Sukuijarvik. Voilà le nom choisi par la population de Kangiqsualujjuaq pour désigner la station de recherche que le Centre d’études nordiques (CEN) a inaugurée le 5 septembre dans ce village du nord du Québec. Ce mot inuit, dont l’équivalent français est Place des sciences, est au diapason de la mission que la direction du CEN veut donner à ce lieu: une agora pour favoriser la rencontre, la collaboration et le partage entre la population du village et ses chercheurs.

kangiqsualujjuaq_credit_armelle_decaulne

Photo : Armelle Decaulne

Situé à l’embouchure de la rivière George, Kangiqsualujjuaq compte environ 950 habitants. Des sites archéologiques trouvés dans la région révèlent que les premières traces d’occupation humaine datent de 2350 ans. Le village est aujourd’hui la porte d’entrée du parc national Kuururjuaq, où se trouve le plus haut sommet du Québec (le mont D’Iberville, 1646 m), situé dans les monts Torngat, et du parc national Ulittaniujalik, dont la création est en cours.

Kangiqsualujjuaq-baie-cr-Christine-Barnard

Photo : Richard Fortier

Le paysage de la région est dominé par des vallées glaciaires profondes et escarpées, couvertes par un mélange de toundra, de toundra forestière et de forêt boréale. Les chercheurs du CEN mènent des travaux dans cette région depuis presque quatre décennies. Les équipes de Michel Allard et de Richard Fortier y étudient notamment le pergélisol et les risques occasionnés par sa fonte.

Frederic-Manseau_credit_Armelle_Decaulne

Photo : Armelle Decaulne

«La communauté de Kangiqsualujjuaq est préoccupée par la fonte du pergélisol ainsi que par la baisse des populations de caribous, la croissance des populations de loups et la qualité de l’eau. Les chercheurs du CEN vont collaborer avec la communauté pour développer des projets de recherche répondant à ces préoccupations», souligne Najat Bhiry, professeure au Département de géographie et directrice sortante du CEN, qui a piloté le projet de station dans ce village. Sur la photo, l’étudiant-chercheur Frédéric Manseau, qu’elle dirige avec la chercheuse Armelle Decaulne, du CNRS, amasse des données pour ses travaux sur la dynamique des versants.

station_CEN_Kangisqsualujjuaq_credit_Julien_Lebrun

Photo : Julien Lebrun

La nouvelle station du CEN a été conçue et construite avec l’appui et la collaboration des autorités de Kangiqsualujjuaq et celles du Nunavik grâce à des fonds provenant principalement d’une subvention de 2,7 M$ de la Fondation canadienne de l’innovation et du gouvernement du Québec. On y trouve des aires de vie pour les équipes de recherche séjournant au village, un local pour les manipulations scientifiques sommaires et une salle multifonctionnelle. Il s’agit de la première station du CEN dans l’est du Nunavik.

Najat-Bhiry-allocution-cr-Richard-Fortier

Photo : Richard Fortier

La salle multifonctionnelle peut servir de local de rencontre entre les chercheurs en sciences humaines ou en sciences de la santé et les personnes qui participent à leurs travaux. Elle sera aussi utilisée pour favoriser les échanges entre les membres de la communauté et les chercheurs. «Nous voulons leur présenter nos projets et nous voulons mettre à profit leurs connaissances du milieu et leurs observations sur le terrain dans les travaux que nous mènerons dans cette région», précise Najat Bhiry.

jeunes_inuits_tests_qualite_eau_CEN_credit_Emilie_Hebert_Houle

Photo : Émilie Hébert-Houle

Les chercheurs du CEN proposent des activités pour initier les jeunes Inuits à la science. L’une de ces activités, présentée pendant l’été, a permis aux scientifiques en herbe d’effectuer eux-mêmes des tests pour mesurer la qualité de l’eau. Ce camp scientifique a pour nom «Imalirijiit» qui signifie «ceux qui étudient l’eau».

inauguration_station_CEN_credit_aucun

Des représentants de la communauté et des chercheurs lors de l’inauguration de la station: José Gérin-Lajoie, professionnelle de recherche du CEN à l’UQTR, Hilda Snowball, mairesse de Kangiqsualujjuaq, Michael Barrett, directeur adjoint de Kativik, Ellen Avard, directrice du Centre de recherche du Nunavik, Najat Bhiry, directrice sortante du CEN, Christine Barnard, professionnelle de recherche du CEN à l’Université Laval, Richard Fortier, directeur du CEN, Thierry Rodon, titulaire de la Chaire sur le développement durable du Nord, et Charlie Munick, directeur du parc national Kuururjuaq.

 

La station accueille des chercheurs de toute provenance et elle peut aussi recevoir des petits groupes d’étudiants désirant effectuer un stage dans le Nord. Pour plus d’information