEMBLE : L’AVENIR

Au cours de ma carrière, j’ai toujours misé sur la réflexion et l’action collectives et stratégiques, faisant appel aux talents de chacun. Cette approche m’a permis de belles réalisations d’équipe et l’exercice d’un leadership assumé. À titre de rectrice, je poursuivrai dans cette voie, celle de l’ouverture et de la collaboration, et je serai entourée de gens compétents qui partagent mes valeurs au chapitre de l’engagement, de la collégialité et de l’éthique. Comme tellement de collègues, d’étudiants, de diplômés et de partenaires, je nourris de grandes ambitions pour notre université. Je souhaite que la richesse de sa diversité soit un grand catalyseur d’idées, de créativité et de mobilisation. L’Université Laval doit montrer qu’elle est un lieu unique, offrant des expériences riches, tant par les contacts qu’elle stimule entre ses étudiants, ses membres et ses partenaires que par son ouverture, son dynamisme et la qualité de ses réflexions et de ses prestations dans la société. Le point de mire de nos approches, de nos décisions de gestion et de notre gouvernance doit toujours demeurer les membres de notre communauté, au premier chef les étudiants et les étudiantes. Les responsabilités qui me seraient confiées sont majeures, les défis seront nombreux et les attentes, très élevées. Je mettrai mon énergie et mes compétences, et celles de mon équipe, au service de notre communauté. Ma candidature est un appel à l’engagement de tous pour qu’ensemble, nous adoptions une approche constructive et collaborative à l’égard de notre développement, de nos partenariats, de notre rayonnement et de notre contribution à la société.

PROFIL

Une leader reconnue et convoitée

Sophie D’Amours possède une vaste expérience de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’administration universitaire. Professeure engagée, elle a contribué à la création du programme de génie industriel de l’Université Laval. Elle a développé plusieurs cours ainsi que des approches pédagogiques innovantes. Elle a été professeure invitée dans plusieurs pays et a reçu divers prix prestigieux, au Canada et à l’étranger. Elle est appréciée pour ses qualités de gestionnaire, sa capacité d’écoute, sa rigueur, ses talents de mobilisation, sa détermination, son sens de l’éthique et son dynamisme. Son leadership, notamment à titre de vice-rectrice, a mené à plusieurs succès d’équipe (www.sophiedamours.ca): l’obtention d’une subvention de 98 M$ pour le projet Sentinelle Nord; une nouvelle approche de soutien à l’innovation sociale; un leadership reconnu dans la mise en œuvre de l’Alliance santé Québec; la direction stratégique d’une mobilisation interfacultaire sans précédent sur le Nord durable et son rôle-clef dans la mise en place des fondements de l’Institut Nordique du Québec; un appui soutenu à la création de plusieurs chaires et unités mixtes de recherche; le renforcement des liens avec divers partenaires internationaux; la création et la direction du Consortium de recherche FORAC; la direction d’un réseau stratégique pancanadien du Conseil de recherche en sciences naturelles et génie du Canada (CRSNG); les responsabilités à titre de titulaire de chaires de recherche et codirectrice du centre de recherche CIRRELT. Reconnaissant son leadership, plusieurs organisations ont fait appel à ses compétences de gestionnaire, incluant le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ), la Société québécoise des infrastructures, Génome Québec, le Conseil de recherche en sciences naturelles et génie du Canada (CRSNG), l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France et la Coalition FORCE 4.0. Elle co-préside actuellement le comité conseil du gouvernement du Québec au développement de la prochaine stratégie québécoise sur la recherche et l’innovation. Elle a récemment accompagné le Gouverneur général du Canada lors d’une visite d’État en Suède visant à faire valoir le leadership canadien en matière d’innovation, d’inclusion sociale et de développement durable.

PLATEFORME ÉLECTORALE

Ensemble: l’avenir

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. »
Antoine de Saint-Exupéry

Rendre possible l’avenir exige une capacité à l’imaginer, à établir une vision claire et définir des objectifs ambitieux et réalistes, bien ancrés dans notre mission universitaire. Rendre possible l’avenir repose aussi sur notre capacité à mobiliser l’ensemble des membres de notre communauté, à leur offrir une expérience UL riche et significative, et à établir de solides partenariats avec tous les milieux.

« Ensemble: l’avenir » est le thème de ma plateforme, une porte d’entrée sur la vision que je propose. Parce que c’est bien ensemble que nous pourrons assurer le progrès de notre institution dans le respect de son histoire, de ses traditions et de son statut de grande université francophone. Vous avez été nombreux à m’exprimer votre attachement à notre institution, votre volonté d’être partie prenante de son avenir, votre désir de renouveler nos façons de faire et votre espoir de voir nos actions mieux centrées sur notre mission universitaire. Plusieurs m’ont souligné l’importance de notre engagement envers une approche citoyenne, humaniste, socialement responsable et axée sur les services que nous rendons à la collectivité en lien avec le développement social et culturel, économique, environnemental et technologique. Vous m’avez aussi parlé de la fierté que vous souhaitez regagner à l’égard de notre institution et de l’importance de replacer les étudiants et les étudiantes au cœur de nos décisions et de notre action. Ceux-ci nous font confiance pour leur avenir et il nous revient de les accompagner efficacement dans la réalisation de leurs ambitions.

Les fondements stratégiques de l’action que j’entends mener à la direction de notre institution reposent sur trois piliers : l’excellence, l’expérience et l’engagement. Cette réflexion est disponible sur le site www.sophiedamours.ca. L’excellence, pour que notre aspiration à nous dépasser éclaire constamment nos décisions et notre action. L’expérience, pour que l’enrichissement de l’expérience de nos étudiants et étudiantes, de nos employé(e)s et de nos partenaires nous mobilise et nous rende fiers. L’engagement, pour que notre place en tant que partenaire clef du développement durable de notre société soit clairement reconnue, tant pour nos efforts à protéger notre histoire, notre culture et nos patrimoines que par nos efforts à transférer efficacement nos connaissances et à soutenir l’innovation.

Les libertés et les responsabilités, tant celles de l’institution que celles des membres de notre communauté, doivent s’exercer strictement dans le but collectif de réaliser notre mission avec succès. C’est dans cette perspective que je vous convierai rapidement à un exercice de planification stratégique afin qu’ensemble, nous développions et mettions en œuvre un nouveau plan stratégique institutionnel. Ce plan, que je vous propose d’intituler ENSEMBLE 2022, misera sur une synergie accrue pour analyser les enjeux et faire face aux défis complexes liés à la réalisation de notre mission de formation, de recherche et de services à la collectivité. Il devra porter des regards transversaux sur tous les aspects liés aux études, à la recherche, aux ressources humaines et aux finances ; les solutions originales se trouvent souvent à l’intersection de ces quatre pans de la réalité universitaire. Je propose par ailleurs de prioriser nos actions en fonction de trois grandes orientations stratégiques. Celles-ci sont présentées avec quelques-unes des initiatives qui me paraissent d’ores et déjà majeures pour notre développement et qui, pour plusieurs, contribueront à chacune de ces trois orientations.

Penser et agir globalement, avec ambition et audace

Penser et agir globalement vise à ce que nous misions sur des leviers collectifs et institutionnels pour assurer l’avancement de notre institution. Penser et agir globalement mise sur le fait qu’ensemble, nous serons plus pertinents, plus performants.

Des Chantiers d’avenir. Comme plusieurs, je suis convaincue de la nécessité de faire de l’interdisciplinarité un véritable levier de développement à l’Université Laval. Cette question a été examinée par la Commission des études et son rapport doit nous servir de guide. Je propose de stimuler cette avenue de l’interdisciplinarité par le biais de Chantiers d’avenir, un nouveau cadre qui offrira l’occasion aux facultés, aux centres de recherche, aux instituts et toute autre unité de développer des propositions originales visant à résoudre de grands défis de société et permettant d’innover en terme d’approches pédagogiques, de méthodes de recherche, de synergie entre l’enseignement et la recherche et d’engagement envers les milieux. De nouveaux profils académiques interdisciplinaires pourraient ainsi voir le jour.

Un rehaussement dans les classements. Il est impératif d’améliorer nos positions dans les classements académiques internationaux, entre autres parce que ceux-ci envoient un signal majeur de notre force d’attractivité et de notre notoriété. Dès septembre 2017, je demanderai au Bureau de planification et d’étude de coordonner l’élaboration d’une stratégie institutionnelle à cet effet. Il faudra notamment obtenir les données probantes et recenser les meilleures pratiques. Les fruits de ces travaux seront rendus disponibles en toute transparence.

Une vision internationale audacieuse. L’international est aujourd’hui un incontournable de la vie universitaire. Je propose de regrouper l’ensemble de nos activités à ce chapitre et d’appuyer la direction du leadership d’une table de concertation interfacultaire. Celle-ci aura comme objectif de définir clairement nos enjeux et nos ambitions, incluant en ce qui a trait à l’intégration d’étudiants étrangers, aux collaborations d’enseignement et de recherche à l’international et aux projets d’aide au développement international.

UL sans frontières. Il m’apparaît important que l’Université Laval exerce un leadership significatif au chapitre de l’aide humanitaire. La communauté universitaire souhaite un monde sans frontières et plusieurs étudiants sont très engagés à cet égard. Dans un contexte d’arrimage enseignement-recherche-service aux collectivités, je mettrai rapidement en marche un chantier interdisciplinaire qui permettra de circonscrire notre contribution globale à un développement plus juste et équitable. Nous définirons ainsi les façons dont nous pourrions enrichir notre offre de formation et nos recherches au regard d’un monde en quête de solutions à de grands défis humanitaires.

Un Plan institutionnel de développement du numérique. Le numérique doit être au service constant de notre mission, un outil pour appuyer et rapprocher l’action des membres de notre communauté et, en particulier, enrichir l’expérience de nos étudiants et étudiantes. Dans le but d’optimiser nos investissements, il faut entre autres miser sur notre leadership et proposer de mutualiser le développement des plateformes informatiques avec d’autres établissements québécois d’enseignement supérieur. La dimension humaine de l’enseignement et de la recherche étant fondamentale, il faut aussi assurer un équilibre judicieux pour notre institution en tant que lieu physique et virtuel de savoirs et de réalisations.

Être une institution attractive et dynamique

Attractive et dynamique pour attirer, retenir et célébrer des gens de talent, pour offrir le meilleur à nos étudiants et nos étudiantes et pour attirer les partenariats souhaités et nécessaires à la réalisation de notre mission.

La valorisation des talents. La différence entre les universités réside essentiellement dans la qualité et l’engagement des femmes et des hommes qui les composent. Conséquemment, nous miserons sur une gestion des ressources humaines portée par l’objectif de soutenir et de motiver chaque employé(e) à offrir le meilleur d’elle et de lui-même. Ceci implique, notamment, la reconnaissance des contributions de chacun. Je compterai sur nos équipes pour développer et mettre en œuvre une stratégie institutionnelle de communication audacieuse qui visera à mettre en valeur le talent, l’innovation, l’engagement et les réussites, tant individuelles que collectives, de l’ensemble des membres de notre communauté. Les contributions dans tous les domaines doivent être reconnues et encouragées par la direction. Nous devons aussi promouvoir tous les diplômes et renforcer leur reconnaissance dans les milieux, notamment les diplômes de 3e cycle.

L’innovation pédagogique. Il importe d’enrichir l’expérience de nos étudiants et étudiantes en favorisant des formules pédagogiques plus interactives, faisant appel à divers milieux, savoirs et expériences. Je convierai rapidement le vice-rectorat responsable des études à piloter une vaste réflexion, inclusive de toutes les composantes du campus, visant à doter notre université d’une feuille de route distinctive en matière d’innovation pédagogique. Les compétences des enseignants innovants et du Bureau de soutien à l’enseignement seront d’une grande utilité dans cette réflexion. Celle-ci devra aussi proposer de nouvelles pistes d’action concernant la formation tout au long de la vie ainsi que l’aménagement de nos espaces physiques d’apprentissage. Le but sera de mieux répondre aux impératifs d’une pédagogie active, aux caractéristiques et aux modes de vie des étudiants et à l’intégration des technologies numériques.

L’innovation sociale, culturelle et technologique. L’initiative de soutien à l’innovation sociale que j’ai lancée en 2015 a conduit à la création d’un Fonds institutionnel financé par les redevances des innovations technologiques. Je m’engage à maintenir ce fonds et à le faire croître, en plus d’y inclure un volet de soutien à l’innovation culturelle. Par ailleurs, j’aurai à cœur de travailler avec les diverses instances du campus dont le rôle est de valoriser les innovations générées par les membres de notre communauté. À cet égard, j’inviterai le Vice-rectorat à la recherche et à la création à explorer avec les dirigeants de ces instances de nouvelles avenues pour aider les chercheurs à valoriser plus rapidement et plus efficacement leurs innovations.

Une université qui se soucie de l’humain. Je consacrerai beaucoup d’effort afin que l’Université Laval soit reconnue pour son campus dynamique, l’accessibilité de sa science, son environnement humain et sain, sa vie culturelle, son leadership sur le plan de la responsabilité sociale. Je souhaite une organisation prévenante, qui a les outils pour entretenir des relations de travail respectueuses et pour venir en aide auprès d’étudiant(e)s et d’employé(e)s en difficulté personnelle ou professionnelle. Je compte également parrainer le développement d’une première Politique Famille pour notre institution afin de soutenir, notamment, les étudiants parents.

Un plan de recrutement de professeurs. Nos professeurs vivent chaque jour la détérioration du ratio étudiants/professeur dans un contexte où leurs tâches ne cessent d’augmenter et de se complexifier. Cette situation fragilise tant la qualité de l’enseignement et de l’encadrement offert aux étudiants que notre capacité globale de recherche. Je prônerai l’embauche de nouveaux professeurs en tant que priorité budgétaire et, par une action concertée avec les autres recteurs auprès du gouvernement du Québec, je ferai valoir le caractère urgent d’un réinvestissement dans nos institutions d’enseignement supérieur.

Des mesures d’appui aux carrières académiques. Je confierai au Vice-rectorat aux ressources humaines le mandat d’imaginer une approche structurée de développement du personnel, notamment par la formation continue. Les titulaires de Chaires de leadership en enseignement (CLE), regroupés au sein d’une table de concertation, auront une contribution de taille dans l’élaboration d’une nouvelle approche visant le partage des formules pédagogiques et l’émulation sur le campus. Nous devons également apporter un appui au démarrage des carrières des nouveaux professeurs. Cet appui pourrait prendre des formes aussi diverses que, par exemple, des fonds de démarrage en recherche, de la formation en pédagogie, du mentorat en recherche ou de l’aide à l’intégration sociale et culturelle.

Une stratégie articulée en matière de recherche fondamentale. Je confierai au Vice-rectorat à la recherche et à la création le mandat d’initier une réflexion institutionnelle sur les meilleures façons de vivifier et de soutenir la recherche fondamentale, dans l’ensemble de nos disciplines. Notre stratégie doit entre autres permettre de renforcer les secteurs pouvant servir de bases solides à de nombreuses initiatives de recherche et de création plus appliquées.

Des chantiers de mobilisation scientifique. Ayant joué un rôle clef dans la mise en œuvre d’initiatives institutionnelles de mobilisation scientifique, telles l’Alliance santé Québec, l’Institut Nordique du Québec, le projet Sentinelle Nord ou l’Unité mixte de recherche en sciences urbaines, je suis persuadée de leur valeur inestimable pour décloisonner notre action en matière de formation et de recherche. J’inviterai entre autres les doyens et les doyennes du secteur des arts, des humanités et des sciences sociales à faire équipe pour proposer une initiative créative, structurante et d’envergure institutionnelle.

Un soutien aux initiatives étudiantes. Plusieurs étudiants et étudiantes souhaitent jouer un rôle accru au sein de la communauté universitaire. Ceci est le gage de futurs citoyens engagés dans leurs collectivités. Tous les membres de mon équipe seront appelés à appuyer les initiatives étudiantes de façon concrète. Je propose par ailleurs de créer une École d’été internationale sur l’engagement étudiant qui permettra à nos leaders UL de rencontrer des leaders étudiants d’ailleurs et de partager leurs défis, leurs pratiques démocratiques et leurs ambitions.

Assurer une gouvernance et une gestion transparentes, efficientes et responsables

Focaliser sur la gouvernance et la gestion de notre institution renforcera notre capacité d’agir de façon transparente, efficiente et responsable.

Une transparence accrue. Avec mon équipe, je travaillerai en étroite collaboration avec l’ensemble de nos instances de gouvernance, en m’assurant d’avoir les informations et les outils pour prendre les décisions judicieuses, pour guider notre développement stratégique et pour appuyer les membres de notre communauté dans la réalisation de leurs mandats respectifs. À cet effet, nous développerons un tableau de bord institutionnel dont les paramètres seront connus des membres de notre communauté. Je m’engage par ailleurs à rendre publics les conditions d’emploi et les comptes de dépenses des hauts dirigeants de l’institution. Je m’engage aussi à maximiser l’usage du mécanisme d’appel d’offres public dans nos pratiques d’achat et de contrat.

Une gestion axée sur la confiance et l’imputabilité. Outre la transparence, la rigueur, l’éthique et le respect, mes valeurs sont empreintes d’une profonde conviction que notre gestion universitaire doit être basée sur la confiance et l’imputabilité. Tous les membres de la direction devront travailler en ce sens. Dès leur entrée en fonction, ces derniers seront conviés à faire équipe pour instaurer une démarche d’innovation institutionnelle, afin d’améliorer sans cesse nos processus de gestion et de gouvernance. Tous les vice-recteurs et vice-rectrices devront favoriser la connectivité des acteurs et l’interdisciplinarité, le partage des responsabilités et la communication ouverte entre l’administration institutionnelle, les facultés, les services et les unités.

Des approches budgétaires mieux adaptées, moins de bureaucratie. L’Université Laval doit travailler différemment au chapitre de ses leviers financiers et de sa gestion budgétaire. Les gestionnaires de nos facultés, services et unités doivent être bien au fait du modèle d’allocation financière de notre institution. Dès septembre 2017, le Vice-rectorat à l’administration et aux finances devra travailler en concertation pour proposer une nouvelle formule d’allocation financière, plus agile, plus simple, plus propice à l’interdisciplinarité et qui tienne compte des réalités propres aux divers domaines d’enseignement et de recherche. Je vise une réduction de la bureaucratie, particulièrement pour les enseignants et les chercheurs. Il m’apparaît également stratégique d’assouplir notre gestion des frais indirects à la recherche, afin de générer plus de partenariats au service des gens et des collectivités.

Un plan institutionnel sur le financement. Sachant que notre université est financée à la fois par le gouvernement, les frais de scolarité, les subventions de nos partenariats et la philanthropie, il est impératif d’adopter une vision globale qui mettra toutes ces sources de revenus en synergie. Je dirigerai un comité qui, dès septembre 2017, aura la responsabilité de développer un plan institutionnel sur le financement, en concertation avec les doyens et les directeurs de services. En ce qui a trait au financement public, je mettrai beaucoup d’efforts pour que les universités québécoises unissent leurs voix afin que le gouvernement adopte rapidement un plan de réinvestissement à long terme dans les institutions d’enseignement supérieur. Nous devons également établir des objectifs ambitieux et des moyens pour maximiser nos financements en provenance des organismes subventionnaires et de nos partenaires gouvernementaux, du secteur privé et de la philanthropie.

Des partenariats stratégiques avec la région. L’approche collaborative est la plus efficace pour engager les collectivités à soutenir leurs universités. Nous devons partager davantage les leviers de notre institution avec les autorités, les organismes et les entreprises de la grande région de Québec, faire équipe avec eux dans leur développement, incluant sur la scène internationale. Je m’engage à porter la fierté de notre région et de notre université partout dans le monde.

Un partenariat durable avec les gouvernements. En tant qu’acteur social de première importance, nous devons maintenir avec les trois paliers de gouvernement des relations constructives et durables. Cette approche nous permettra d’être des interlocuteurs crédibles et efficaces pour défendre les intérêts de l’enseignement supérieur, incluant au chapitre du financement, en faisant une démonstration positive et incontestable de l’incidence de notre université sur nos étudiants et étudiantes, sur nos collectivités, sur notre marche vers un monde meilleur.

Les acteurs au centre du développement et de la gouvernance. Je favoriserai une gestion axée sur la concertation, l’ouverture, la rigueur, l’éthique, la collégialité et le respect. Dans ce contexte, je mettrai les acteurs de notre institution au centre de son développement et de sa gouvernance. J’encouragerai les interactions et les contributions des membres du Conseil d’administration et du Conseil universitaire de façon à bénéficier pleinement de leurs expertises croisées. Nous devons aussi capter le plein potentiel de nos trois commissions, en respectant leur rôle et leurs responsabilités stipulés dans nos statuts, pour qu’elles éclairent nos orientations futures et nous guident dans la voie de l’amélioration continue. Je compte par ailleurs mettre tous nos talents internes à contribution pour notre développement, notamment au chapitre des communications, de la gestion intégrée des risques, de l’égalité des droits et des opportunités entre les femmes et les hommes, et de l’ouverture à la diversité.

Retrouver son sens, agir et vivre ensemble

Dans un contexte où le vivre ensemble se porte mal dans bien des parties du monde, l’Université Laval a l’occasion et la responsabilité de mettre en œuvre une nouvelle approche, engagée et collective, inspirante et structurante, capable d’offrir une formation de plus grande qualité, une recherche de classe mondiale et un milieu de vie accueillant et stimulant, en plus d’être un catalyseur de transformations majeures pour la société. Par une gouvernance exemplaire, une gestion participative et des partenariats constructifs, en mettant nos étudiants et étudiantes au cœur de notre action, nous saurons dégager le plein potentiel. Si la communauté universitaire me fait confiance le 26 avril, je vous promets une nouvelle culture institutionnelle : humaniste, pragmatique, vaillante, collégiale, prévenante, réfléchie, collaborative à l’interne et au sein des réseaux québécois et canadiens, et engagée dans la société, le tout avec franchise, gentillesse et bonne humeur. Je m’y engage !

www.sophiedamours.ca

Sophie-DAmours
Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles